Thorlock - (( Thorlock ))

Chronique CD album (54:21)

chronique Thorlock - (( Thorlock ))

 

Sortez les bières, les bidons d'huiles et le drapeau sudiste, car Thorlock  est dans la place ! Et ne vous y trompez pas : les bures qui affublent les lurons ne sont que l'habit du moine, et comme partout, l'habit ne fait pas le moine !
 
Mais alors pourquoi donc ces bures ? Et pourquoi ces parenthèses, si ce n'est pour nous rappeler Sunn o))) et ses murailles amplifiées ? Mon hypothèse est la suivante : non contents de constituer la hype du Doom, le groupe de drone ne ramène non plus des soûlards à veste à patch (en peau de couilles) à leurs concerts, mais une nouvelle espèce dangereuse et nocive pour la pérennité du Doom : Les bourges à lunettes noires, les parisiens branchés et autres gays habillés par Petit bateau.
 
Thorlock nous rappelle donc par son Stoner cru que le rock'n roll n'est pas mort, quand bien même il est incestueux depuis un bon moment. Tant pis ! Les sudistes du Missouri nous re-plomberont de leur riffs dégénérés de Black Sabbath, à la mode redneck, sans concession aucune bien sûr, à la façon de Corrosion of conformity ou encore Alabama thunderpussy.
 
Mais alors, aucune originalité me diriez-vous ? Encore une copie conformiste de la belle famille ? Je vous aurais dit ça oui, si dans cet album ne s'était pas glissé la longue "ballade" de Mississipi wheelwash, de 18 minutes (pile !), une sorte de longue remontée de l'un des plus grands fleuves de ce monde, le fleuve du blues. Il s'agit donc d'une grande pièce de blues. Non : ce n'est pas ennuyeux, ce n'est pas progressif, il s'agit simplement d'un putain de blues bien cool, lourdingue évidement, un peu à la manière de Sleep, dont je ne me lasse toujours pas.
 
Autre point remarquable, une reprise de l'autre sudiste, Neil Young, Rockin' in a free world, excellent morceau au demeurant ! Par contre, la reprise a subit quelques dégâts : la puissance est de mise (et c'est génial d'ailleurs), mais le chant nasillard du Neil a été remplacé par celui d'un veau ne connaissant à peu près que 3 tons (Si, Do et La je crois). Ceci dit, je suis agréablement surpris, ça me change d'une enième reprise du Sabbath !
 
Vous l'aurez compris, les sudistes de Thorlocks font dans le bas du front, et comme ils le disent eux-même, "louder than stupidity" ! Mais bien sûr, il y a des points négatifs, qui sont les suivants : le son est trop agressif pour du stoner, notamment du côté de la basse puissante mais pas assez ronde pour une mélodie qui s'accorderait plutôt à quelque chose chaleureux. La voix (ou plutôt la beuglante) déborde et manque de groove.
 
Qu'importe ! Thorlock est un bon groupe bien rock'n roll qui mérite bien une écoute ou deux au moins ; J'attends donc de voir les prochaines productions, pour voir comment ils évoluerontSortez les bières, les bidons d'huiles et le drapeau sudiste, car Thorlock  est dans la place ! Et ne vous y trompez pas : les bures qui affublent les lurons ne sont que l'habit du moine, et comme partout, l'habit ne fait pas le moine !
 
Mais alors pourquoi donc ces bures ? Et pourquoi ces parenthèses, si ce n'est pour nous rappeler Sunn o))) et ses murailles amplifiées ? Mon hypothèse est la suivante : non contents de constituer la hype du Doom, le groupe de drone ne ramène non plus des soûlards à veste à patch (en peau de couilles) à leurs concerts, mais une nouvelle espèce dangereuse et nocive pour la pérennité du Doom : Les bourges à lunettes noires, les parisiens branchés et autres gays habillés par Petit bateau.
 
Thorlock nous rappelle donc par son Stoner cru que le rock'n roll n'est pas mort, quand bien même il est incestueux depuis un bon moment. Tant pis ! Les sudistes du Missouri nous re-plomberont de leur riffs dégénérés de Black Sabbath, à la mode redneck, sans concession aucune bien sûr, à la façon de Corrosion of conformity ou encore Alabama thunderpussy.
 
