The Cnk - Ultraviolence über alles

The Cnk - "Ultraviolence über alles"
chronique The Cnk - Ultraviolence über alles

"Get a gun"

 

Nous sommes en 2002 , le phénomène black sympho, avec la locomotive Cradle Of Filth, commence à s'essouffler. C'est à ce moment que l'un de ses rejetons français engendre l'un de ses plus sales mioches. Metallian sort son sampler n° 24 et, coincé entre Opera IX et Korum, on trouve "Kommando '96" de Count Nosferatu Kommando. Glaviot de metal martial abreuvé de black, le morceau accroche tout de suite mon oreille avec sa rythmique ultra carrée, ses synthé indus et ses vocaux balancés avec un mélange de haine et de désinvolture.

 

"Shoot at random"

 

Projet de Hreidmarr, vocaliste d'Anorexie Nervosa, et de Heinrich aux guitares et claviers, Count Nosferatu Kommando débarque avec ses grosses rangers pleines de boue après une démo, Soleil Noir, 6 titres de black sympho anecdotique. La pochette dans les tons clairs, avec les deux musiciens torse poil, armés, dans des poses lascives, enrobée d'une esthétique militaro-gay, est un premier majeur tendu à une scène black ultra saturée et conservatrice. Le groupe n'en a rien à foutre et le montre clairement.

 

"Get a gun"

 

Avec une véritable mentalité d'ado Count Nosferatu Kommando nous livre donc son premier méfait qui prend tout le mode à contre-pied avec son mélange équilibré entre BM et indus à la KMFDM. Riffs mécaniques et beats robotique saupoudrés de samples guerriers, le mélange pousse n'importe quel fils de Satan à se dandiner comme une vieille pute slovène sous prod. Quelques fulgurances comme "Apology", nous rappellent que le groupe n'a pas oublié ses racines.

 

"Kill them all"

 

Malgré le sentiment d'urgence, on sent le propos maîtrisé, que ce soit dans les arrangements, les parties vocales et les thématiques abordées, Ultraviolence Über Alles est, contrairement à ce que peuvent laisser paraître les premières impressions, un album intelligent qui questionne là où ça fait mail au metalleux de base. La prod, ultra béton, est diablement efficace, rêche et puissante.

 

"Get a gun - kill yourself"

 

En 2009, l'album est réédité avec l'accord du groupe, doté d'une pochette encore plus sulfureuse, et surtout agrémenté de tous ses titres repris ou remixés par des figures de l'underground français. On retrouve des relectures allant de la New-wave ("Love Game Over" par Varsovie), au black indus véhément ("Apology" par Helel) en passant par le glam ("Get a Gun" par Blackrain). L'ensemble est assez inégal, mais Count Nosferatu Kommando est encore là où on ne l'attend pas. La démarche, habituellement réservée aux grosses pointures, entérine le caractère culte de cet album.

 

"Une bonne petite fête d'ultraviolence"

photo de Xuaterc
le 21/02/2016

1 COMMENTAIRE

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 21/02/2016 à 21:07:48

Bien con mais bien bon.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019