Secret Chiefs 3 - Malkhut

Secret Chiefs 3 - "Malkhut"
chronique Secret Chiefs 3 - Malkhut

Amateurs de numérologie kabbalistique, bienvenue sur cette chronique du 10e (disons cela pour simplifier) album de Secret Chiefs 3, au sein de laquelle vous allez vous sentir autant à l'aise qu'un derviche tourneur dans une centrifugeuse! C’est que si déjà, habituellement, Trey Spruance et ses boys – disséminés au sein des 7 groupes satellites qui, on vous le rappelle si vos wagons ont besoin d’être raccrochés, constituent l’entité SC3 – si Trey Spruance et ses boys, disais-je, se plaisent à se parer de symboles ésotériques et à se perdre dans de complexes dédales thématiques, la mule est cette fois chargée au max de sa capacité. C’est que pour la 2e fois en 10 ans, elle porte en plus sur son dos John Zorn qui, ainsi perché, lui montre le chemin de Zion.

 

Ce n’est pas clair? On voit 36 chandelles plutôt que des propos limpides? Laissez-moi clarifier tout ça…

 

Cela fait 25 ans déjà que le John Zorn en question a monté un projet d’envergure nommé Masada, au sein duquel il rend hommage à ses racines en tentant d’adapter la « musique Juive » aux oreilles d’aujourd’hui. Mais il vous l’expliquera mieux que moi: 

 

« The idea with Masada is to produce a sort of radical Jewish music, a new Jewish music which is not the traditional one in a different arrangement, but music for the Jews of today. The idea is to put Ornette Coleman and the Jewish scales together. »

 

Et forcément, avec un pareil zigoto aux commandes, l’entreprise est non seulement pharaonique (pas sûr que la référence à l’Egypte dans ce cadre soit judicieuse. On demandera à Moïse…), mais par ailleurs étroitement codifiée, les compositions créées dans ce cadre devant répondre à de rigoureux critères techniques, notamment en terme de gammes utilisées. Imaginez-vous quand même que les morceaux sortis sous le nom de Masada sont au nombre de 613 – comme les commandements de la Torah – et rassemblées en 3 « livres » distincts. Xaphan, le 6e album de Secret Chiefs 3, était le 9e « volume » du 2e de ces livres, intitulé Book of Angels. Malkhut est quant à lui le 10e « volume » du 3e livre, Book Ber’iah, qui est sorti l’année dernière sous la forme d’un coffret 11 CD auxquel ont collaboré 11 artistes différents – dont Secret Chiefs 3.

 

Mal à la tête? Vite, de l’aspirine, parce que c’est pas fini…

 

Pour un groupe, sortir un CD dans le cadre de Masada, cela signifie arranger des compositions 100% zorniennes selon ses propres goûts et couleurs. Et il se trouve que Trey Spruance se sent comme un gardon dans le Jourdain en ces terres orientales où, forcément, le côté Ishraquiyun de sa personnalité musicale peut s’exprimer à plein pour vagabonder du Klezmer d’Europe de l’est jusqu’aux cordes les plus chevrotante du Moyen Orient. Pour accomplir cette nouvelle croisade, Trey s’est entouré de 8 de ses musiciens préférés, dont Eyvind Kang au violon, Ches Smith aux percus et Jason Schimmel (celui d’Estradasphere, c’est ça) à la guitare. Parce que non: Malkhut ce n’est pas uniquement que la Reine de Saba qui se fait des selfie du nombril pour les publier sur Insta’. Secret Chiefs 3 laisse également les Traditionalists provoquer quelques frissons horrifiques, notamment sur un « Chitzonuyut » très inspiré par les flippantes mélodies de The Exorcist et Suspiria. UR et ses bermudas Surf Rock n’a quant à lui de cesse d’ajouter ses palmiers à la carte postale, à côté des dattiers de circonstance – le bouchon étant poussé jusqu’à introduire une distorsion à la langueur hawaïenne sur « Mishkan » et « Altzmut ». Par ailleurs le Metal s’invite par au moins 4 fois sur la tracklist, notamment sur les derniers morceaux – comme à la fin de « Ayin », où l’on frôle ponctuellement le Death Metal de Holy Vehm. Et même au-delà de ces registres qui restent très secretchiefiens, Malkhut propose à l’auditeur un peu de Salsa et de Jazz à la Snarky Puppy sur « Netzokim », des passages plus psychédéliques de-ci de-là, et même un titre que l’on pourrait croire échappé de Disco Volante en la présence du très bunglien « Shadim ».

 

Alors vous l’aurez compris, les 43 minutes ainsi obtenues sont riches et colorées, sans toutefois être indigestes ni violemment surchargées, Trey ayant réussi à canaliser sa folie pour faire sonner les compos de M Zorn comme du pur SC3 à son meilleur niveau. Les couleurs dominantes sur Malkhut sont évidemment l’ocre et le safran du (très) Grand Est, mais cela n’empêche pas la majorité des facettes de l’entité spruancienne d’apporter leur voix propre à cette chaude symphonie. Et les morceaux qui incarnent le mieux cette belle harmonie sont sans doute « Sitra Achra » – au sein duquel le grand vizir Mike Patton ne dénoterait pas –, le « Netzokim » précédemment évoqué, la danse du ventre trépidante et décalée « Sapar », le plus Rock « Shemot », et surtout, joyaux parmi les roses des sables, le superbe et épique « Mishkan » qui injecte de superbes mélodies Orphaned Landiennes (on a les références qu’on peut) dans le ciel de paysages désertiques grandioses.

 

Alors si le dernier album de Sigh n’a pas réussi à rassasier votre soif de voyage vers les lointains horizons orientaux, ou si la monture du groupe japonais a une conception trop extrême du trip musical et que par ailleurs vous préférez quand le chauffeur ferme son grand clapet pour adopter le mode instrumental, il va être temps de songer à vous adresser à l’agence de voyage Secret Chiefs 3: promis, vos yeux et vos oreilles vont faire autant de kilomètres que de rencontres savoureuses.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La chronique, version courte: vous êtes un routard avide de mystères ancestraux, de croisements musicaux Nawak et de serpents charmés par des soufis en position du lotus sur de confortables planches à clous? Le dernier album de Secret Chiefs 3 vous apportera tout ce dont vous rêvez, autrement dit un voyage aux pays des 1001 nuits (ou dans les environs proches) guidé par un Mr Bungle instrumental et apaisé. Attachez vos ceintures, le tapis volant va décoller…

photo de Cglaume
le 04/05/2019

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Sleep au Bataclan à Paris le 8 octobre 2019
  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019
  • ARO ORA release party à La Parenthèse à Ballan Miré (37) le 12 octobre 2019

HASARDandCO

Ministry - Twitch
Funeralium - Deceived Idealism