Waraholics - Warlords Of Crust

Chronique K7

chronique Waraholics - Warlords Of Crust

Le projet Waraholics commence comme une blague : se taper un délire sur la série Vikings (Lagertha, viens dans ma hutte). La poilade tourne court en fait.

 

Car, formé de membres de Raw Hate (miam) et de Dråp (bof), le combo ne fait finalement pas rire grand monde avec son Warlords Of Crust si on met de côté son titre clichesque à manger du poney.

 

Puisant sa rage dans le Scandicrust et la furie japonaise de la saturation, Waraholics ne dispense, en réalité, que vacarme et tempête.

 

De la rythmique franchissant le mur du bruit, aux riffs sortis d'un bain acide, les cinq titres vous poncent les tympans plus sûrement que Zemmour étale ses conneries. Le chant possède un écho typique montrant que les codes ne ceux qui crachent dessus sont respectés. Question de crédibilité. Il en résulte des vocaux répétitifs comme une forme de négation de l'art lyrique.

Les non amateurs de la scène seront rapidement effrayés et trouveront cela un peu excessif, du coup. Incultes qu'ils sont.

En plus, "No Win Situation", une reprise des furax Moment Maniacs (rassemblant deux ex-Marduk, Jocke le brailleur de Wolfbrigade et Tomas de feu Anti Cimex et ex-Wolfpack) est au moins aussi barbare que l'original. Respect.

 

On est face au final à un très méchant défouloir, sans prétention mais joué avec passion. C'est peu ambitieux mais en cas de grosse colère y'a pas mieux.

photo de Crom-Cruach
le 10/10/2016

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements