S'inscrire sur COREandCO
Webzine musical COREandCO : hardcore, metal, rock et leurs dérives

The Fuzztones - "Preaching to the perverted"

The Fuzztones - "Preaching to the perverted"
chronique The Fuzztones - Preaching to the perverted
6.5/10 0
Acheter The Fuzztones Preaching to the perverted sur Amazon

CD album CD album (41.02)

 

Style musical : 

garage-rock

 

Année : 

2011

 

Tracklist :

1. My Black Cloud
2. Between the Lines
3. Flirt, Hurt & Desert
4. Launching Sanity's Dice
5. Invisible
6. Set me Straight
7. Don't Speak Ill of the Dead
8. Old
9. This Game Called Girl
10. Lust Pavillion
11. Bound to Please
12. Come to Me

 

Label : 

Stag-o-Le

 

Lieu d'enregistrement : 

Ufo Studios, Berlin
Dans le même style :
King Dude - Sex

On ne présente plus les Fuzztones, légendes d'un rock garage et sixties encanaillé, qui sortent avec Preaching to the perverted leur nouvel album, dont les premières écoutes laissent filtrer une inspiration défaillante, laquelle se manifeste par une énergie moins affirmée que par le passé.

 

"My black cloud" et "Between the lines", les deux titres inauguraux, sont bons, mais seul le second, et encore, affiche la verve qu'on connait au groupe. "Flirt, hurt & desert", en dépit de quelques sautes d'humeur, s'en tient lui aussi à une trame polie, sa qualité musicale le sauvant, à l'instar de bon nombre d'autres chansons, de l'anecdotique.

 

Cette vigueur, on la trouve sur "Launching sanity's dice" et ses riffs durs, qu'"Invisible" prolonge correctement, sans réellement s'emporter mais en faisant preuve de caractère pour ensuite laisser place à "Set me straight", qui relève d'un petit cran le niveau d'ensemble en alliant force rock et mélodies soignées.

On reste dans un cheminement fin sur "Don't speak ill of the dead", joli exercice flou et subtil, puis "Old", bourru et bluesy, s'invite au rayon des titres plaisants et plutôt réussis...Mais pas irrésistibles. On est en droit d'attendre plus, de la part des Fuzztones, que des morceaux de bon niveau, mais on profite tout de même de l'envolée d'harmonica de ce titre, puis de la vivacité de "This game called girl". Et finalement, le panel affiché fait de Preaching to the perverted un bon disque, complété par "Lust pavillon" et ses atours 60's finauds.

 

En fin d'album, "Bound to please", trop mou dans un premlier temps, impose ensuite un allant qui le sauve, mais l'alternance entre les deux penchants semble forcée. Et l'instant d'après, le jazzy "Come to me", surprenant, confirme l'impression mitigée que laisse l'opus, doté de bons titres mais globalement insuffisant pour s'inscrire dans les incontournables des Fuzztones.

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Pseudo : e-mail :

Commentaire :

NOTE : Vos commentaires sont soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'ils trouvent que votre message n'a pas à apparaitre ici, il sera supprimé.

Jeux-concours

New Bomb Turks à Paris le 10 juillet 2017 : 2x2 places à gagner !

Dernières news

Chronique au Hasard

Arkona - Vozrozhdeniye

Évènements

ALESTORM au Transbordeur à Villeurbanne le 18 octobre 2017IGORRR + PRYAPISME au CCO à Villeurbanne le 16 novembre 2017TEXTURES au CCO à Villeurbanne le 12 novembre 2017WITHIN THE RUINS au Ferrailleur à Nantes le 14 août 2017CROWBAR au ferrailleur à Nantes le 15 août 2017