Mais alors, aucune originalité me diriez-vous ? Encore une copie conformiste de la belle famille ? Je vous aurais dit ça oui, si dans cet album ne s'était pas glissé la longue "ballade" de Mississipi wheelwash, de 18 minutes (pile !), une sorte de longue remontée de l'un des plus grands fleuves de ce monde, le fleuve du blues. Il s'agit donc d'une grande pièce de blues. Non : ce n'est pas ennuyeux, ce n'est pas progressif, il s'agit simplement d'un putain de blues bien cool, lourdingue évidement, un peu à la manière de Sleep, dont je ne me lasse toujours pas.
 
Autre point remarquable, une reprise de l'autre sudiste, Neil Young, Rockin' in a free world, excellent morceau au demeurant ! Par contre, la reprise a subit quelques dégâts : la puissance est de mise (et c'est génial d'ailleurs), mais le chant nasillard du Neil a été remplacé par celui d'un veau ne connaissant à peu près que 3 tons (Si, Do et La je crois). Ceci dit, je suis agréablement surpris, ça me change d'une enième reprise du Sabbath !
 
Vous l'aurez compris, les sudistes de Thorlocks font dans le bas du front, et comme ils le disent eux-même, "louder than stupidity" ! Mais bien sûr, il y a des points négatifs, qui sont les suivants : le son est trop agressif pour du stoner, notamment du côté de la basse puissante mais pas assez ronde pour une mélodie qui s'accorderait plutôt à quelque chose chaleureux. La voix (ou plutôt la beuglante) déborde et manque de groove.
 
Qu'importe ! Thorlock est un bon groupe bien rock'n roll qui mérite bien une écoute ou deux au moins ; J'attends donc de voir les prochaines productions, pour voir comment ils évolueront.
Sortez les bières, les bidons d'huile et le drapeau sudiste, car Thorlock  is in da place ! Et ne vous y trompez pas : les bures qui affublent les lurons ne sont que l'habit du moine, et comme partout, l'habit ne fait pas le moine !
 
Mais alors pourquoi donc ces bures ? Et pourquoi ces parenthèses, si ce n'est pour nous rappeler Sunn o))) et ses murailles amplifiées ? Mon hypothèse est la suivante : non contents de constituer la hype du Doom, le groupe de Drone n'attire plus comme c'était le cas jadis des soûlards à veste à patchs (en peau de couilles) à leurs concerts, mais une nouvelle espèce dangereuse et nocive pour la pérennité du Doom : Les bourges à lunettes noires, les parisiens branchés et autres gays habillés par Petit bateau. Certains les appellent les hipsters, d'autres les craignent, certains les mettent dans le même sac que les hippies.
 
Thorlock nous rappelle donc par son Stoner cru que le rock'n roll n'est pas mort, quand bien même il est incestueux depuis un bon moment. Tant pis ! Les sudistes du Missouri nous re-plomberont de leur riffs dégénérés de Black Sabbath, à la mode redneck, sans concession aucune bien sûr, à la façon de Corrosion of conformity ou encore Alabama thunderpussy.
 
Mais alors, aucune originalité me diriez-vous ? Encore une copie conformiste de la belle famille ? Je vous aurais dit ça oui, si dans cet album ne s'était pas glissé la longue "ballade" de "Mississipi wheelwash", de 18 minutes (pile !), une sorte de longue remontée de l'un des plus grands fleuves de ce monde, le fleuve du blues. Il s'agit donc d'une grande pièce de blues... Je vous vois venir, et pourtant, non ce n'est pas ennuyeux, ce n'est pas progressif, il s'agit simplement d'un putain de blues bien cool, lourdingue évidement, un peu à la manière de Sleep, dont je ne me lasse toujours pas.
 
Autre point remarquable, une reprise de l'autre sudiste, Neil Young, "Rockin' in a free world", excellent morceau au demeurant ! Par contre, la reprise a subit quelques dégâts : la puissance est de mise (et c'est génial d'ailleurs), mais le chant nasillard du Neil a été remplacé par celui d'un veau ne connaissant à peu près que 3 tons (Si, Do et La je crois). Ceci dit, je suis agréablement surpris, ça me change d'une enième reprise du Sabbath !
 
