Vallenfyre - Fear Those Who Fear Him

Chronique CD album

chronique Vallenfyre - Fear Those Who Fear Him

Non vous n'êtes pas en train d'écouter le dernier Behemoth malgré l'intro à la Polono-Megalo : Vallenfyre est vraiment méchant et ne fait vraiment pas rire.

 

En effet, après un très bon Splinters pondu en 2014, les Rosbifs ont bouffé un Crustie pour accoucher avec pioche et râteau de Fear Those Who Fear Him. Vous n'avez pas peur de la septicémie ? Alors welcome dans un monde pas jaune rigolo mais plutôt noir goudron.

Tout d'abord c'est la prod qui nous irradie la tronche : sale, boueuse, mais redoutablement puissante, un régal absolu pour les vieux bâtards conchiant le gel douche.

Car si le Doom squattait fortement le dernier album de la horde, et vient encore pioncer sur le BZ, ici c'est le Crust qui s'incruste pour vomir dans l'évier de la cuisine.

Fear Those Who Fear Him ne cause pas seulement aux esgourdes mais aussi aux naseaux, donc, dispensant des remugles de bidoche en putréfaction, de viande humaine si possible.

On a encore droit à beaucoup d'Entombed tel ce "Degenaration" en mid tempo venant du fond des âges suédois. Le pied collé à la Boss, la baguette entouré du scotch utilisé par Barracuda, Vallenfyre éructe, bastonne, bourrine, en renvoyant des guignols comme Deathrite faire un clafoutis avec Mère Grand.

MacKintosh a gobé du feu grégeois et noie son chant dans la tourbière, de celle où on a retrouvé des gars ligotés en position fœtale. L'Homme de Croghan a souffert, les tétons tranchés, certains titres semblent être la bande son du sacrifice.

 

Car, "An Apathetic Grave" ainsi que deux autres de ces petits frères consanguins "The Merciless Tide" (miam le clip) et "Cursed From The Womb" ralentissent la cadence en raisonnant comme des hymnes funèbres proprement terrifiants.

Au milieu de tout ça, de pures décharges de Death Crust, comme "Nihilist", allument le Grand Géant d'osier, les leads mugissant en échos des cris des victimes carbonisées. "

"Kill All Your Masters" et "Dead World Breathes" (39 secondes) franchissent les frontières de la barbarie.

Les recettes semblent être répétitives et balisées, blasts à gogo, basse terrifiante et groove de croque-mort mais la cohorte de sauvages britons nous collent en permanence le tensiomètre en pleine mouille, imposant comme un vieux frisson plaisant sur notre nuque attendant le couperet, et taillant en pièces, au passage, l'autre super groupe du genre The Lurking Fear.

 

Vallenfyre s'est construit sur la mort. Et le groupe la dispense encore généreusement, 7 ans après.

photo de Crom-Cruach
le 08/09/2017

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BRUTUS, DAGOBA, LISTENER et d'autres au Poche à Béthune jusqu'au 10 novembre 2019
  • EARTH au Petit Bain à Paris le 19 novembre 2019
  • Tournée Sunnatra + Yatra 2019