Programme - Agent réel

Chronique CD album (56.37)

chronique Programme - Agent réel

On savait Diabologum différent et concluant, on sait depuis un moment que ses ex-membres le sont également. C'est le cas de Michel Cloup avec Expérience, et bien sûr d'Arnaud Michniak avec Programme, qu'il forme avec Damien Bétous, dans un registre similaire dans le sens où il associe phrasé rap, spoken word, rythme saccadé et instrumentation rock souvent noise.


Il s'agit ici du troisième disque et la cohésion n'est plus à démontrer, au contraire, elle fait feu de tout bois sur les neuf titres dévoilés, dès "Je m'appelle", où Michniak manie le verbe avec fracas et ironie sur fond de guitares plombées et de percus éparses et massives. Puis "Agent réel", lui aussi haché et doté d'un arrière-plan grinçant, enfonce le clou de cette orientation habile et originale. "Bruit direct", le titre suivant, instaure une trame noisy du plus bel effet, torturée et allant de pair avec la verve textuelle de l'ancien Diabologum. Le rythme syncopé prévaut et s'allie avec ces six-cordes la plupart du temps cinglantes, parfois plus fines comme sur "Epreuve de force", ou vrillées sur "Y'a quelqu'un?".


Chaque titre vaut le détour et incite à des écoutes répétées, tant le style se veut à part et génère un rendu au delà de tout soupçon. Et Programme, même lorsqu'il se déleste de son instrumentation puissante ("Ce n'est pas ça"), reste performant et captivant. C'est aussi le cas sur "Nettoyage ethnique", lequel permet de se rendre compte de l'excellence du duo quel que soit le contenu: étoffé ou plus "léger", puissant ou plus affiné, Programme tient ses promesses et même "Nous", titre avoisinant les trente minutes, dont plusieurs, un tantinet longues mais intéressantes, au fond délibérément noisy, produit un effet significatif en faisant dans l'expérimental. Sonic Youth a de toute évidence jalonné le parcours d'Arnaud et Damien, qui réussissent sur ce titre la prouesse d'avancer à l'instinct, sans réelle structure, pour finalement rester cohérents et toujours retomber sur leurs pattes. Puis "N.A.M.", dernier morceau aux percussions assénées, épaulées par des guitares peu présentes mais remarquées en raison de leur sonorités acides, met fin de façon idéale, selon une trame qu'on pourrait considérer conne étant la marque de fabrique de Programme, à un opus de belle facture.

photo de Refuse to keep silent
le 18/06/2010

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements