Shannon Wright - Providence

Chronique CD album (32:487)

chronique Shannon Wright - Providence

Haaa je peux te dire que j'en ai entendu des trucs tristes dans ma vie : 
"Je suis amoureuse d'un autre homme" ou "Chéri, je suis enceinte" mais le pire fut sans doute "Max Cavalera va sortir un nouvel album avec son super-groupe XXX". Merde alors, j'en ai les oreilles qui chialent. Jusqu'à la découverte de Providence signé Shannon Wright en 2019.

J'aime  J'adore terriblement l'artiste, que je me force à ne pas écouter trop souvent pour le bien de ma santé mentale et morale déjà pas spécialement au top de base, même quand j'écoute de la musique "Pouet Pouet" ou "Grr Grr". Mais j'vais te raconter comment j'ai vécu les premières écoutes de ce disque :
 

Nous sommes au début de l'été 2019, le ciel brille, le soleil est bleu, ou un truc du genre, je ne me souviens plus bien. La factrice dépose délicatement une enveloppe contenant le CD promo dans ma boîte aux lettres et j'apprends ainsi que Shannon Wright sort un nouvel album : c'est ce que j'appelle alors une excellente mauvaise nouvelle.
Je scelle les fenêtres, coupe le gaz et ne conserve que les couteaux à beurre, histoire de ne pas me donner de tentations
32 minutes et 48 secondes plus tard, Shannon Wright est allée racler toute la merde au fond de mon âme. Si seulement mes nerfs lacrymaux fonctionnaient, ça m'aurait évité cette douleur dans la poitrine, comme si elle broyait mes côtes à chaque fois qu'elle ouvrait la bouche ou touchait son piano.
Je décide de me rendre au rayon "cordage" du Leroy Merlin le plus proche après avoir visionné un tuto sur Youtube des noeuds les plus solides. J'embarque avec moi le disque, le temps de faire la route, histoire de rester dans les mêmes vibes.
32 minutes et 48 secondes plus tard, je sors, souriant de la voiture, oubliant ce pourquoi je suis venu.
 

Cette oeuvre de Shannon Wright est certes un bijou déprimant, mais c'est aussi un bijou "de toute beauté". 
Et quel bonheur de vivre pour écouter ce genre d'oeuvre qui te donne envie de crever !

Providence de Shannon Wright est minimaliste : un piano / une voix et ne s'encombre pas d'artifices dénaturant l'ambiance, hormis le souffle fantômatique (et la mini-bidouille de fin) sur "Disguises".
Providence est un face à face entre Shannon et son auditeur. Une oeuvre intime pour une écoute intime. 
La fragilité de la voix, la simplicité des mots, les mélodies mélancoliques : l'échange est direct, brut (même si la production "réchauffe", "adoucit" le son d'où la sensation qu'elle joue pour toi, dans ton salon)...même si les mots/musique ne sont finalement qu'à sens unique. 

Avec cet album, l'indie-rockeuse te piétine le coeur avec des crampons...mais avec délicatesse. Elle appuie là où ça fait mal "en se mettant à poil". Cette nudité musicale, ce don de soi par le 4ème art te parlera, pour peu que tu sois sensible aux offrandes d'états d'âme, et que tu ne sois pas trop regardant sur l'inévitable monotonie du minimalisme piano/voix.
Ce disque est dur, rude, triste, beau.

photo de Tookie
le 21/09/2019

4 COMMENTAIRES

el gep

el gep le 21/09/2019 à 17:12:05

Serait-il encore plus déprimant que "Over The Sun", Tookie?

Xuaterc

Xuaterc le 21/09/2019 à 18:51:50

Cher Papa Noël,
je sais que ces dernières années (une trentaine pour être honnête), je ne croyais plus trop en ton existence et que je n'ai pas été spécialement sage cette année. Mais, si par un étrange hasard, tu existes vraiment et que mon attitude ignominieuse ne m'a pas conduit sur ta liste noire, pourrais-tu s'il te plait m'accorder comme cadeau ce 25 décembre, le même talent d'écriture que Tookie. Tu ferais de moi le plus heureux des hommes. Je laisserai une bière burne au pied du sapin pour que tu te souviennes de moi...

Margoth

Margoth le 22/09/2019 à 11:13:29

Xuxu > Sauve ta plume, mange un bibliothécaire ? ^^

pidji

pidji le 23/09/2019 à 16:03:11

Il est quand même bien déprimant celui-là...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

HASARDandCO

Fleshdoll - Feeding the pigs
Meleeh - Heartland