This Gift Is A Curse - I, Gvilt Bearer

This Gift Is A Curse - "I, Gvilt Bearer"
chronique This Gift Is A Curse - I, Gvilt Bearer

Venus tout droit de Stockholm et tout son apparat propre et poli du royaume Ikeesque, THIS GIFT IS A CURSE délivre avec ce I, Gvilt Bearer son 1er album faisant suite à un EP éponyme sorti il y a 2 ans. C’est via le tout jeune label frenchie Braincrushing Rec en coprod avec Discouraged Rec que sort cette galette qui va vraisemblablement faire connaître ce quatuor qui ne manque ni d’animosité ni de virulence. Vous pouvez brûler tous vos accessoires jusqu’ici indispensables (et hop l’oxymore) à vos messes noires conviviales du dimanche et laissez les chats noirs du voisin tranquilles ; mettez cette galette et là vous pourrez vous dire « satan m’habite » . Car, oui, à défaut de possession maléfique c’est bien une érection qui vous attend à l’écoute de I, Gvilt Bearer.

Amis (ou pas d’ailleurs) de productions propres et lissées passez votre chemin marbré tout de suite, ici c’est une venelle pavée de tourbe agrémentée de fientes de corbeau sur laquelle vous marchez. Pas de pitié pour vos esgourdes curées. C’est sale, très sale. Un grain très marqué, de la saturation générale à vous en faire pâlir, des cymbales ultra présentes qui dégueulent sur une batterie plus que vivante (on entend clairement la pièce dans la caisse claire et les toms) et qui ajoute un côté cru à la saleté ambiante. La voix, habitée, passe classiquement de hurlements rauques à des cris stridents : jusque là rien de tout à fait original mais elle fait mal, très. D’ailleurs ce n’est pas dans l’originalité qu’il faut attendre THIS GIFT IS A CURSE mais dans les tripes et le brut de décoffrage. Même si ‘The Crossing’ ou ‘Sounds of Broken Bells’ pourrait parfois laisser penser à des accents Breachiens on n’est définitivement pas dans le même registre. Les riffs tapent plus souvent dans un esprit BM (l’entrée en matière avec ‘The Swarm’ l’illustre tout à fait en donnant l’impression de se faire attaquer par un essaim d’insectes radioactifs). Même si BM dans l’esprit ça reste moderne et empreint de beaucoup d’influences, la plupart des riffs sont des tueries intégrales ; en témoignent le monstrueusement épique ‘Sounds of Broken Bells’, ‘Inferno Ad O’, la 2e partie de ‘Att Hata…’ ou ‘The Crossing’. Là on est dans le direct dans le pif, sans tergiverser.

 

Mais là où réside également la force de THIS GIFT IS A CURSE c’est d’enfoncer le clou, encore et encore, faire résonner à coups de masse leurs pêches bien lourdes, faire tourner un riff à en rendre dingue, rester sur la même ligne et salir de plus en plus ajouter leurs grattes/bourdons maléfiques, mettre à nouveau des pêches etc… jusqu’à ce que mort s’en suive. C’est vraiment l’intention sur un morceau comme ‘1901’ : nous essoufler. Dans le genre les morceaux lents comme ‘Deceiver’ ou ‘Head and Arms’ (avec sa 2e guitare démoniaque) sonnent presque pervers, dégoulinants voire même pour le final ‘I will swallow All Light’: oppressant.

 

Je pense qu’après les paragraphes ci-dessus vous savez où vous allez en jetant une oreille sur cet album, à la frontière de l’esprit BM et musicalement juste violent et brut THIS GIFT IS A CURSE livre tout simplement un must de l’année. Achetez.

photo de Mat(taw)
le 10/09/2012

4 COMMENTAIRES

pidji

pidji le 10/09/2012 à 09:07:51

Ce disque tabasse !!!

mat(taw)

mat(taw) le 11/09/2012 à 11:23:05

dans le top de l'année, vraisemblablement médaille d'or

pidji

pidji le 12/12/2012 à 15:54:50

Sacré morceau quand même. Je le réécoute là, c'est vraiment bon. Dans mon top de l'année également je pense.

frolll

frolll le 05/04/2015 à 12:35:49

Ca bute. 9/10

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements