Piri Reis + Child Meadow - Piri Reis/ Child Meadow split

Piri Reis + Child Meadow - "Piri Reis/ Child Meadow split"
chronique Piri Reis + Child Meadow - Piri Reis/ Child Meadow split

Aaaah la Malaisie ! Sa monarchie constitutionnelle, sa religion d’État et son autoritarisme bienveillant... Autant d'aspects réactionnaires qui apparaîtront, aux yeux de n'importe quel droit de l'Hommiste, comme des anachronismes déshonorants sa fiction moderne. Dissimulant la nature même de ses institutions racistes derrière ses illusions universalistes, la culture Francocorico armée de son arrogance Historique nous donne toujours à voir lors de ses spectacles dégoulinants de Nation/Porn un archaïsme excitant et perpétuant le sentiment et l'émotion nationale. Et merde ! La plupart de nos émotions, même les plus intimes, celles qui semblent a priori viscérales et singulières ne sont pourtant que la résultante des effets de la structure sociale. Sort de cette chronique Karl ! Les lois de l'histoire ne t'ont pas donné raison... L'émotivité nationale et de masse on s'en tape, seul l'émotion violente et déterritorialisée nous libérera des effets de la standardisation des affects. L'Emo-violence qu'il vienne de France, de Malaisie ou de Navarre ne s’embarrasse pas de dégueulasseries identitaires, n'instrumentalise pas nos affects à des fins politiques ou marchandes mais cherche avant tout à promouvoir dans un cri presque anthropologique la dimension communautaire et existentielle d'affects obscurcis par trop de désolation.



Piri Reis, modeste combo Malaisien promeut très bien cette idée depuis maintenant 2015 et la sortie de sa première Démo, héroïquement intitulé Démo. Depuis cette sortie héroïque donc, il y eut un Split partagé avec Coma Regalia et puis un petit dernier pour la route, celui-ci sortie en collaboration avec les rageux Emokids Toulonnais de Child meadow. Si le groupe s'inscrit dans la veine très classique des mémorables Américains de Orchid ou encore de celle des Allemands de Danse macabre, il peut tout de même prétendre, malgré son manque de sophistication par rapport au Drei Affen de Drei Affen, au statut de formation Emo-violente notable en cette fin d'année 2017. En l'espace de seulement trois titres, les Malaisiens de Piri Reis nous régalent de leur musique aussi incisive que poignante. Les riffs du guitariste sont pénétrants et sacrément coupants dans les moment de pure hystérie affective. Construit dans le même moule, les trois titres de Piri Reis se décomposent efficacement de la façon suivante: 1/ Irruption violente, 2/ Interlude mélo, 3/ Déflagration Emo. Le morceau emblématique « Petit à Petit l'Oiseau Fait Son Nid » est d'une très bonne facture. Son début hyper-haché à la guitare est porté par une chanteuse certes un peu fauché, mais tellement au bout de sa vie au chant qu'on ne peut être insensible à ses vocalises passionnées et borderlines; qui dans l'enfer Psychiatrique seraient lâchement réprimandée par une  bonne vieille mesure de contention. Le sample utilisé pendant l'interlude de ce titre s'apparente beaucoup à ceux utilisés par Sed Non Satiata sur leur dernier Split w/Carrion Spring. Ambiance carcérale et interactionelle hyper glauque !!! Le final lui est juste incroyable. Très mélodique et très rentre dedans. La brève saillie (5 minutes montre en main) de Piri Reis se termine sous un déluge d’agressivité, d'émotions aussi bagarreuses que bouleversantes. Des émotions comme celle là j'en prendrai tous les jours. Toutes celles ressentis devant un match France-Malaisie, devant n'importe quelle Fiction, devant n'importe quel Flicaillon - même plus peur - ne valent rien. Détruisons cet ordre socio-culturel qui exige de nous des émotions basses, archaïques et une émotivité socialement acceptable. Combattons le avec celles que nous aurons choisies : des subversives, violentes et authentiques quitte à passer comme la chanteuse de Piri Reis pour des fous/folles furieux/ses. Piri Reis ça fais du bien là ou ça fais mal... c'est bon pour la gueule et ça redonne goût en les émotions. Et Putain longue vie à l'Emo-violence !! MEEERRRDDDEEE A LA FIIIN!!


photo de Freaks
le 23/10/2017

5 COMMENTAIRES

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 23/10/2017 à 18:17:30

Vindiou cette intro de chro !!

Freaks

Freaks le 23/10/2017 à 20:09:43

"J'fais c'que j' peux avec c'que j'ai grand" Dixit King Ju ;)

Gruika

Gruika le 24/10/2017 à 18:15:11

Très bonne chronique!

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 24/10/2017 à 19:26:22

"Au volant, je ne dépasse jamais la vitesse du regard. Et puis, tout est une question de réflexes." dixit Jack Burton

Freaks

Freaks le 25/10/2017 à 13:20:53

Badass!
Très bon groupe surtout Gruika.. mais merci quand même je prend ;)

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019