S'inscrire sur COREandCO
Webzine musical COREandCO : hardcore, metal, rock et leurs dérives

Profane Burial - "The Rosewater Park Legend"

Profane Burial - "The Rosewater Park Legend"
chronique Profane Burial - The Rosewater Park Legend
8/10 0

écouter "The Soldier’s Song"

Acheter Profane Burial The Rosewater Park Legend sur Amazon

CD album CD album (49:37)

 

Style musical : 

Symphonic Black Metal

 

Année : 

2018

 

Tracklist :

The Tower Bell
The Stench of Dying Roses (The Children's Song)
The Soldier's Song
A Different Awakening (A Proclamation by the Priest)
An Interlude (or How the Curse of Rosewater Park Began)
The Letters
The Tale the Witches Wrote

 

Label : 

Apathia Records
Dans le même style :
Uhl + Karcavul - Cancer Au Presbytère - Split K7

Je croyais qu'on avait brûlé le dernier groupe de Black Sympho en place publique d'Oslo en 2005. Le style, ringardisé par les évolutions pathétiques de Dimmu Borgir et de Cradle Of Filth, a été balayé par les jeunes aux dents longues du Black Atmo et du Post Black. Il serait pourtant dommage de le résumer à ces deux têtes d'affiche, il a engendré quelques bijoux tels que Nexus Polaris ou Ode to the Nightsky. Il en faut du courage en 2018 pour marcher dans les New Rock de Limbonic Art et consorts (les toulousains de Allegiance s'y sont essayé il y a peu), tourner le dos aux adorateurs de Wolf In The Throne Room, et c'est exactement ce que propose Profane Burial.

 

The Rosewater Park Legend est leur premier album, mais il ne s'agit pas d'une œuvre composée et enregistrée à la va-vite par une jeune formation qui vient de découvrir un CD de Moon in the Scorpio au fond d'un bac de promo chez Rema 1000. Bien au contraire, les norvégiens, ayant tous oeuvré dans des formations réputées, ont compris et digéré les codes de ce style tombé en désuétude, on est en présence de vrais passionnés qui ont très bien compris qu'on pouvait encore en écrire de nouvelles pages.

 

Pendant une cinquantaine de minutes, nous voilà replongé à la fin des années 90, à l'époque où les claviers étaient un élément essentiel des formations BM. Profane Burial nous épargne l'éculée intro symphonique, mais sinon, tous les éléments indispensables à un bon album du style sont réunis ici. Le groupe est cependant suffisamment intelligent pour ne pas se présenter comme un clone, ses influences sont certes assez évidentes, mais pas encombrantes. De ce fait, l'ensemble ne respire pas l'originalité mais sa qualité fait qu'on peut aisément passer outre.

 

Grâce à un équilibre trouvé entre mélodie, agression et orchestrations, Profane Burial nous permet de passer un plus qu'agréable moment, loin d'être inoubliable. Mais il s’agit là de leur premier album, il y a fort à parier, connaissant le pedigree des musiciens, que la suite vaille encore plus le détour.

 

photo de Xuaterc
le 31/05/2018

Commentaires

el gep

el gep le 31/05/2018 à 09:35:58

"Blackwater Park", lapsus de ta part?

Xuaterc

Xuaterc le 31/05/2018 à 12:26:36

effectivement, mea culpa, d'autant plus que je ne suis absolument pas fan du groupe en question

Xuaterc

Xuaterc le 31/05/2018 à 12:39:32

j'ajouterais, "quel boulet"...

Ajouter un commentaire

Pseudo : e-mail :

Commentaire :

NOTE : Vos commentaires sont soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'ils trouvent que votre message n'a pas à apparaitre ici, il sera supprimé.

Jeux-concours

TENDINITE : 1 vinyle à gagner !

Dernières news

Chronique au Hasard

ION DISSONANCE - Minus the Herd

Évènements