Ufomammut - 8

Ufomammut - "8"
chronique Ufomammut - 8

Je crois - à la lecture sur ce site des chroniques des précédents opus du groupe - que beaucoup ne l’attendaient plus, le retour de Ufomammut aux riffs. Et bien ça y est ! Ils ne laissent plus la texture sonore être la matière première, c’est un retour à l’immédiateté et à l’efficacité. Et ce 8 nous rassure quant à leur capacité à savoir encore le faire (oui ça faisait longtemps).

 

Sans que l’on ait rien vu venir ils les enchaînent ces riffs bourrins, chargés à bloc, en mode « crazy pelleteuse sous testostérone ». Oui je vous ai gâché la surprise. Toujours en mode puissance tremblement de terre « doomesque », l’accordage, le son, ils ne se contentent pas de jouer le jeu du « heavy stoner ». Ils ont conservé cette fine saveur « psyché », sur ces passages et mélodies répétées (terrible la voix sur "Warsheep"), ou quand ils injectent quelques synthés et autres effets spatiaux au son. Et puis ils n’ont pas peur de taper du pied et de nous sauter en rond à base de double pédale à la batterie. Pour la touche metol ? Non, pour la touche heavy as fuck ! S’ils ne défient pas l’originalité et qu'une plus grosse dose de folie aurait été appréciée, ils ont néanmoins à nouveau quelque chose de personnel à proposer, et la facilité avec laquelle défile l’album - sans interruptions entre les morceaux - passe l’envie de perdre son temps à analyser, preuve de la réussite de l’ensemble.

S'il vous fallait des noms on pourrait évoquer Suma, Isis (des débuts), U.S Christmas, ou tout simplement Ufomammut.

 

C’est bon. Encore. Eight, Eight, hate. Ils ne se laissent pas enterrer facilement les italiens !

photo de R.Savary
le 02/10/2017

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019