Pink Floyd - Wish You Were Here

Pink Floyd - "Wish You Were Here"
Pink Floyd - Wish You Were Here (chronique)

La chronique en version courte (copyright Lapin jaune): Pink Floyd est le plus grand groupe de Rock et Wish You Were Here est son meilleur album.



J'aurais pu en rester là pour ma chronique du successeur de The Dark Side Of The Moon, encaisser mon chèque et attendrez le prochain album d'Avant-garde Black Metal. C'était sans compter ma conscience professionnelle, aussi légendaire que le ministère des marches stupides.



Wish You Were Here, neuvième album studio du quatuor anglais, a donc la lourde tâche de donner suite au succès inter dimensionnel de la troisième plus grosse vente de disques de l'histoire. Durant l'interminable tournée qui suit la sortie de l'album, les critiques pleuvent dru et le groupe, habituellement sujet aux errements et aux doutes, voit ses travers exacerbés et se retrouve au bord de l'explosion. Piqué au vif, la réaction de Pink Floyd est superbe. Pas de copie conforme du dit précédent disque, pas de retour au dandisme psychédélique des débuts, mais une évolution logique, synthèse de tout ce qui a précédé, en se projetant vers l'avenir.



Ouvrant et clôturant le disque, "Shine On You Crazy Diamond", pièce principale du disque, se divise en deux parties, elles-mêmes composées de cinq et quatre mouvements. Les neuf premières minutes, instrumentales, sont menées par les claviers spatiaux de Wright et la guitare aérienne de Gilmour et balancent entre mélancolie et délicatesse. Puis la voix éthérée et posée fait son entrée rapidement suivie par le saxo virevoltant de Dick Parry, déjà présent sur The Dark Side Of The Moon. Il n'est pas le seul invité de l'album, pour la première fois de son histoire, un titre n'est pas chanté par un membre du groupe: "Have A Cigar" est interprété par Roy Harper. Avec "Welcome To The Machine", la chanson reprend les thématiques de rejet de l'industrie musicale et de la course à la réussite, déjà abordées sur le prédécesseur.



Le titre éponyme, dont je n'ai découvert la renommée internationale que sur le tard, montre toute la classe britannique de la formation au travers une courte balade délicate qui lui dévoile une facette poppy rappelant le premier album. Wish You Were Here se termine sur les douze minutes trente des quatre dernières parties de la suite « Shine On », reprise instrumentale, continuation logique du titre.



Une fois encore, et bien plus que par le passé, la non-présence de Syd Barrett est palpable chaque instant, le musicien a même rendu une visite surprise à son ancien groupe pendant que ce dernier enregistrait. Les sentiments d'absence et de manque continuent à constituer la force motrice du Floyd au sommet de son art. Wish You Were Here est son meilleur album (quoi, je l'ai déjà écrit?).


photo de Xuaterc
le 21/10/2018

2 COMMENTAIRES

cglaume

cglaume le 21/10/2018 à 09:38:03

C'est à la fin la chronique version courte :P

Xuaterc

Xuaterc le 21/10/2018 à 09:40:34

Je sais, mais il fallait que je me démarque un peu...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme

CD album CD album (44:28)

Acheter Pink Floyd Wish You Were Here sur Amazon

Tracklist

Shine On You Crazy Diamond (Parts I–V)
Welcome to the Machine
Have a Cigar
Wish You Were Here
Shine On You Crazy Diamond (Parts VI–IX)

DANS LA VEINE

Pink Floyd - MeddlePink Floyd - Meddle

évènements

  • Birds in row + Coilguns + KEN mode au Petit Bain à Paris le 29 novembre 2018
  • Daughters au Point Éphémère à Paris le 10 avril 2019
  • NOTHING au Gibus à Paris le 30 novembre 2018
  • Tournée française SEEDS OF MARY du 15 septembre au 8 décembre 2018
  • Loth x Acedia Mundi x Finis Omnium @ Le Cirque Electrique / Paris le 24 novembre 2018