Winterfylleth - The Dark Hereafter

Winterfylleth - "The Dark Hereafter"
chronique Winterfylleth - The Dark Hereafter

Alors que les deux premiers galettes de la horde se hissaient parmi les meilleures sorties pagan anglaises, il y a déjà huit ans pour la première, les albums suivant des Rosbifs n'avaient que très peu retenus mon attention.

Mais The Threnody Of Triumph et The Divination Of Antiquity eurent le mérite, au moins, d’asseoir le style du groupe, aisément reconnaissable désormais.

 

Le son du combo se retrouve alors concentrée sur les trois premier morceaux de The Dark Hereafter.

Nous avons droit, donc encore, rapidement pour les non-amateurs, à un BM sauvage mais pétri de mélodies pagan sombres et travaillées.

Ici, le combo a réduit la durée de son format pour une quarantaine de minutes à la place de l'heure habituelle et ce n'est pas pour me déplaire. Le titre éponyme de l'album démarre la plaque avec une simplicité trompeuse et non révélatrice de l'ensemble. Winterfylleth montre par là que niveau charge barbare, ils se posent là. Dès "Pariah's Pat" (un bonus track du précédent album), la cavalcade se ralentit et se fait atmo, pas loin d'un Primordial, en utilisant moults leads chevauchant une rythmique de bronze.

L'immersion propre au groupe fonctionne ici à merveille. Bercés par la noirceur, car le chant se fait toujours écorché. Envoûtés par les arrangements et cette fin de morceau folk, nous sommes conquis. "Ensigns Of Victory" suit un schéma similaire sans qu'aucune lassitude et clarté ne viennent entacher tant d'obscurité et de climat pluvieux.

Les fans de Summoning seront certainement charmés par les 13 minutes de "Green Cathedral". Le morceau commence tout en mélancolie cafardeuse et poursuit sur une lente tristesse aux riffs éminemment émotionnels et aux chœurs caverneux. Malgré son titre en Anglais, le dernier morceau est une reprise d'Ulver et plus précisément de "I Troldskog Faren Vild" issu de l'album de 1995 Bergtatt – Et eeventyr i 5 capitler achevant de faire de cet album une belle, euh..., sombre réussite.

 

Ramassant son propos, le dégraissant disons, Winterfylleth conforte ici sa place de leader de la scène british. Bon, sans trop de fatiguer tout de même.

Toutefois, pas sûr que la formule des Anglois fonctionnent encore autant la prochaine fois.

photo de Crom-Cruach
le 01/12/2016

1 COMMENTAIRE

Xuaterc

Xuaterc le 01/12/2016 à 11:04:21

J'ai jamais réussi à accrocher à ce groupe, je vais essayer cet album pour voir.
Petite anecdote sur la reprise d'Ulver
https://www.facebook.com/31166220421/photos/a.10150996673790422.771977.31166220421/10157658340085422/?type=3&theater

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements