Parween - Traité pour une nouvelle croyance de l'événement

Chronique CD album (Trop longtemps)

chronique Parween - Traité pour une nouvelle croyance de l'événement
"Traité pour une nouvelle croyance de l'événement".
Tel est le nom du nouvel album de Parween qui avait déjà enchanté la rédaction de Coreandco et bon nombre de fans de "screamo-rock".
L'ep éponyme et Géographie croisée" étaient tout simplement excellents, et l'attente de ce nouvel opus s'avéra presque longue.

Le groupe accouche alors...de son raté.
Tout avait trop bien réussi au groupe auparavant : cette fois les parisiens s'enfoncent tristement dans un concept nauséeux.
Tout commence par "Le début des temps", insupportable introduction de 1min35. Particulièrement agaçante, elle a au moins le mérite de nous lancer dans un univers imaginaire, celui d'un conte, la confirmation allait venir avec...

"Du temps avant même le temps" qui débute sur une sorte de diarrhée verbale, une histoire à dormir debout, ou plutôt mal écrite, mal racontée. "On marchait et on marchait" répète sans cesse le chanteur....et bien non, le groupe avance avec la persuasion de faire "tout bien comme il faut" pour paraphraser le leader...en vain.
Quasiment deux minutes parlées gâchent six minutes d'une chanson qui prend des allures noise, qui se perd dans un chaos sans repères, dénué de sens, mais surtout inintéressant.
Le plus frustrant dans tout cela est que musicalement tout n'est pas à jeter. "Seine et pisseux quai" reprend la tradition scream et noise du groupe, mais quelque chose semble brisé malgré une belle clôture et une poursuite sur "Festin" qui n'est pas si mal faite...

Pourtant, Parween s'éloigne petit à petit de son auditeur avec ce fil rouge conté dans "Le quart des temps du temps avant même le temps" puis "Le milieu des temps du temps avant même le temps" : interludes pénibles.
On retrouve des choeurs en fond qui répètent inlassablement "Oh Oh Oh". Ce petit jeu continue sur "A coup de grands vlans" : morceau qui trouve son intérêt dans la composition musicale et dans une fin hurlée à pleines cordes vocales..."De la rareté là" est également un signe que Parween est plein de talent mais se plante sur son concept-album.
Musiciens bruyants mais brillants, le groupe offre ses tripes, pose le jeu, l'accélère, le monte maladivement en clôture (malgré des chœurs en fond exaspérants) pour offrir "Honteux joyeux".

9 minutes d'un régal frustrant. Ça hurle, ça s'arrache, ça plane, ça tire dans tous les sens pour s'achever dans une décadence psychédélique portée par les chœurs (toujours aussi insupportables accompagnés d'un cuivre maladif).
"La fin des temps du temps avant même le temps" clôt l'histoire comme elle avait commencé : MAL.
On retrouve deux cuivres fous , des hurlements perdus qui malheureusement nous effacent du cerveau les rares bons moments passés.

Une histoire bancale comme base de cet album.
"Traité pour une nouvelle croyance de l'événement" aurait pu être un désastre, pire, il l'était durant les premières écoutes.
Alors on apprend à faire le tri : Parween a toujours quelques qualités, mais, cette fois-ci, il nous offre principalement ses pires défauts.
photo de Tookie
le 28/04/2010

5 COMMENTAIRES

Pidji

Pidji le 28/04/2010 à 11:42:07

J'ai été déçu aussi par ce disque, alors que les précédents étaient excellents... Mais je n'aurai pas été aussi dûr que toi quand même, un petit 5 ou 6 auraient fait l'affaire héhé

Jaco bah non

Jaco bah non le 06/05/2010 à 00:42:14

Allons, ne soyez pas si obtus, bande de coreux de base...
Au niveau du Chant, c'est loin d"être aussi catastrophique que vous le dîtes, faut juste adhérer au surréalisme, ce qui n'est certes pas courant en core, and co....

Pidji

Pidji le 06/05/2010 à 10:09:58

Hmm non désolé, j'adhère à un paquet de courants divers et variés, et ce n'est pas forcément la voix qui m'a rebuté, mais le disque dans sa globalité : je l'ai écouté plusieurs fois pour me le mettre en tête, et rien ne me donne envie de le remettre dans ma platine. Et encore une fois j'avais pourtant adoré les disques précédents.

Tookie

Tookie le 06/05/2010 à 11:10:35

Je trouve ton jugement un peu hâtif Jabo bah non...si tu n'as pas l'album entre les mains. Si ton avis se base sur les 3 titres en écoute sur Myspace, tu remarqueras qu'il y en a 2 dont j'ai souligné les qualités (Honteux joyeux, Festin).
---------------------------------------------
Maintenant si t'as acheté l'album, que tu l'aimes et que t'accroches au concept : tant mieux ! Ce ne sont pas 10 euros de perdus ! Mais ce n'est pas le chant qui me gêne dans sa forme (je suis fan des spoken words et hurlements et des 2 albums précédents) mais dans son fond (paroles et choeurs).
---------------------------------------------
Dire que nous n'adhérons pas au "surréalisme" (même si je ne vois pas le rapport avec ce mouvement artistique, on parlera au sens populaire "d'une oeuvre inhabituelle/bizarre/inattendue") quand tu vois les groupes chroniqués ici, j'ai du mal à y croire. Les visuels sont souvent explicites quant à la variété des groupes écoutés et nous accrochons aussi aux objets conceptuels. (Et connaissant les goûts de Pidji et en regardant ma discothèque, je n'arrive pas à me convaincre que nous sommes des "coreux de base", [si cela existe vraiment])
---------------------------------------------
Après je n'ai peut-être tout simplement pas accroché au concept là où d'autres l'ont aimé. Je ne suis pas Dieu derrière son PC. Mais nous en reviendrons toujours à l'éternel débat de l'utilité du chroniqueur quel qu'il soit...le principal étant que le lecteur/auditeur se fasse un avis.

mat(taw)

mat(taw) le 06/05/2010 à 11:37:47

bah si les gars, faut vous y faire: à partir du moment où c'est un tantinet en dehors des cases et que vous n'adhérez pas c'est que vous êtes obtus. C'est plutôt simple non?

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements