S'inscrire sur COREandCO
Webzine musical COREandCO : hardcore, metal, rock et leurs dérives
Phil Campbell And The Bastard Sons - "S/T"
chronique Phil Campbell And The Bastard Sons - S/T
They're not Motörhead
Acheter Phil Campbell And The Bastard Sons S/T sur Amazon

Maxi-cd / EP Maxi-cd / EP

 

Style musical : 

hard rock varié

 

Année : 

2016

 

Tracklist :

1 Big Mouth
2 Spiders
3 Take Aim
4 No turning back
5 Life in Space

 

Label : 

UDR
Dans le même style :
Led Zeppelin - How the west was won

Phil Campbell est connu pour avoir été le guitariste de Persian Risk, groupe avec lequel il a sorti 2 singles au début des années 80... vous me direz qu'il a quand même été plus connu pour avoir été le guitariste de Motörhead pendant plus de 30 ans et vous aurez grandement raison ! 

 

Bien que le groupe s'appelle The Bastard sons, c'est bien Phil et ses 3 fils légitimes qui jouent dedans ! Todd, comme lui à la guitare, Tyla à la basse et Dane à la batterie. Le micro lui n'est pas tenu par un membre du Clan Campbell (il en boit peut-être quand même) mais par Neil Starr.

 

Ce premier EP nous propose 5 titres assez différents les uns des autres... Il aurait certainement été facile pour Campbell de faire du Motörhead mais le Gallois en a décidé autrement.

 

« Big Mouth » est un hard rock rapide, pêchu mais propre ! Le chant de Neil est bien éloigné de celui de Lemmy, il est propre et claire. Ça pourrait faire penser à AC/DC ou Airbourne en moins nerveux. « Spiders » est lent, lourd avec un côté rampant, le tout très contre-balancé par le chant très clair une fois de plus. « Take Aim » est rapide mais penche sérieusement du côté hard US (comme on disait dans les années 80) avec un côté Def Leppard des débuts (je sais que Def Lepp est anglais mais musicalement ils ont toujours eu un côté américain) tout ça jusqu'à une accélération où ça devient plus rentre-dedans, plus rock... toutefois les chœurs et le refrain restent très radiophoniques ! « No turning back » est le titre qui fait le plus penser à Motörhead ici , enfin sur certains passages qui sont alternés avec des passages plus légers... on notera un ralentissement et alourdissement sur la fin du titre. « Life in Space » est le moins Motörheadien des morceaux présents ici car c'est un morceau acoustique, chant et guitare sèche, ça commence comme une ballade lumineuse et caressante, on a toutefois quelques passages plus rythmés et une accélération sur la fin mais les guitares ne seront jamais branchées ! (On n'oubliera pas des titres comme « 1916 » ou « All for you » toutefois).

 

Au final même si l'ensemble n'est pas mal, il faut quand même admettre 1) que c'est bien loin de Motörhead (mais pourquoi pas d'ailleurs) et 2) que ça fait très fourre-tout et que ça laisse assez perplexe sur la voie que le groupe va choisir pour la suite de sa carrière (le premier album, The Age Of Absurdity, sortant en janvier, on sera vite fixés). Phil Campbell était de toute façon face un paradoxe sans solution... soit il faisait du Motörhead et on l'accusait de ne pas se renouveler, soit il faisait (comme c'est la cas ici) son propre truc quitte ce qu'on pense qu'il s'est trop éloigné de son groupe d'origine.

photo de Papy Cyril
le 03/11/2017

Note des commentateurs : 5/10 (sur 1 votes)

Commentaires

Crom-Cruach

Sa note : 5/10

Crom-Cruach le 03/11/2017 à 14:04:30

Mou du bout

Ajouter un commentaire

Pseudo : e-mail :

Commentaire :

NOTE : Vos commentaires sont soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'ils trouvent que votre message n'a pas à apparaitre ici, il sera supprimé.

Dernières news

Chronique au Hasard

Kaets - Human machine

Évènements

WOODBANG Fest à Ensisheim le 9 décembre 2017Winterfall night III à Tours le 8 décembre 2017In Theatrum Denonium à Denain (59) le 13 janvier 2018INTERVALS + Polyphia + Nick Johnston au Ferrailleur à Nantes le 26 novembre 2017