Pink Floyd - The Dark Side Of The Moon

Pink Floyd - "The Dark Side Of The Moon"
chronique Pink Floyd - The Dark Side Of The Moon

The Dark Side Of The Moon. Nous y voilà. L'album de tous les excès, de tous les records. Entre 45 et 50 millions d'exemplaires vendus, 591 semaines consécutives dans le Billboard 200 américain, pour n'en citer que deux. Quiconque affirme ne jamais avoir entendu le moindre extrait de cet album est un menteur. Quarante-trois minutes qui ont durablement et profondément marqué le monde de la musique. Pour la petite histoire, une partie des bénéfices servirent à financer Monty Python: Sacré Graal! (les musiciens étaient grands fans du Flying Circus).



Laissons de côté ces aspects pour nous concentrer sur la musique. Contrairement à ses habitudes de rentrer en studio sans avoir d'idée précise de ce qu'il allait en sortir, pour ce huitième album, Pink Floyd l'a entièrement composé puis a passé plusieurs mois sur les routes, le jouant dans son intégralité et dans l'ordre, afin d'en peaufiner les titres. Les retours sont unanimes et dithyrambiques. À la suite de cette tournée, direction les studios d'Abbey Road pour des sessions d'enregistrement en deux temps, entrecoupées d'une nouvelle tournée. L'ingénieur du son Alan Parsons, qui a déjà collaboré avec le groupe sur Atom Heart Mother, supervise les enregistrements.



Des centaines des pages ont été écrites sur les détails techniques des prises de son et du mixage, quasiment chaque note de The Dark Side Of The Moon s'est vue analysée, a fait l'objet d'une thèse. Je ne rentrerai pas dans ces considérations, si elles vous intéressent, si vous voulez vraiment savoir quel modèle de synthé a été utilisé sur "Any Colour You Like", ou comment l'équipe technique est arrivée à mixer toutes les pistes, votre moteur de recherche préféré vous sera plus utile que moi.



Dans la carrière de Pink Floyd, l'album au spectre lumineux (encore une trouvaille géniale de Storm Thorgerson) marque un tournant. Les longues plages instrumentales, tout droit issues du psychédélisme, sont mise de côté au profit de titres plus courts qui font la part belle aux expérimentations sonores folles, aux mélodies finement ciselées, et aux bidouillages empruntés à la musique concrète. Chaque détail a été minutieusement écrit et réfléchi, pour donner cette impression d'absolue équilibre (je n'ose dire perfection), faisant fi des contraintes techniques.



Les deux faces du vinyle constituent clairement chacune un ensemble qui s'écoute d'une traite, les titres s'enchaînent sans temps mort. De "Speak To Me" à "The Great Gig In The Sky" puis de "Money" à "Eclipse", l'auditeur est plongé dans les affres et tourments de la société moderne des années 70, société consumériste et anxiogène, couplés aux névroses autour de la mort et encore et toujours la démence de Syd Barrett. Afin de mieux coller à ces concepts, les paroles sont plus simples et plus directes, abandonnant elles aussi leurs penchants psychédéliques et poétiques. Les voix de Gilmour et Waters se marient comme jamais et une voix féminine, celle de Clare Torry, fait une apparition sur le dernier titre de la face A, pour prestation improvisée, une mélodie sans paroles, empreinte de folie.



Maintes fois remixé, remasterisé, réédité, The Dark Side Of The Moon est devenu et reste encore de nos jours un maître étalon dans de nombreux domaines: la musique progressive et le Rock en général, les concept-albums, la production... Même le Punk lui doit beaucoup. Malgré tout, j'ai toujours trouvé qu'il manquait quelques chose à cet album. Quoi? Vous le saurez au prochain épisode.


photo de Xuaterc
le 28/10/2018

9 COMMENTAIRES

Xuaterc

Xuaterc le 28/10/2018 à 14:17:49

Mystère de la technique, le "prochain épisode" a été publié la semaine dernière....

pidji

pidji le 28/10/2018 à 16:26:50

Yes encore désolé !

pidji

pidji le 28/10/2018 à 16:27:11

Sinon c'est un des PINK FLOYD que je connais le plus, et je l'apprécie énormément.

el gep

el gep le 29/10/2018 à 13:30:01

Eeeeerrrrfff! Vraiment pas mon préféré, çui-là! Je trouve "Wish you were here" ou même "Animals" bien supérieurs, vraiment...

Xuaterc

Xuaterc le 29/10/2018 à 18:21:21

Bien d'accord avec toi, mais il faut bien reconnaitre les nombreuses qualités de cet album

el gep

el gep le 29/10/2018 à 19:34:31

Ouaip, il en a des qualités mais par moments il fait trop musique d'ascenseur pour moi!

Xuaterc

Xuaterc le 30/10/2018 à 15:01:35

Disons que pour TDSOTM, on a des qualités absolues et que l'émotion est plus du côté de WYWH. Et je trouve que c'est The Wall qui a plus un côté musique d'ascenseur

el gep

el gep le 31/10/2018 à 08:27:52

Gnnnn? The Wall?!? Ascenseur vers l'échafaud, oui! Y'a pas de saxo sirupeux au moins dans "The Wall" (enfin je crois...).

Xuaterc

Xuaterc le 31/10/2018 à 09:58:07

Un paquet de mélodies faciles à mon gout

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019