Passiv Dödshjälp - Kollektiva Mönster

Chronique mp3

chronique Passiv Dödshjälp - Kollektiva Mönster

Attention gros morceau bien saignant.

 

Voilà le retour de des vilains canards du Crust scandinave pour un album de longue durée très courte, après Skit På Repeat, leur Ep éructé en 2012 et massacrant les Bleus.

 

Fan de Disfear, vous pleurez la défection de Tompa, éparpillé au quatre vents, de votre groupe préféré pas à la mode ? Consolez-vous car Passiv Dödshjälp reprend le flambeau des glorieux ancêtres. Un parallèle parfaitement approprié, tellement Kollektiva Mönster associe le brutal et le catchy comme seul les maîtres ninjas du Punk à clous peuvent le faire.

 

Il fallait s'y attendre car les gaziers ne sont plus des débutants et le temps de la maturité est enfin atteint avec ce troisième album: une expression parfaitement veine que je rêvais d'employer comme les " grands" des magazines musicaux (Philippe Manoaeuvre, Cyril Glaume, ...).

L'intro de la plaque fout la pression de façon très conventionnelle : oki doki on n'est pas là pour rigoli, on avait compris les ptits amis.

Et juste après... là... où vous avez les oreilles, c'est à dire dès "Rapport Till Himlen", la broyeuse de noix Kängpunk se met en route.

Kängpunk ? Rien qu’une appellation très terroir pour désigner le D-Crust à la sauce suédoise, pas d'affolement intempestif.

Passiv Dödshjälp semble avoir penser son album pour être le plus « séduisant » possible. La production grésillante, les refrains de hooligans, les chœurs de malade, les breaks téléphonés, le rythme D-Beat sacré, tout est en place ici, au poil de bras prêt, pour offrir neuf odes au bottage de fesses.

Bigrement violent et à la fois foutrement efficace, Kollektiva Mönster aligne, sans ciller, les riffs sciants, le chant abrasif, le côté foncièrement rock'n'roll jusqu'à la moelle d'un genre que je chéris plus que tout.

 

Les paroles des Suédois mélangent les sujets les plus sérieux avec un ton des plus sarcastiques : hypocrisie du clergé, vantardise des consommateurs dans leur fièvre acheteuse, flics corrompus, dictature des médias sociaux, solitude et violence, autant de thèmes passés à la moulinette des méchants keupons.

 

Aucune tache de propre ne vient dépareiller sur les lickettes du groupe, elles demeurent souiller de fiel et de postillons.

Plus crade que ses homologues de Fredag Den 13:e, Passiv Dödshjälp représente un peu leur  pendant immontrable en société. Un méchant frère sociopathe qui pète et qui rote à table, qui n'essuie pas ses bottes cloutées avant de les coller sur le canapé recouvert du plaid de Tante Ruth. Il vous met en plus un coup de boule si jamais vous avez l'outrecuidance de la ramener pour lui signifier qu'essayer de noyer le chat dans les toilettes n'est pas une occupation moralement acceptable.

Mais cet album peut être trouvé un poil linéaire en comparaison de celui de leurs confrères de Vendredi 13, encore passablement intouchables cette année.

 

La Suède fait flipper, car dans un genre ultra rabâché et utilisant 1 051 fois (petit clin d’œil à Bakounine) la même recette depuis le début des 80's, la contrée arrive encore à enfanter de nos jours, des groupes d'agitateurs refractaires et belliqueux totalement indispensables,

 

Une petite rébellion de temps en temps est comme un orage qui purifie l'atmosphère.

Thomas Jefferson

photo de Crom-Cruach
le 30/12/2013

6 COMMENTAIRES

cglaume

cglaume le 30/12/2013 à 13:27:11

Toi c'est clair: tu ne lis que Salut les Copains et OK Podium comme mags musicaux ! :)

sepulturastaman

sepulturastaman le 30/12/2013 à 13:55:32

Dans un sens ça fait 6 mois qu'on à que c'est deux canards à se mettre sous la dent ;-)

cglaume

cglaume le 30/12/2013 à 14:13:31

On me parle de février dans l'oreillette... Wait & see

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 30/12/2013 à 14:17:22

Février 2018 ?

cglaume

cglaume le 30/12/2013 à 15:05:23

qui vivra verre-à-pied...

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 30/12/2013 à 15:34:02

;)

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements