Fred barjo Odonae Acheter CD et vinyles doom métal pas chers
S'inscrire sur COREandCO
Webzine musical COREandCO : hardcore, metal, rock et leurs dérives

Tribulation - "Down Below"

Tribulation - "Down Below"
chronique Tribulation - Down Below
7,5/10 0

écouter "The World"

Acheter Tribulation Down Below sur Amazon

CD album CD album (46:41)

 

Style musical : 

Horror goth metal vaguement death

 

Année : 

2018

 

Tracklist :

1. The Lament
2. Nightbound
3. Lady Death
4. Subterranea
5. Purgatorio
6. Cries From The Underworld
7. Lacrimosa
8. The World
9. Here Be Dragons

 

Label : 

Century Media
Dans le même style :
Entombed - Same Difference

Parfois, il suffit d'un détail pour ne pas récolter la timbale de l'excellence. Du détail certes, pas si important en soi mais qui fait toute la différence. C'est dans ce cas de figure qu'on pourra citer Down Below, le dernier-né de Tribulation. Et je ne dis pas ça parce que je fais partie des death réac' qui crient à la trahison et l'imposture parce que les Suédois ont métamorphosé leur death mélodique des débuts en une sorte d'horror goth metal à tendance extrême. Parce que peut-être se sont-ils prétendument vendus en se la jouant musique bonne pour du Vampire Diaries pour des Morticia Adams modèle ado, il faut leur reconnaître qu'ils ont pris leur virage sur de bonnes bases : au moins évoluent-ils en marge de toute chapelle connue, de manière pas spécialement dégueulasse. A un détail près...

 

Le chant... Putain, ce chant ! Pas que cette voix rêche à mi-chemin entre death et black soit spécialement dérangeante en soi mais elle finit par nous lessiver les oreilles par excès de linéarité. Trop monocorde, si ce n'est aucune variation tout du long – et cela s'applique autant pour ce Down Below que ses grands frères – c'est qu'on aurait envie de le secouer, derrière son son micro, afin de lui faire reprendre conscience. Voire lui mordre carrément les couilles afin qu'il nous sorte un cri suraigu digne d'un Dani Filth. Pas que ce serait forcément plus agréable à l'oreille mais cela nous réveillerait de l'hébétude languissante par laquelle il finit par nous amener.

 

Ce qui est foutrement dommage parce que derrière, au niveau de la partie instrumentale, ça envoie bien. A comprendre que ça ne blaste pas dans tous les sens tel un Cannibal Corpse version Lestat mais ce qui est développé se montre plutôt intéressant à bien des égards et moments. La prod', d'approche old-school filtre 70's, ajoute un joli cachet à l'ensemble, nous mettant entre ambiance terne des premiers films couleur et sépia des vieilleries sur bandes à projeter. Avec tout ce qu'il faut de froideur d'outre-tombe pour correspondre à l'imagerie vampirique souhaitée.

 

Par-delà du traitement technique, Tribulation peut se montrer fort intéressant et offre un Down Below varié et doté davantage de concision que ses prédécesseurs, ce qu'on appréciera d'autant plus. La facette la plus progressive dans son sens le plus strict des Suédois est mis considérablement en retrait sur ce quatrième jet, « Here Be Dragons » étant le seul relent trahissant de cette dernière, se développant en deux temps avec sens de l'épique crescendo. Alors que la facette plus atmosphérique se retrouve exacerbée, notamment en seconde partie d'album s'inscrivant plus dans la contemplation. Et à bien des moments, on peut se sentir voguer au gré de cette boîte à images sonores arrivant à bien poser ses ambiances (le final au piano de « Lacrimosa » très bal de fantômes, l'intermède instrumental « Purgatorio » à l'aspect de boîte à musique macabre). Quand on ne se laisse pas envahir dans l'entre-deux chaises comme sur « Subterranea » où le piano vintage et les guitares typées extrêmes se succèdent et se renvoient la balle.

 

Tribulation n'en oublie pas sa facette misant plus sur l'efficacité et le tubesque avec des « The World » ou encore « The Lament » entre autres choses. Ou comment prouver qu'on peut partir sur des bases simples en l'agrémentant assez en mélodies qui tuent et autres arpèges pour conférer une plus grande richesse et ainsi offrir un résultat moins bébête qu'on pourrait bien le croire. Et qui peut parfois bien groover (« Cries For The Underworld », « The Lament ») même si le parti-pris de la prod' l'estompe pour donner un côté plus retenu digne d'un ballottement d'arrière-train d'un dandy snobinard s'essayant au salut de la Reine d'Angleterre avec les hanches.

 

Mais à côté de tout ce beau programme, il y a ce chant morne. Qui ne rend pas Down Below mauvais mais laisse en bouche un sentiment gênant de gâchis. C'est que bouffer de la poussière du cercueil de Dracula peut sembler classe sur le papier, il n'empêche qu'on ira vite s'hydrater le gosier à grand coup d'eau bénite.

photo de Margoth
le 03/04/2018

Commentaires

cglaume

cglaume le 03/04/2018 à 08:38:52

Haha, le groove façon Frédéric Mitterrand, fallait oser :D

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 03/04/2018 à 10:04:11

Vampire Diarrhée et Morticia dans la même phrase aussi !

Ajouter un commentaire

Pseudo : e-mail :

Commentaire :

NOTE : Vos commentaires sont soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'ils trouvent que votre message n'a pas à apparaitre ici, il sera supprimé.

Jeux-concours

3 CDs de CLOUD NOTHINGS à gagner !

NOTHING à Paris le 30/11 : 2 places à gagner

Dernières news

Chronique au Hasard

Toehider - Never Mind the Hallux

Évènements

NO ONE IS INNOCENT + LES SALES MAJESTES + TAGADA JONES au Stereolux à Nantes le 25 octobre 2018Stomping #8 @Secret Place à Montpellier (34) les 9 et 10 novembre 2018Tournée française SEEDS OF MARY du 15 septembre au 8 décembre 2018NOTHING au Gibus à Paris le 30 novembre 2018Loth x Acedia Mundi x Finis Omnium @ Le Cirque Electrique / Paris le 24 novembre 2018Birds in row + Coilguns + KEN mode au Petit Bain à Paris le 29 novembre 2018Daughters au Point Éphémère à Paris le 10 avril 2019