W.I.L.D. (ex-Wild Karnivor) - Agony of Indecision

Chronique CD album (49:19)

chronique W.I.L.D. (ex-Wild Karnivor) - Agony of Indecision

Aeternum Vale, l’album précédent de W.I.L.D. – qui n’avait pas encore changé de régime alimentaire et s’appelait alors Wild Karnivor – avait récolté des critiques assez uniformément élogieuses (ce n’est pas Toukene qui me contredira, pas vrai?). Mis en confiance, le cglaume avait acheté l’album sans se méfier… Et de constater que l’enthousiasme peut-être général sans pour autant être partagé! Certes l’album offrait quelques vrais bons morceaux, ainsi qu’une originalité certaine (se manifestant principalement au sein de 2 morceaux agrémentés de saxo), mais le tableau était loin d’être idyllique. En effet, la compote vocale franchouillarde servant de chant (entre les Ghoulunatics et un worst of du début des 90s), une prod’ épaisse mais comme voilée et de longues compos pas toujours inspirées m’avaient laissé le salami en position « sieste digestive ».

 

Bref, en ce qui me concerne, Agony of Indecision n’était pas attendu avec l’impatience du rottweiler tirant sur sa laisse pour goûter aux muqueuses tièdes des victimes d’un accident de la route.

 

Sauf qu’une succession de signaux forts chamboula la donne: un changement de patronyme potentiellement synonyme de mue, une certification « ISO-Klonosphere-9001 » ainsi qu’une nomination au titre de Miss Combat Nasal saison V… Arf?

 

Et en effet, Agony of Indecision apporte du mieux. Ainsi, côté chant, bien que ce soit toujours Jérôme qui postillonne dans le micro, il le fait dorénavant en anglais, et en se mettant sensiblement moins en avant. Côté son – sans pour autant changer la formule du tout au tout –, on constate une nette augmentation de la teneur en oxygène… Par contre, snif, adios le saxo (et on ne peut leur en vouloir, Franck étant entre temps décédé). A noter que ceux qui pensaient que le lifting patronymique s’accompagnerait d’un changement de pied stylistique en seront pour leurs frais: le groupe pratique en effet toujours un death thrashy plutôt mélodique, usant avec modération des saccades et autres artifices « modern » à la mode, et dont l’un des points forts est la présence d’une guitare experte très logiquement mise en avant.

 

On se régalera de « You Know They’ll Come », titre adoubé par la paire Mazak/Strobl, du modern thrash d’un « The Stage Is Almost Set » un poil long mais offrant une superbe 2e mi-temps, d’un morceau-titre plus death mais proposant également un beau travail acoustico-modernrythmé, et d’un « You Are Their Prey » démarrant moyennement mais finissant sur de la belle œuvre lead. Pour le reste, bien que les morceaux soient dynamiques et attestent d’un niveau de technicité élevé, bah ça ne décolle pas vraiment, c’est un peu raplapla, voire ça frôle l’enlisement sur les morceaux longs. Rien à faire, même après de nombreuses écoutes: peu de raisons de s’enflammer ou de s’écouter l’album en boucle. Et ce ne sont pas les bluettes tristounes « Choices » et « Awaken Nightmare » qui risquent de me faire changer d’avis.

 

Bref, W.I.L.D. possède a priori les bons ingrédients, un équipement de qualité, une cuisine moderne, mais malheureusement ses plats ne m’emballent vraiment les papilles qu’une fois sur trois (en gros). M’enfin c’est comme pour le Michelin, hein: peut-être que votre configuration cérébralo-auditive fera mentir ces propos désabusés, et attribuera à Agony of Indecision les étoiles qu'il n'a pas su me mettre au fond des yeux...

 

 

 

 

 

 

 

 

La chronique, version courte: une bonne guitare, quelques améliorations depuis Aeternum Vale, mais toujours pas d’accession à la 1ere division pour W.I.L.D.


 

photo de Cglaume
le 30/04/2012

1 COMMENTAIRE

Tookie

Tookie le 06/05/2012 à 11:02:24

C'est beau cette conclusion!
Bon, contrairement à toi, j'ai toujours accroché aux WILD. Peut-être qu'ils soient de mon coin, de les avoir vus 15 fois et fait joué presque autant pour au final la même baffe sur scène.

L'album était donc attendu pour ma part et m'a très légérement déçu. Le côté rock'n'roll a un peu quitté le navire, mais je trouve ça carrément plus brutal, et techniquement c'est toujours aussi intéressant ...

Et pour le son ils ont enfin quelque chose à la hauteur. PAr contre, je ne sais pas je suis tout de même un peu déçu, il manque quelque chose que les pr&écédents avaient.

Du coup, au lieu d'un super album, c'est devenu un bon album tout de même (!)

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • EARTH au Petit Bain à Paris le 19 novembre 2019

HASARDandCO

INSIDE CONFLICT - août 2004
Shihad - Killjoy
Chronique

Shihad - Killjoy

Le 26/09/2010