S'inscrire sur COREandCO
Webzine musical COREandCO : hardcore, metal, rock et leurs dérives

Plastic - "Here, there is no gravity"

Plastic - "Here, there is no gravity"
chronique Plastic  - Here, there is no gravity
7.25/10 0
Acheter Plastic  Here, there is no gravity sur Amazon

CD album CD album (53:00)

 

Style musical : 

Rock grunge

 

Année : 

2018

 

Tracklist :

Flossing
Melt
Situations
Mirror Silhouette
Headless Rabbit
Wool
Skin Is Peeling
My Warm Bed
I've Been Floating
Hypochondriac
Sweet Low
Fizzy Haze

 

Label : 

Sweet low records
Dans le même style :
Seeds Of Mary - The Blackbird And The Dying Sun

La nostalgie est un vilain sentiment : il naît lorsque le présent ne nous contente pas et que l'on ne croit pas en un avenir meilleur. C'est un peu malheureux, mais cela permet aussi de prolonger le plaisir de revivre de grands moments...

 

...comme celui du rock des 90's !

 

Alors voici Plastic, qui se réclame ouvertement de Nirvana, Soundgarden, Mudhoney et Alice in chains. Il est aussi délicat de les contredire que d'envisager d'autres influences...hormis éventuellement les Foo Fighters (pour le sens mélodique) et Dinosaur Jr (pour un solo ou deux).


Ce premier album est un hommage totalement assumé au grunge d'il y a 20 ans avec le son lisse de l'année 2018 : le résultat est plutôt rafraichissant.

Rafraîchissant. Pour un genre musical surexploité et abandonné il y a bientôt 25 ans.
Parce que Plastic sait faire du grunge à la perfection : il a bien appris de ses aïeuls, de tous ses aïeuls.
Durant 53 minutes, Plastic imite le son d'un bout de décennie et de toute une scène en recréant la formule magique d'une époque dorée.

Tantôt mélodique et léger, parfois complètement punk et hurlant, capable d'être grunge et catchy ou à l'inverse profondément mélancolique, pouvant même passer à l'acoustique, le groupe a plusieurs cordes à son arc. Here, there is no gravity est une machine à tubes du passé.


Mais Plastic n'a rien de novateur. Peu importe : il est excellent dans ce qu'il fait.

Alors qu'on aurait aisément pu l'imaginer de Seattle, le groupe anglais offre un album, qui, malgré sa durée, ne connaît pas de temps faible. Porté par un chanteur dont on découvre plusieurs facettes vocales, secoué par un orchestre qui a bien appris ses leçons de grunge, Plastic ne craint pas de s'essayer à quelques expérimentations.
Avec par exemple le grésillant "Sweet low", le groupe entame un voyage tortueux de 10 minutes poursuivant le freinage un peu brutal de l'album entamé sur "Hypochondriac".
Le dernier quart d'heure de cet album propose des titres un peu plus complexes, et s'éloignent ainsi du rock-grunge un peu plus "pur" et direct. Une audace payante qui dépoussière un genre dont on finit par se demander s'il avait été complètement exploité artistiquement...

 

...comme quoi, la nostalgie peut amener à reconsidérer l'avenir...

 

photo de Tookie
le 18/04/2018

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Pseudo : e-mail :

Commentaire :

NOTE : Vos commentaires sont soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'ils trouvent que votre message n'a pas à apparaitre ici, il sera supprimé.

Jeux-concours

TENDINITE : 1 vinyle à gagner !

RUSSIAN CIRCLES à l'Aéronef à Lille le 26 mai : 2 places à gagner !

Dernières news

Chronique au Hasard

Not Scientists - Destroy to rebuild

Évènements