Venom Prison - Animus

Chronique CD album

chronique Venom Prison - Animus

J'ai pas fait des études de psy, mais l'animus, niveau analytique de la caboche, est la part masculine de la femme. Z'êtes bien avancés hein du coup ?

Vous allez comprendre en fait le pourquoi du comment au niveau du titre de ce premier album j'espère, si je suis clair. Rien n'est moins sur. On va voir.

 

Les Anglais de Venom Prison ont une chanteuse : Larissa, et elle pique. Ça c'est le côté féminin du truc. Et pour bien comprendre ce qui anime Animus, obligé de passer par les paroles avant la musique.

En fait, Les Rosbifs prennent à rebrousse poil, niveau lyrics, la machine assez machiste du Death . Le mâle dominant est la victime ici. Ainsi dans "Perpetrator Emasculation", un violeur est forcé de bouffer ses couilles. Oui et c'est bien fait.

La plaque tire aussi sur la religion monothéiste, qui comme chacun sait, donne le pouvoir aux hommes, en écrasant la condition féminine. Depuis des siècles, déjà. Et encore de nos jours. Ce qui motive donc tout cette méchante violence musicale est la vengeance de la femme sur l'homme. Le côté primitif de nos chers et tendres donzelles s'exprime donc dans le bruit et la fureur.

 

Cool.

 

Car niveau son et méchanceté, Venom Prison se pose là. Le socle de sa musique est un Death vicieux et assez technique sans tomber dans les effets de manche rédhibitoires. Le son est opaque et possède un grain permettant de donner puissance et cruauté à des riffs éminemment tranchants. Ce riffing utilise toute la palette dispo dans le genre, alternant le tronçonnages saccadés et courses poursuites de lévriers-garous avec un certain talent. Rien de très original au final car on peut sentir du Obituary ici ou du Nile, là, par petites touches.

 

Mais le groupe ne suit pas une simple ligne directrice linéaire et seulement brutale. Les compos peuvent se révéler assez tortueuse à la première écoute. Pour moi du moins. Elles se permettent aussi de fugaces leads slayeriens et maléfiques ("Celestial Patricide" ou "Corrode Of The Black Sun") au milieu de blasts tétanisants.

 

Pétris de mauvaises intentions pour vos oreilles, Venom Prison sort la tête de l'underground pour nous équarrir comme il faut avec une machette bien affûtée soignant le fond comme la forme.

photo de Crom-Cruach
le 03/11/2016

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

HASARDandCO

Camion - Bulls
Chronique

Camion - Bulls

Le 06/08/2014

Allobrogia - Sonnocingos