Usurpress - Interregnum

Usurpress - "Interregnum"
chronique Usurpress - Interregnum

Quand on parle de Death Doom, on pense le plus souvent à ce magma monolithique et effrayant mélangeant Bolt Thrower et Reverend Bizarre. Le croisement entre les écoles Candlemass et Entombed est beaucoup moins fréquent. C'est pourtant le chemin qu'a choisi Usurpress. Et mine de rien, le groupe a trouvé une recette qui fonctionne. Il faut dire que le Death Metal est pratiquement inscrit dans les gènes suédois et que de ce fait ils peuvent presque tout se permettre avec succès dans le domaine. Le groupe a laissé de côté (à tort ou à raison, ma réponse dans les lignes qui suivent) les penchants Crust ou Sludge que l'on pouvait retrouver sur leur trois précédents albums.



Pour l'enregistrement de Interregnum, les Suédois ont fait appel à Stefan Hildman, batteur de session issu de la scène Jazz-fusion. Ce dernier déploie des motifs qui sortent des sentiers battus, conférant à l'ensemble une base plutôt originale. Pour tout dire, je n'ai eu cette information qu'après plusieurs écoutes, durant lesquels je sentais un je-ne-sais-quoi particulier aux morceaux. Du coup les tempos vont du moyen au rapide, jamais de blast. Tout ce soin apporté aux rythmiques permet de délivrer un travail de composition poussé et intelligent. On se rapproche parfois du Prog, dans une conception moderne du terme. Le jeu du guitariste est extrêmement riche, que ce soit en rythmique ou en lead, tandis que les growls sont particulièrement efficaces, mais Petterson se montre également convaincant sur les chants clairs.



J'apporterai tout de même un léger bémol à ce concert de louanges. En effet, sur plusieurs passages, la ressemblance avec certains groupes se fait sentir de manière un peu trop prégnante. C'est le cas par exemple du début de "Place In The Pantheon" (les premiers My Dying Bride), "Late In The 11th Hour" (excellent titre au demeurant dans le sillage du drakkar Amon Amarth) ou "The Vagrant Harlot" dont les mélodies vocales évoquent Sin / Pecado de Moonspell. Mais il ne faut pas que ces similitudes viennent masquer le boulot réalisé pour que chaque titre possède sa propre personnalité et qui fait qu'il n'y a aucun temps mort ou baisse de l'inspiration tout au long de l'album. Au final, le Death Metal proposé ici par Usurpress est entraînant et épique, en ayant trouvé sa voie propre.


photo de Xuaterc
le 08/05/2018

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Daughters au Point Éphémère à Paris le 10 avril 2019
  • LIONS METAL FEST le 1er juin 2019 à Montagny (69) avec VADER, BENIGHTED,...

HASARDandCO

Pygmy Lush - Old friends
1349 - Liberation