Vous l'aurez compris, les sudistes de Thorlock font dans le bas du front, et comme ils le disent eux-même, "louder than stupidity" ! Mais bien sûr, il y a des points négatifs, qui sont les suivants : le son est trop agressif pour du stoner, notamment du côté de la basse puissante mais pas assez ronde pour une mélodie qui s'accorderait plutôt à quelque chose de plus chaleureux. La voix (ou plutôt la beuglante) déborde et manque de groove.
 
Qu'importe ! Thorlock est un bon groupe bien rock'n roll qui mérite bien une écoute ou deux au moins ; J'attends donc de voir les prochaines productions, pour voir comment ils évolueront.
 
 
Achat ou pas achat ? Pas achat.
Thorlock nous rappelle donc par son Stoner cru que le rock'n roll n'est pas mort, quand bien même il est incestueux depuis un bon moment. Tant pis ! Les sudistes du Missouri nous re-plomberont de leur riffs dégénérés de Black Sabbath, à la mode redneck, sans concession aucune bien sûr, à la façon de Corrosion of conformity ou encore Alabama thunderpussy.
 
Mais alors, aucune originalité me diriez-vous ? Encore une copie conformiste de la belle famille ? Je vous aurais dit ça oui, si dans cet album ne s'était pas glissé la longue "ballade" de Mississipi wheelwash, de 18 minutes (pile !), une sorte de longue remontée de l'un des plus grands fleuves de ce monde, le fleuve du blues. Il s'agit donc d'une grande pièce de blues. Non : ce n'est pas ennuyeux, ce n'est pas progressif, il s'agit simplement d'un putain de blues bien cool, lourdingue évidement, un peu à la manière de Sleep, dont je ne me lasse toujours pas.
 
Autre point remarquable, une reprise de l'autre sudiste, Neil Young, Rockin' in a free world, excellent morceau au demeurant ! Par contre, la reprise a subit quelques dégâts : la puissance est de mise (et c'est génial d'ailleurs), mais le chant nasillard du Neil a été remplacé par celui d'un veau ne connaissant à peu près que 3 tons (Si, Do et La je crois). Ceci dit, je suis agréablement surpris, ça me change d'une enième reprise du Sabbath !
 
Vous l'aurez compris, les sudistes de Thorlocks font dans le bas du front, et comme ils le disent eux-même, "louder than stupidity" ! Mais bien sûr, il y a des points négatifs, qui sont les suivants : le son est trop agressif pour du stoner, notamment du côté de la basse puissante mais pas assez ronde pour une mélodie qui s'accorderait plutôt à quelque chose chaleureux. La voix (ou plutôt la beuglante) déborde et manque de groove.
 
Qu'importe ! Thorlock est un bon groupe bien rock'n roll qui mérite bien une écoute ou deux au moins ; J'attends donc de voir les prochaines productions, pour voir comment ils évolueront.Thorlock nous rappelle donc par son Stoner cru que le rock'n roll n'est pas mort, quand bien même il est incestueux depuis un bon moment. Tant pis ! Les sudistes du Missouri nous re-plomberont de leur riffs dégénérés de Black Sabbath, à la mode redneck, sans concession aucune bien sûr, à la façon de Corrosion of conformity ou encore Alabama thunderpussy.
 
Mais alors, aucune originalité me diriez-vous ? Encore une copie conformiste de la belle famille ? Je vous aurais dit ça oui, si dans cet album ne s'était pas glissé la longue "ballade" de Mississipi wheelwash, de 18 minutes (pile !), une sorte de longue remontée de l'un des plus grands fleuves de ce monde, le fleuve du blues. Il s'agit donc d'une grande pièce de blues. Non : ce n'est pas ennuyeux, ce n'est pas progressif, il s'agit simplement d'un putain de blues bien cool, lourdingue évidement, un peu à la manière de Sleep, dont je ne me lasse toujours pas.
 
