Sarabante - Poisonous Legacy

Chronique Vinyle 12"

chronique Sarabante - Poisonous Legacy

Pour se rendre compte de tout l'amour que je porte à ce groupe grec, se reporter à ma chro de 2014, concernant leur album de 2011. Chais pas mettre des liens trop biens comme les viocs du site. Désolé. Et en réalité non : la contrition, c'est lourdingue.

 

Cependant, les gaziers se sont fait remarquer, depuis, par Southen Lord. Le label est ce qu'il est, surtout niveau taros pas pour les prolos, mais on ne peut pas lui enlever le fait qu'il a du pif.

 

Le méchant crew hellène ne rigole toujours pas. J'ose sortir une référence absolue comme TRAGEDY pour décrire leurs gimmicks.

La terrible puissance du Southern Crust des Burdettes n'est, ici, en effet, pas galvaudée. La précision chirurgicale aussi. Faut pas se louper quand on veut se la jouer méchants/pas contents. Sarabante ne fait aucun faux pas. Les sutures sont propres.

Le titre d'intro montre en effet le talent manifeste des Athéniens. Une intensité ravageuse placée sous le sceau de la rage galvanisante. Pas de quoi se fendre la poire donc.

Lead monstrueux, rythmique terrassante, les adjectifs manquent... L'ambiance est apocalyptique. Évidemment, nous atteignons une fin de règne là. Du moins j'espère. Car le carburant du combo est foncièrement politique.

Début du bordel : 2008. Premier pic : 2010. Second pic : 2011. Arrivée de Syriza et référendum : 2015. L'UE, c'est la merde.

 

Loin de tout miser sur le simple défoulage enfantin, Sarabante sait poser de sinistres mélodies, des ralentissements écrasants qui ménagent de la place à une ambiance à la Fuck Ibiza. Pas de couleur, pas trop d'espoir non plus, Poisonous Legacy semble n'être fait que de recettes connues. Mais l'urgence absolue de la forme hisse le groupe au rang des plus grands.

 

Pour ses lignes de basse suivies à la laisse par un batteur sismique, pour sa volonté chevillée au core de faire couler la sueur, pour sa révérence aux Grands Anciens et sa personnalité très marquée malgré tout : SARABANTE se pose en tant que formation désormais indispensable.

photo de Crom-Cruach
le 10/08/2016

1 COMMENTAIRE

daminoux

daminoux le 22/08/2016 à 16:12:27

trés bon album de crust modern...a la fois mélodique et sombre. parfais pour alller courrir

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BRUTUS, DAGOBA, LISTENER et d'autres au Poche à Béthune jusqu'au 10 novembre 2019
  • EARTH au Petit Bain à Paris le 19 novembre 2019
  • Tournée Sunnatra + Yatra 2019