Stonebirds - Slow fly

Stonebirds - "Slow fly"
chronique Stonebirds - Slow fly

Le nom sonne vraiment basique, typique d'un groupe de Stoner américain, ok. Le nom de l'album sonne pas mal. La pochette par contre ne rend pas honneur à la musique que ce disque renferme. Sans être mal fait, l'artwork ne dessert pas un rock enfumé grassouillet... Pensez aux pochettes de Kyuss, de Nebula, de Black Sabbath... Il n'est pas nécessaire pourtant de mettre des cadillacs partout pour que l'imagerie soit communicative. Là, ça ne me donnait pas envie de chercher plus loin.

Pourtant ce disque renferme quelques pépites de Stoner. D'excellents morceaux comme "Subs of my mind" (ils auraient dû faire le reste de l'album avec le même mix et la même voix), "Oh yeah !" (avec ses breaks à la Supa Scoopa and mighty scoop de Kyuss) donnent le mérite au groupe de sortir du lot et de montrer son potentiel, que dis-je, de quel bois ils se chauffent ces Stoned guys de Rostrenen.

 

Ce qu'il y a, c'est que l'ensemble donne parfois une impression de surcharge, et la qualité inégale des prises (la batterie sonne du feu de dieu alors que la voix est pauvrement mixée, rarement doublée) fait défaut au disque. La voix cumule des soucis, non pas que le chanteur soit mauvais, au contraire il dispose de tout le potentiel nécessaire, mais le mixage le met trop en avant, et surtout, question studio, cette voix n'est pas doublée. Outre cela, il y va aussi de son intention qui ne me semble pas encore tout à fait calibrée. Certains passages sonnent à merveille ("Subs of my mind" encore une fois, ou "Cosmos rider" qui le suit), mais dès qu'il s'agit de pousser la grognante, on sent que ça dérape un peu, que ça force, et c'est dommage.

 

A côté de ça, les compositions sont détonnantes, référant du vieux blues rock du désert au stoner de Kyuss, Slowburn, Nebula et consorts, et les riffs, les arrangements font penser aux fameux Queens of the Stone age, en effet on ressent des gimmicks de guitare que Josh Homme n'aurait pas renié. Peut-être que l'album ceci dit dure trop longtemps, et que le côté monotone du chant y est pour quelque chose.


Méfiez-vous, lecteurs, car il se pourrait bien qu'un jour ils sortent du fond de leur campagne pour faire fondre le cambouis de la grande pieuvre Parisienne, et se répandent sur les terres Françaises, et plus loin encore. Ils se mesureront alors aux gus d'Abrahma, de Coffin on tyres, des Wheelfall, d'ÖfÖ am...

 

 

Achat ou pas achat ? Achat.

photo de Carcinos
le 21/06/2012

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019