The Legion - A Bliss To Suffer

Chronique CD album (48:00)

chronique The Legion - A Bliss To Suffer
Allez hop ! On ressort les bracelets à clous, les kits de maquillage et autres croix renversées, et on part se faire une petite virée dans les bois avec des Kros et de l’essence pour cracher des flammes si on se fait chier. The Legion, dès les premières secondes, c’est un peu ça : un gros retour en arrière de dix ans dans le monde du black metal ultra produit à la suédoise. On repense directement à Dark Funeral, Setherial, ou à Dimmu Borgir à mesure que les pistes s’égrainent et on oublie bien vite tout ce qui a été réalisé depuis dans ce charmant petit monde avec les perles que sont Antaeus, Blut aus Nord, Deathspell Omega ou Xhastur.

Avec The Legion, il est donc question de gros black metal ultra rapide et propret comme des fesses de bébés, gros trig et synthés light à l’appui. Après, il faut reconnaitre que c’est foutrement bien fait, très bien arrangé et superbement produit. L’efficacié est au rendez vous tout comme tous les éléments inamovibles du style : riffs arpégés, changements de tempos binaires, mélodies épiques renforcées par les claviers, jolies mélodies suédoises (rappellant parfois Diabolical Masquerade, miam !), voix hurlées, effets à foison, ambiances guerrières, etc. Toute la panoplie ! Mais parfois du coup, on se demande si la copie de The Legion n’est pas trop parfaite avec A Bliss To Suffer : le travail d’un lèche cul toujours assis au premier rang et cherchant le 20/20 comme les mouches cherchent la merde. Rien ne dépasse, tout est attendu, les musiciens donnent l’impression de se faire chier, le chant est monotone, la prod est ultra lisse et surtout, on ne trouve plus rien du nihilisme et de la haine inhérente au style… Et oui, on est en 2009 !

Après je suis méchant (mais c’est eux qui ont commencé avec leurs bracelets à clous) : L’album est pétri de bonnes intentions et c’est peut être là que le bas blesse d’ailleurs. On trouve donc des quintaux de bons riffs bien torchés, des blasts vraiment jouissifs voire même quelques ambiances sympas nous rappelant les tout premiers Emperor. Si l’on aime Dimmu Borgir & co et que l’on est triste de sortir les T shirts de Marduk moins souvent, il y a fort à parier que ce disque peut carrément plaire … Mais, non, ce n’est pas en sortant un album de black brutal parfait, lisse et convenu comme celui-ci que l’on déchainera les foules… à écouter comme du bon gros death metal.

NB: ma note est certes sévère mais vous pouvez rajouter trois points si c'est vraiment votre came.
photo de Swarm
le 27/07/2009

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

HASARDandCO

Motörhead - Aftershock
Eths - Tératologie