Rescue Rangers - Divisive

Rescue Rangers - "Divisive "
chronique Rescue Rangers - Divisive

Je sais bien que dans le Pas-de-Calais nous avons quelques temps de retard. On dit même que dans certains villages demeurent encore quelques militaires allemands qui n'ont pas appris que la guerre était finie. Mais quand même : chaque matin je passe sous un pont tagué depuis plusieurs mois avec un talent calligraphique discutable que voici : 

 

 
 

Le 5 avril de cette année 2019 nous "fêtions" les 25 ans de la mort de Kurt Cobain. Aujourd'hui encore les doutes demeurent : est-ce qu'on doit en vouloir à Courtney Love ? Est-ce qu'on aurait pu éviter ça ? N'y avait-il pas un autre moyen de soigner une migraine persistante ? 
Le suicide de Kurtinounet continue de plonger des générations d'ados dans le désarroi après avoir pourri celle qui a grandi avec le rock durant les 90's.
Mais c'est aussi sa mort qui permet de garder vivace le grunge qui aurait pu finir comme le néo-metal avec d'autres passades musicales rentables : de vagues souvenirs de modes musicales qui remplissaient autrefois les tiroirs-caisses d'acteurs de la musique sans grande conscience artistique.

 

Bref, j'ai digressé avant même de commencer : le 5 avril 2019 est sorti Divisive de Rescue Rangers
Le choix dans la date (#macontrepéteriepréférée) n'est pas le fruit du hasard : quand on fait un rock bien grunge et nostalgique comme celui des Sudistes, il ne peut y avoir qu'une forme d'hommage derrière cette préférence calendaire.

Après un "Join hate" réussi et terriblement régressif, le sentiment qui accompagne la sortie d'un nouveau RR est le plaisir...auquel on ajouterait presque de l'impatience. Quelque peu inégal, Join hate avait réussi à contenter son auditeur par la puissance et l'efficacité de son shoot nostalgique musical.

 

---> Qualité ou défaut ? Devisive propose exactement la même chose.

Que cela soit dans sa durée (26 minutes), le nombre de titres (11), ou même le producteur (Page Hamilton d'Helmet) : rien ne distingue, a priori et dans la forme, cet album du précédent.
Dans le fond non plus. On retrouve la même orientation sonore : si les pionniers du grunge avaient joué à notre époque, ils auraient peut-être bien sonné comme ce disque. C'est beau, c'est propre mais c'est aussi furieusement rock. 
Avec des compos courtes, RR s'efforce de condenser tout ce qui fait la réussite d'un bon titre : de bons riffs (bien que l'on pige vite les gimmicks des guitaristes), une puissance mélodique burnée et un entrain rythmique que le couple basse/batterie mène avec aisance pour donner vie à un disque qui ne prend pas de temps de repos. À ces considérations terre à terre, voire techniques, le groupe insuffle une certaine chaleur dans un album qui manque de surprise, de "corps", de richesse, mais qui pue la passion.
Il faut moins de deux titres pour rendre cette passion communicative.


Ce disque fonctionne à l'économie pour certains points : que l'on connaisse ou pas Join hate, on sent que Rescue Rangers est dans ses petits souliers et ne souhaite pas s'en déchausser.

Divisive est un album sans prétention : on n'imagine pas la bande aller au-delà de sa zone de confort. Elle a néanmoins gagné en cohésion sur cette petite demi-heure par rapport à celle de Join Hate. Ce sera bien là l'unique point qui démarque ce disque de son prédécesseur tant il lui ressemble...aussi bien pour ses (petits) défauts que ses (nombreuses) qualités.

photo de Tookie
le 18/04/2019

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019
  • Sleep au Bataclan à Paris le 8 octobre 2019
  • ARO ORA release party à La Parenthèse à Ballan Miré (37) le 12 octobre 2019

HASARDandCO

Trepalium - XIII
Chronique

Trepalium - XIII

Le 19/02/2009

Solefald - The Circular Drain