Voice Of Ruin - Purge and purify

Voice Of Ruin - "Purge and purify"
chronique Voice Of Ruin - Purge and purify

Depuis le poétique "Morning wood" (que l'on traduira par trique du matin), les suisses de Voice of ruin n'ont peut-être pas perdu de leur vigueur matinale mais se sont levés du mauvais pied.
Peut-être est-ce la morosité mondiale, possible aussi que les membres aient été touchés par cette terrible maladie qu'on appelle la "maturité", bref, la patronyme de ce disque, "Purge and purify" parle de lui-même.

Pas de fantaisie : que du sombre, du violent et la très sérieuse envie d'être vraiment très sérieux.


Lancé sur cette voie, VoR ne laisse passer aucun détail : aussi bien sur la forme avec la pochette on ne peut plus explicite sur l'ambiance générale, que sur le fond avec le style de production extrêmement propre et carré.
Le sérieux n'empêche pas les extravagances, puisque ce visuel, au style graphique original est certes parlant au premier coup d'oeil mais mérite aussi d'être longuement décortiqué.  

Toujours est-il que l'abord de ce disque d'une petite quarantaine de minutes ne se fait pas avec le smile mais on en profite avec les oreilles bien dégagées de toute crasse. D'ailleurs, la modernité du son va de paire avec la modernité du style pratiqué par les helvètes. 

 

Le style en question est facile à étiqueter : on a du gros metalcore qui tâche. Voice of Ruin n'a jamais retourné sa veste, bien qu'il faille reconnaître que cette fois, il a durci son jeu et ses mots !
Encore plus clairement influencé par une certaine scène américaine, le groupe commence tout doucement à lorgner sur le deathcore avec une violence qui n'est pas sans rappeler celle de Lamb of god.
Tout ceci est très classique, parfois même un peu trop convenu mais d'une remarquable efficacité, puis surtout, ça tient sur la longueur.
Près de 40 minutes punchy dans une atmosphère bien lourdes pourraient lasser, mais avec ses titres coups de poing, le quintet tient parfaitement la route.

 

Alors que le départ se veut tonitruand,  le rythme ne s'effondre pas malgré une légère baisse de régime dans la seconde moitié de l'album qui permet de profiter de la facette légèrement plus groovy du groupe. En mettant à profit un son de qualité, on perçoit facilement la basse qui rebondit bien et des compos qui sonnent un peu plus "profondes" comparées à certaines passades plus clichés de début de disque.

De manière générale, il n'y a aucune surprise avec "Purge and purify", rien que le champ lexical du nom et des paroles en dit long sur ce que l'on entend. Mais, si aucun mot n'a été adressé sur le travail des musiciens dans ce disque, c'est aussi parce que c'est bien foutu à défaut d'être hyper original et inspiré.
Il n'y a donc aucune vraie bonne surprise, mais il n'y en a surtout aucune mauvaise : les pistes défilent à l'aise et sont plutôt homogènes...sans lasser. 
Pas certain que ce disque ait pour effet de purger et/ou purifier, mais il a celui de vraiment bien défouler.

photo de Tookie
le 29/09/2017

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019