Autre point remarquable, une reprise de l'autre sudiste, Neil Young, Rockin' in a free world, excellent morceau au demeurant ! Par contre, la reprise a subit quelques dégâts : la puissance est de mise (et c'est génial d'ailleurs), mais le chant nasillard du Neil a été remplacé par celui d'un veau ne connaissant à peu près que 3 tons (Si, Do et La je crois). Ceci dit, je suis agréablement surpris, ça me change d'une enième reprise du Sabbath !
 
Vous l'aurez compris, les sudistes de Thorlocks font dans le bas du front, et comme ils le disent eux-même, "louder than stupidity" ! Mais bien sûr, il y a des points négatifs, qui sont les suivants : le son est trop agressif pour du stoner, notamment du côté de la basse puissante mais pas assez ronde pour une mélodie qui s'accorderait plutôt à quelque chose chaleureux. La voix (ou plutôt la beuglante) déborde et manque de groove.
 
Qu'importe ! Thorlock est un bon groupe bien rock'n roll qui mérite bien une écoute ou deux au moins ; J'attends donc de voir les prochaines productions, pour voir comment ils évolueront.
drfgfergSortez les bières, les bidons d'huiles et le drapeau sudiste, car Thorlock  est dans la place ! Et ne vous y trompez pas : les bures qui affublent les lurons ne sont que l'habit du moine, et comme partout, l'habit ne fait pas le moine !
 
Mais alors pourquoi donc ces bures ? Et pourquoi ces parenthèses, si ce n'est pour nous rappeler Sunn o))) et ses murailles amplifiées ? Mon hypothèse est la suivante : non contents de constituer la hype du Doom, le groupe de drone ne ramène non plus des soûlards à veste à patch (en peau de couilles) à leurs concerts, mais une nouvelle espèce dangereuse et nocive pour la pérennité du Doom : Les bourges à lunettes noires, les parisiens branchés et autres gays habillés par Petit bateau.
 
Thorlock nous rappelle donc par son Stoner cru que le rock'n roll n'est pas mort, quand bien même il est incestueux depuis un bon moment. Tant pis ! Les sudistes du Missouri nous re-plomberont de leur riffs dégénérés de Black Sabbath, à la mode redneck, sans concession aucune bien sûr, à la façon de Corrosion of conformity ou encore Alabama thunderpussy.
 
Mais alors, aucune originalité me diriez-vous ? Encore une copie conformiste de la belle famille ? Je vous aurais dit ça oui, si dans cet album ne s'était pas glissé la longue "ballade" de Mississipi wheelwash, de 18 minutes (pile !), une sorte de longue remontée de l'un des plus grands fleuves de ce monde, le fleuve du blues. Il s'agit donc d'une grande pièce de blues. Non : ce n'est pas ennuyeux, ce n'est pas progressif, il s'agit simplement d'un putain de blues bien cool, lourdingue évidement, un peu à la manière de Sleep, dont je ne me lasse toujours pas.
 
Autre point remarquable, une reprise de l'autre sudiste, Neil Young, Rockin' in a free world, excellent morceau au demeurant ! Par contre, la reprise a subit quelques dégâts : la puissance est de mise (et c'est génial d'ailleurs), mais le chant nasillard du Neil a été remplacé par celui d'un veau ne connaissant à peu près que 3 tons (Si, Do et La je crois). Ceci dit, je suis agréablement surpris, ça me change d'une enième reprise du Sabbath !
 
Vous l'aurez compris, les sudistes de Thorlocks font dans le bas du front, et comme ils le disent eux-même, "louder than stupidity" ! Mais bien sûr, il y a des points négatifs, qui sont les suivants : le son est trop agressif pour du stoner, notamment du côté de la basse puissante mais pas assez ronde pour une mélodie qui s'accorderait plutôt à quelque chose chaleureux. La voix (ou plutôt la beuglante) déborde et manque de groove.
 
Qu'importe ! Thorlock est un bon groupe bien rock'n roll qui mérite bien une écoute ou deux au moins ; J'attends donc de voir les prochaines productions, pour voir comment ils évolueront.
photo de Carcinos
le 28/10/2010

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

HASARDandCO

Flatstick - Omnicore
Misþyrming - Algleymi