Robot Orchestra - ...Now we can walk

Robot Orchestra - "...Now we can walk"
chronique Robot Orchestra - ...Now we can walk

Disorder of colours, sorti en 2009, fut une entrée en matière plutôt intéressante pour les Robot Orchestra. En 2012, le duo Rochelais remet le couvert, avec cette fois-ci un disque nettement plus abouti, et prometteur.

 

Et ça s'entend dès "Now we can walk" : le son a été nettement plus travaillé que pour leur précédent opus. Il faut dire que celui-ci a été enregistré chez l'ingé son à la mode (et pour cause !), Amaury Sauvé (batteur d'As We Draw), et le résultat est très bon. Celui-ci a également participé sur certains titres.

C'est d'ailleurs la première question que je me pose : est-ce que tous les titres seront aussi bons en live, à 2 seulement, alors que certaines chansons ont clairement été enregistrées avec - au choix - soit plusieurs guitares, soit avec des instruments supplémentaires.

Mais ne boudons pas notre plaisir, car ici, on est dans le haut de gamme. Du rock noisy qui sait associer puissance et émotions, à l'instar des passages de "The Pink March" ou encore "Celeste" (entièrement instrumental), où la guitare a la part belle, et balance des riffs très prenants.

L'association Steve / Dim est intéressante, car elle pourrait être un condensé de ce qu'ils font ou faisaient dans leurs autres groupes, à savoir Feeding pour le côté rock, et Down to Earth pour le côté mélodique, limite pop par moments (dans le bon sens du terme), autant dans la guitare, la batterie et le chant.

Le fait d'avoir 2 voix est également un atout ; cela leur permet de bien se concentrer sur leur instrument quand l'autre s'occupe des 2. Mais le micro est également laissé de côté assez régulièrement, quand le groupe nous balance des titres instrumentaux/post-rock très bien sentis ("Piton de la fournaise"), et surtout pas trop longs (ils évitent parfaitement le piège).

 

Un petit reproche tout de même : je trouve que certains plans de guitare et certaines rythmiques se ressemblent ; "Now we can walk" et "Convalescence" par exemple contiennent des passages très ressemblants (le refrain sur le premier, et le pré-refrain sur le 2e), dommage. Ou encore, le début de "Cutting the tongues" et à nouveau "now we can walk" sont identiques. Peut-être est-ce un parti-pris ? Je ne pense pas, ou alors dans ce cas, ça ne fonctionne pas avec moi.

C'est d'autant plus dommage car il ne faut absolument pas s'arrêter à cela, le reste du disque regorge suffisamment d'autres plans tous aussi bons les uns que les autres pour passer 36 minutes en très bonne compagnie musicale. D'ailleurs, le final est super bien foutu et annonce parfaitement la clôture du disque, la présence de ce xylophone accompagnant les voix hurlées/chantées et les riffs rageurs des 2 compères donne un résultat très plaisant.

 

Confirmation réussie pour les Robot Orchestra donc ; ce ...Now we can walk brasse d'une très belle façon tout un tas d'influences, qu'elles soient rock, noise, post-rock ou emo 90's. Bref, n'hésitez pas une seconde à vous procurer ce disque.

photo de Pidji
le 05/04/2012

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

HASARDandCO

Newsted - Metal
Chronique

Newsted - Metal

Le 05/03/2013

Acid Deathtrip - Acid Deathtrip