Sickbag - Shades Among Shades

Chronique CD album (27 minutes)

chronique Sickbag - Shades Among Shades

Un genre de all-star band à la française ça peut donner quoi? Ca pourrait donner Sickbag, mais je préfère présenter le groupe comme une entité à part entière. Sickbag c’est donc deux membres présents depuis le début, Julien Henri (chant) et Diego (guitares). Apres des changements de line-up et de domiciles depuis leur premier album, le très bon «Bushido codex», nos deux compères se sont vus rejoindre par Adrien Lederer (Hangman’s chair) et les frères Rodriguez (Darkness dynamite pour Jr, Saurien pour Duff, Inhatred et Sublime Cadaveric Decomposition pour les deux). Un line-up qui pouvait laisser espérer énormément de choses au vu des énormes qualités de musiciens des cinq...

Autant le dire tout de suite, la mayonnaise a pris d’une façon jouissive. «I told you why I’m here» ouvre le bal. Larsens qui durent une bonne vingtaine de secondes pour laisser la place à une évolution musicale de la part de Sickbag. Fini le grindcore classique, le groupe s’exprime désormais à travers un mélange de «hardcore/punk crossover» (je ne fais que répéter ce que le groupe exprime lui même en expliquant son changement d’orientation), et j’avoue que ce changement est bénéfique au plus haut point! Là où «Bushido codex» était un bon album de grindcore, mais sans vraiment de personnalité, «Shade among shades» crache son venin pour nous empoisonner la tête de violence malsaine et créer du même coup une ambiance et un univers à eux. Cote production, et même si je fais semblant de ne pas le savoir avant d’écouter ces six titres (ayant répété au Studio Sainte Marthe pendant que le groupe enregistrait), dès le premier morceau la patte Francis Caste (responsable notamment du dernier The ARSS, de «You left us here» de Comity et du dernier Kickback) sonne aux oreilles et j’aime ça. Le chant de Julien Henri a changé par rapport à leur dernière galette, pour devenir beaucoup plus criard et crade, un peu à la Cursed, le son est également plus crade et le tout est une grosse claque.
Durant les six morceaux, qui cela dit en passant s’enchaînent sans coupure, d’une seule traite, on voyage dans un nouvel univers «Sickbagien», que l’on ne connaissait pas et que l’on apprend à découvrir pendant vingt-sept minutes. «To the broken minds» nous torture l’esprit jusqu’à l’épuisement moral, proche de la folie, avec ce larsen et ce riff de basse pour commencer puis une rythmique de batterie infernale avec quelques blasts très bien placés. Les guitares sont chargées à bloc de riffs tous plus meurtriers les uns que les autres, et le chant crache ses tripes autant qu’il le peut. Pour moi LE morceau de l’album (ou Ep pour certains) est sans conteste cette plage numéro cinq, «Scar manifesto», où l’on ressent le mal-être, la noirceur, et tout ce qu’on peut imaginer trouver dans une pièce sombre avec les murs recouverts de sang, de pourritures, de moisi, de gerbe, le tout étant sorti d’un estomac qui visiblement avait envie d’exploser. Sickbag nous achève avec «Night prowler» et un riff qui reste dans la tête toute la journée, et une fin empreinte de violence et de romantisme avec cette accalmie en son clair, qui ne dure pas longtemps certes, et qui laisse place à une dernière minute violente à souhait, pour finir «Shades among shades» telle une coupure de couteau, saignante et soudaine.

Ce Sickbag 2010 est le meilleur cru du groupe. La façon dont il a pris son virage est splendide, et j’espère qu’il va continuer dans ce sens. Mais j’ai quand même une chose à dire, et c’est la raison pour laquelle cet album n’a pas la note parfaite. C’est mon avis et je l’assume, mais quand je bande et que je sens que je vais jouir, je n’aime pas ne pas pouvoir me finir... Quoi vous voulez un décodeur? Six morceaux, c’est trop peu! Mais j’en demande peut être trop, et comme dans de bons restaurants, ou avec certaines nanas, on ne peut pas tout avoir et il faut choisir: la qualité ou la quantité. Sickbag a choisi et il a fait le bon choix.

photo de Jull
le 14/06/2010

3 COMMENTAIRES

kurton

kurton le 14/06/2010 à 15:37:17

Putain de prod!

LNA

LNA le 02/05/2011 à 16:28:55

BOMBESQUE ! Ils enterrent tout ! à voir absolument live !!!!!!!!!

LNA

LNA le 02/05/2011 à 16:29:28

MORTEL

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Hexis + WOES + Expiation au Puzzle Pub Tours le 2 novembre 2019
  • BRUTUS, DAGOBA, LISTENER et d'autres au Poche à Béthune jusqu'au 10 novembre 2019
  • EARTH au Petit Bain à Paris le 19 novembre 2019