Fred barjo Odonae Acheter CD et vinyles doom métal pas chers
S'inscrire sur COREandCO
Webzine musical COREandCO : hardcore, metal, rock et leurs dérives

Pestilent Reign - "Pyres"

Pestilent Reign - "Pyres"
chronique Pestilent Reign  - Pyres
8/10 0

écouter "Martyr"

Acheter Pestilent Reign  Pyres sur Amazon

CD album CD album (40:00)

 

Style musical : 

Brutal death technique

 

Année : 

2018

 

Tracklist :

1. Martyr
2. You Will Kneel in Piss and Blood
3. Saviour
4. Ouroboros
5. Cleanse the Flesh
6. Zealot
7. I.M.T.R.M.
8. Gutter´s Filth

 

Label : 

Rising Nemesis Records
Dans le même style :
Exocrine - Ascension

Après une bonne nuit de sommeil d'environ 13 minutes, je me suis réveillé frais comme le poisson d'un mauvais restaurant japonais tenu par une famille chinoise.
Grâce à ce dodo réparateur, mes premières paroles de la journée, adressées au conducteur de la voiture qui me précédait, furent une tendre invitation à ce dernier d'aller se faire violemment enculer.

L'insulte, bien que justifiée pour cet abruti en Modus, aurait peut-être pu être évitée par l'écoute canalisatrice de Pestilent Reign.


Ce groupe peut donc sauver des vies...ou au moins améliorer le savoir-vivre sur les routes départementales.

Pas que les teutons soufflent un vent nouveau sur leur genre musical : si des allemands faisaient quelque chose d'innovant ET de bon goût, ça se saurait. 
Pestilent Reign entretient cependant le stéréotype positif (mais stupide comme tous les stéréotypes) de l'efficacité allemande : Pyres est une machine à torticolis.

Après une intro hilarante de ce sous-produit d'humanité d'Alex Jones de 4 secondes, le temps n'est plus à la rigolade et "Martyr" lance le tabassage de près de 40 minutes. 
Inutile de s'évertuer à renouveler le champ lexical du death-metal technique : ce que joue le groupe n'a rien d'original et son effet sur l'auditeur est parfaitement prévisible.

C'est violent, précis, intelligent.


Pour en arriver là, pas de secret : l'alternance entre les blasts, la frappe méchante sur les toms et l'utilisation saccadée des pédales perturbent le rythme cardiaque. 

Le chant entre scream et growl, avec un bavard vindicatif au micro, apparaît comme un soutien à la sécheresse du son des percussions* : le ton sur lequel les mots sortent est dur, agressif. Ce mec a la rage, faudra lui dire qu'un vaccin a été inventé en 1885.
Mais on ne peut pas lui reprocher de manquer de sincérité : la thématique est politique, sociétale pour une prestation bouffie de colère.

Le guitariste a des vers dans les doigts qui se baladent le long du manche sur des soli qui ne souffrent d'aucune longueur. Le reste du temps, ça shredde sévère.

La bonne idée du groupe est également de n'avoir qu'un seul guitariste afin de laisser la basse s'exprimer. Atout pour l'ambiance, atout pour la profondeur sonore : ça ajoute au côté très légèrement groove de ce metal brutal...mais pas trop.

 

Sans chercher à être hyper groovy comme nos camarades de Trepalium, sans tendre vers le jazzy ébouriffant de Gorod, sans pencher pour la grasse crasse de Dying fetus : Pestilent Reign est technique mais se cantonne au metal froid et chirurgical (et nous rappelle parfois même à notre bon souvenir des Hectic Patterns) avec une prod tout de même assez chaude.
L'affirmation de cette personnalité un peu moins aventurière que les groupes sus-cités n'empêche pas d'en retrouver quelques petits éléments sans que cela ne prenne une place trop prépondérante dans les compos.

 

L'écriture de ces huit titres est d'ailleurs assez terrible (au sens positif du terme). Le groupe est capable de maintenant un rythme élevé pendant près de 40 minutes avec 8 titres, tous brillants d'efficacité faisant preuve d'alternance.
Avec une marge de manoeuvre limitée, s'enfermant dans le carcan d'un brutal-death-metal relativement classique, Pestilent Reign propose des titres variants entre 3 et 7 minutes aussi riches que rentre-dedans.
Tous sont marquants à leur manière (par des petits détails comme les arrangements discrets d' "I.M.T.R.M", la guitare d'"Ouroboros", l'énormissime "Zealot"), ils impriment leur personnalité sur une galette dont on peine à dégager les défauts même avec une bonne dose de mauvaise foi...



*(essaie de répéter cette phrase 10 fois rapidement)

photo de Tookie
le 13/04/2018

Commentaires

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 13/04/2018 à 07:33:19

Il est marrant ce chant.

Ajouter un commentaire

Pseudo : e-mail :

Commentaire :

NOTE : Vos commentaires sont soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'ils trouvent que votre message n'a pas à apparaitre ici, il sera supprimé.

Jeux-concours

TENDINITE : 1 vinyle à gagner !

Dernières news

Chronique au Hasard

Lords Of Doubts - Lord of doubts

Évènements

Partenariat Avalanche Soundprod : saison 2018 - premier semestre !Impureza + From Man To Dust + Hyaena au Blue Devils à Orléans le 12 mai 2018The OUTBREAK Fest au Chatodo à Blois avec entre autres PSYKUP, COMITY, HANGMANS CHAIR, DO OR DIE, etc.BISON + LLNN + WREN + DEATH ENGINE à l'Espace B à Paris le 5 mai 2018Tournée européenne  Kids Insane mai 2018