Skin Drone - Evocation

Skin Drone - "Evocation"
chronique Skin Drone - Evocation

Tout bien réfléchi, ce doit être un canular... Evocation devait initialement sortir le 1e avril, c’est ça, hein, dites? D’ailleurs même ce blaze sent le gag. Skin Drone vous dites? Késako? Une alliance du G.U.D. et de Sunn O))) destinée à prolonger les propos du NSBM dans le petit monde des infrabasses autistes? Un robot volant concocté par le fournisseur de masques de Leatherface? Quoiqu’il en soit, si c’est une blague, elle n’est pas bienveillante. Du genre tarte à la crème acide, ou seau d’eau glacé en haut de la porte. Car la chose a clairement été pensée pour éclabousser méchamment les auditeurs/victimes – moi, toi ami(e) lecteur(/trice) si tu tentes l’aventure…  – qui n’ont de fait que peu d’occasions de sourire au cours de ces pénibles trois quarts d’heure.

 

Oh ça, pour piéger le chaland, ces Américains savent y faire. Et vas-y que pour la promo je te dégaine des « Technical extreme metal », « Avant-garde », « genre defying » ou encore « experimental » aguicheurs, autant d’efficaces appeaux à headbangers curieux et autres Indiana Jones du Metal. Et le dindon (… de la Force, Luke) qui vous parle de s’être laissé d’autant plus enivrer que des commentaires bandcampiens accolés à l'œuvre citent par ailleurs Estradasphere et Genghis Tron

 

Bah voyons!

 

La réalité est bien moins reluisante.

 

Car sur Evocation, c’est la même recette qui est répétée encore et encore, ad nauseam. Celle-ci consiste à alterner indéfiniment explosions synthetico-chaotiques peuplées de vociférations saturées et de BAR déchaînée, et plages atmo-pédantes pleines de clavier angélique et de mystérieuses confidences gothiques – dans le but de créer de « judicieux » contrastes, n'en doutons pas. Vous ajoutez à cela un son globalement grésillant, un chanteur souffrant d’une infection du larynx sans doute provoquée par une bactérie Atheisto-Fadadessienne teigneuse, une guitare à mi-chemin entre la roulette de dentiste et l’essaim de moustiques, et pour couronner le tout un manque total de mémorabilité… Et vous comprendrez donc qu’au bout du compte on ait envie de déterrer la hache de guerre critique pour enterrer à sa place cette funeste galette.

 

Lors du premier titre, alors qu’on essaie encore d’y croire mais que, rhâââ!, la chose nous glisse désespérément entre les doigts, on est tenté de dresser un parallèle avec l’insaisissable, hyper-touffue et tout autant sophistiquée musique d’Ebony Lake. Par ailleurs le côté synthétique et massivement autiste de la rythmique évoque de loin en loin Lex Talionis. Mais malgré le relatif hermétisme de l'approche commun à ces 3 groupes, Skin Drone reste à des années-lumière derrière ses petits camarades, sans réussir à éveiller véritablement notre intérêt. Répétitif, prétentieux, irritant, stérile, on peine à trouver de quoi redresser le manche de ce Titanic expérimerdeux. Une séance de repêchage un peu piteuse pourra toutefois être tentée autour du final de « Ghost Reflection » – qui dégaine les percus et autres psalmodies tribales –, de quelques incursions plus nettement Indus Metal – vaguement Obszön Geschöpfesques – et d’un passage plus Electro psyché-fumette au milieu de « Darkness Within ».

 

M'enfin ça fait pas lourd…

 

Bon, et si on se mettait un truc vraiment original et inspiré entre les oreilles pour se réchauffer? Un petit Samen, ça vous dit?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La chronique, version courte: maniéré, autiste, synthétique, stérile, redondant, emphatique, crispant, Evocation réussit à tomber dans tous les travers du « Metal expérimental ». Si vous rêvez d’entendre un Fadades un peu moins caricatural, dont le melon hypertrophié s’épanouirait cette fois dans l’univers du Metal conceptuel chaotico-dandy, enfilez votre costume de La Crampe et foncez sur cet album-étalon!

photo de Cglaume
le 17/01/2017

4 COMMENTAIRES

Xuaterc

Xuaterc le 17/01/2017 à 11:57:31

Oh, comment tu me le vends bien ton truc...

cglaume

cglaume le 17/01/2017 à 12:27:57

Ca pourrait peut-être bien te plaire, en effet :D

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 17/01/2017 à 17:51:07

Qui t'as obligé à chroniquer ce... truc ? ( "Une alliance du G.U.D. et de Sunn O)))" : elle pique celle-là.)

cglaume

cglaume le 17/01/2017 à 19:29:07

J'ai reçu le promo, la description était TRES trompeuse... Et je me suis obstiné :P

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Daughters au Point Éphémère à Paris le 10 avril 2019
  • LIONS METAL FEST le 1er juin 2019 à Montagny (69) avec VADER, BENIGHTED,...
  • BRUTUS au Point Ephémère à Paris le 29 avril 2019