Pastoral Division - I Heard Kennedy's Death On This Radio

Chronique Maxi-cd / EP (24)

chronique Pastoral Division - I Heard Kennedy's Death On This Radio

Voici une petite découverte bretonne qui annonce de bien belles choses pour la suite. Ils nous sortent ce premier EP 6 titres qui se ballade encore sur plusieurs territoires. Si deux titres affichent un peu trop clairement leurs bases typiquement folk-popy, les autres, par l’ajout de programmations machines pour les mélodies et le beat, évoluent dans une electro-pop riche et inventive.

 

Alors oui pour les parties typées « folk popy », tels des funambules, ils sont sur la ligne étroite entre l’adulte et l’adolescent à l’instar des Belle And Sebastian des débuts. Dans ces moments, pointés sur les couplets du réussi "Land II" et l’intro vocale de "A Fake Romance", ils montrent que cette ligne est bien étroite. On y entendra quelques « imperfections » dans le choix des mots ainsi que dans la mélodie vocale, allant jusqu’à faire souffrir ce "A Fake Romance" par donc, son intro vocale, alors que le morceau évolue magistralement vers ce qui semble leur future maturité, à savoir des chansons à tiroirs, avec des mélodies guitares et vocales accrocheuses enveloppées dans des nappes de sons machines.

 

Si j’ai commencé par mettre en avant le point « sensible » de ce premier EP, ce n’est pas ce qu’il faut garder en tête car dans « premier EP », il y a « premier », et les points forts, ceux d’un groupe qui a déjà commencé son évolution vers la maturité et surtout vers une personnalité, sont bien plus importants. Oui, les 2 titres qui s’enchaînent en plein milieu de cet EP, "Human Smoke 3" et "Ask Your Body", sont tout simplement superbes annonçant les bien belles choses que je vous promettais en début de cette chronique. La complicité parfaite entre les voix, les guitares et les multiples possibilités qu’offrent les machines tant pour le rythme que les mélodies. Et là nos deux matelots montrent qu’ils savent écrire des chansons – et, en passant, que leur EP est bien enregistré et bien produit. Ça peut paraître idiot, mais c’est vraiment l’impression que donnent ces 2 titres aboutis de A à Z quand les autres ne semblent réussis que de B (pour Belle And Sebastian) à N (pour The Notwist), ou de M (pour M83) à S (pour Syd Matters).

 

Au final un bel EP où la mélodie est attachante, la mélancolie joyeuse, et l’avenir prometteur.

 

photo de R.Savary
le 10/03/2012

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements