Population Reduction - Each Birth A New Disaster

Chronique CD album (29:37)

chronique Population Reduction - Each Birth A New Disaster

C’est un duo de ricains bien vénère qui m’est tombé sur le coin de la gueule lorsque je me suis mis en tête d’écouter ce Each Birth A New Disaster ! Ils ont commencé leur carrière il y a plus de 10 ans dans l’Ohio, ceci est leur premier et unique album à l’heure actuelle. Entre temps les deux excités nous ont pondu deux démos, deux EPs (dont l’intégralité du deuxième se retrouve dans cet album) et deux splits (l’un avec Dysmorfic et l’autre avec Abscess). Ils ont également déménagé en Californie, si jamais il y a des groupies parmi vous...

 

Avec un tel nom et une pochette qui va de paire, on sait plus ou moins quoi attendre de la part de Population Reduction... Je dis bien « plus ou moins » car en voyant ce skeud dans le rayon ‘’Grindcore’’ je m’attendais à un truc ultra-speed à la Agoraphobic Nosebleed et des morceaux de moins d’1 minute, alors que c’est un peu plus nuancé que ça... Il s’agit plus ici de Grindcore Old-school bien cradingue, qui tire fortement sur le Thrash/Crossover avec des riffs à la Municipal Waste.

On oscille donc entre un Grindcore furieux à l’inspiration bien Punk, qui réunie tout les ingrédients du genre, avec quelques écarts du côté du Black metal de temps en temps ; et un Thrash bien crade à travers les riffs, surtout lors des ralentissements qui font toute l’accroche de leur musique, comme sur « Legalize Everything » par exemple. Au bout du compte, on arrive à un résultat proche des débuts du Grind à la Terrorrizer, voir Napalm Death...

 

On ressent souvent quelque chose de ‘’Black’’ dans la voix du chanteur, sa voix est particulièrement écorchée pour du Grind. Il ne tombe pas dans la voix stridente et hystérique, il reste dans un registre assez graveleux et alterne avec une voix gutturale bien profonde.

On a également le droit à une bonne dose d’humour dans les textes : « Cock Rock Barbeque », « Black Metal Beach Party » ; le duo a aussi l’air porté sur la fumette : « Hash Smocking Grind Freaks », « Legalize Everything »... Pour le reste on retrouve les sujets classiques (zombie, violence et vive l’anarchie nous on crame tout).

 

C’est en somme un album vraiment bien foutu qui m’est tombé entre les mains, une musique un peu rétro qui ne manque pas d’entrain et de personnalité. C’est le genre de musique qui devrait attirer les amateurs allant de Rotten Sound à Extreme Noise Terror.

photo de Domain-of-death
le 10/02/2011

3 COMMENTAIRES

vkng jzz

vkng jzz le 10/02/2011 à 10:12:55

j'ai découvert ça ya un moment, bien punk dans l'esprit ce machin j'ai trouvé ça plutot sympa, et la pochette quoi hahaha

mat(taw)

mat(taw) le 10/02/2011 à 13:20:34

le mélange des genres tels que tu le décris ça me fait penser à du Pig Destroyer, faudrait que j'écoute ça.

GrindLee

GrindLee le 10/02/2011 à 23:13:57

Ca fait penser à du PLF par moments ;)

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • EARTH au Petit Bain à Paris le 19 novembre 2019
  • Hexis + WOES + Expiation au Puzzle Pub Tours le 2 novembre 2019
  • BRUTUS, DAGOBA, LISTENER et d'autres au Poche à Béthune jusqu'au 10 novembre 2019

HASARDandCO

Dylath-Leen - Cabale
Benighted - mars 2009