Perturbator - New Model

Perturbator - "New Model"
chronique Perturbator - New Model

Le fils prodige de la Retro Synth est déjà de retour avec un nouvel E.-P., une fois de plus hébergé par Blood Music, qui donne au musicien les moyens de ses ambitions en terme de son et d'exposition.



Premier contact avec le disque: sa pochette, à mille lieues des standards du genre, le plus souvent extrêmement flashy et fluo, elle est plus noire et sombre qu'une nuit sans lune dans une ambiance urbaine post-apo. Elle est parfaitement raccord avec le contenu musical. Perturbator n'est pas là pour plaisanter et le fait tout de suite savoir, en se démarquant du reste d'une scène qu'il a contribué à populariser. Contrairement aux autes artistes de RetroWave actuels, qui prennent un malin plaisir à explorer toute la palette de sons de leur synthé, Perturbator se contente de sonorités monochromes. Les deux premiers titres, instrumentaux, sont des modèles de noirceur poisseuse, aux beats gras et peu dansants, parfois proches des Cold et New Waves des 80's, de celles que l'on pratiquait dans les clubs berlinois au temps du communisme.



"Vantablack", au nom pourtant sans équivoque (pour ceux qui ne le savent pas, il s'agit de la substance la plus noire qui existe), est cependant le titre le plus léger de cette boule de négativité, du fait en grande partie des ses vocaux masculins signés OddZoo. Mélodiques et aériens, ils apportent une respiration bienvenue, même si elle tombe un peu comme une plume dans le tonneau de goudron.



Par la suite, le musicien revient aux considérations du début de l'E.-P., mais avec une orientation légèrement plus dancefloor. Suit, en clôture de disque, la longue suite baptisée "God Complex » qui prend des allures de bande-originale de film, alternant passages ambiant et section groovy.


photo de Xuaterc
le 23/12/2017

2 COMMENTAIRES

pidji

pidji le 23/12/2017 à 08:54:28

Je suis pourtant pas amateur habituellement mais ce disque passe tout seul, c'est vraiment bien fou tu.

Xuaterc

Xuaterc le 23/12/2017 à 10:30:23

C'est peut-être parce qu'il est à l'opposé de tout ce qui se fait habituellement dans le genre en terme de son et d'atmosphère

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Sleep au Bataclan à Paris le 8 octobre 2019
  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019
  • ARO ORA release party à La Parenthèse à Ballan Miré (37) le 12 octobre 2019