The Crinn - EP

The Crinn - "EP"
chronique The Crinn - EP
La concurrence a parfois du bon. C'est en surfant sur la toile et sur un webzine US spécialisé dans le metol technique que j'ai découvert THE CRINN. Ce jeune groupe américain dont je n'ai jamais entendu parlé est alors groupe du mois et bénéficie d'un 4,5/5 sur le-dit webzine... Je me dis alors que j'ai des chances d'avoir une sacré trique en écoutant leur premier brulot... et effectivement j'ai l'éréction auditive facile.

Commençons par le commencement: je fais play sur mon lecteur et c'est une avalanche de notes, d'accords dissonants qui me titillent tout d'abord. Je cherche vainement qui m'a dejà enivré de la sorte mais la personnalité de The CRINN est assez unique dans mes souvenirs les plus coquins. Viennent ensuite caresser mes conduits des structures à la mords moi le noeud et des breaks destructurés. Toujours aussi sensuellement, le shred accompagne le blast avec virtuosité sans jamais en faire des tonnes. Contrairement à sa cousine PSYOPUS, The CRINN sait s'arreter quand il le faut pour calmer le jeu et nous sortir ses plus beaux atouts que sont des "mids" aux formes généreuses ("Grand Theft Death") Le tout est puissement emballé vous pensez bien, des arrangements subtils et léchés qui sont non sans rappeler CAR -je kiffe la whammy- BOMB. La prestation ne néglige pas d'accrocher l'auditeur avec poigne (la fin de "Tearing Through Synoptic Skies") ce qui permet de vraiment profiter du strip-tease musical que nous propose The CRINN. Les passages jazzy sont de la partie (la toute fin de "Grand Theft Death") mais trop peu présent à mon goût qui rafolle de cette délicatesse. Ici chacun maitrise son manche et sait le branler à merveille, ce n'est pas à ces gars là qu'on va apprendre à manier leurs instruments. Pourtant ils ont encore un effort à faire sur les préliminaires... toujours trop courtes. En effet il faut savoir tenir l'auditeur en haleine dans ce style musical: avec des titres qui évoluent, qui se développent, proposant différentes ambiances ou différents tempos. Ainsi c'est presque en solo que le titre "Fight Fire With Water, You Idiot" arrive avec justesse jusqu'a l'orgasme sonore car il arrive a nous exiter suffisement pour ne pas qu'on débande devant une telle débauche de notes.

Hurlant de plaisir, tout comme le chanteur s'égosillant dans divers registres vocaux (quoique il manque un peu de gruik) au bout de 12minutes d'intense pillonage, on en redemande. Car non content d'avoir dévoré cette galette comme de la bonne chaire, on souhaite s'en prendre encore ras la mouille tant l'effort fut bestial...
Jouissif je vous dis !!
photo de Viking Jazz
le 21/08/2007

3 COMMENTAIRES

kaosworks

kaosworks le 21/08/2007 à 21:09:02

totalement d'accord, énorme ep!
ils ont sortit aussi un split avec Nesseria et Fuck the facts en vinyl 10''.

Sam

Sam le 25/08/2007 à 07:11:59

la photo - bras croiséss - j'adore! hahaha

mat(taw)

mat(taw) le 26/08/2007 à 19:08:33

allez arrête sam on sait tous que tu es un touffe gaï dans l'âme...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019