Rancid - Trouble Maker

Rancid - "Trouble Maker"
chronique Rancid - Trouble Maker

Aïe aïe aïe comment ça fait mal d'écharper un de ses groupes préférés, mazette.

 

Bon, faut être honnête depuis le fabuleux Indestructible (2003), les Californiens déclinaient peu à peu, passant toujours pour des mecs qui se cognent des avis mais avec de moins en moins de gniak.

Et le Punk sans la gniak, ça ressemble à du rock de glandus.

Honor Is All We Know donnait encore pas mal le change, il y a trois ans, véloce et agile. Mais là, on touche le bedonnant iroquois se promenant, pépère, la canette de binouze à la main en tentant de donner des coups de pieds à des cons de pigeons.

Pourtant "Track Fast" déboule en mode Street Punk vénèr, la morve au nez. On frétille, en renversant sa 9°9 sur le sofa. Merde, bobonne va nous fusiller mais tant pis c'est le dernier Rancid quoi !!!!

La suite ? La suite s'empêtre dans du Keupon générique sans aucun relief, bien joué et entraînant avec plein de cœurs, de solos rancidiens, tout ça, mais... mais... Bon y'a des « Oh Yeah » aussi, oui mais...

Rancid ronronne. Et ne crache plus.

Le combo n'équilibre plus sa zic entre des titres chaloupés et d'autres bien plus frondeurs. Tim aurait-il composé la quasi intégralité du skeud au détriment de Lars ? On est en droit de se poser la question alors que l'ennui s'installe vraiment à partir de "Buddy" avec son intro toute pourrave à l'harmonica (ou un truc qui y ressemble vaguement).

Matt, à la basse, d'habitude si prolixe de lignes revigorantes, semblent s'emmerder, avec nous. C'est dire...

 

La prostration limite quoi. Même si l'ambiance générale est globalement bien joyeuse. Du piano ? Ils nous collent même un piano tout sautillant !!! C'est peut-être ça la grosse coquille en fait, le keupon guilleret, c'est sans intérêt.

Probablement que les mecs s'en cognent désormais de la révolte adolescente et bien alors qu'ils fassent une pause ou s'arrêtent à jamais pour éviter de foutre en l'air une disco magnifique.

 

Au final, on s'est pris une branlée par sa femme, rapport au divan tout fichu mais pas par Rancid et c'est bien les boules. Alors, ne comptez pas sur moi pour chroniquer la purge constituée également  par le dernier Dropkick Murphys.

Une déprime à la fois, s'il vous plait.

photo de Crom-Cruach
le 23/10/2017

2 COMMENTAIRES

cglaume

cglaume le 23/10/2017 à 12:29:10

Le keupon guilleret, voire Nawak, c'est très bien, si si... Mais tu n'aimes peut-être pas Ludwig Von 88 ? :)

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 23/10/2017 à 18:14:22

Bouarf parle-moi plutôt de The Toy Dolls !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements