Witchery - I Am Legion

Witchery - "I Am Legion"
chronique Witchery - I Am Legion

Avant même que Fenriz (from Darkthrone) n’ait commencé à se démaquiller pour devenir le grand défenseur du Trve Old Skvll Heavy Metal que l’on connait aujourd’hui, le Black et le bon vieux Metal des origines avaient déjà commencé à fricoter pour le meilleur sous l’égide de groupes comme Bewitched, Diabolical… et Witchery. Et ces loustics-là de démontrer à toute une génération de jeunes profanateurs d’églises que, si si, Accept, Judas Priest, W.A.S.P. et consort, en fait, c’était cool… Euh, enfin non: pas cool. Dâââââârk. ‘faut pas déconner non plus! Et donc oui, les guitares mélodiques des grands anciens peuvent tout à fait se mêler avec à-propos aux tempos sauvages et aux protestations fielleuses des gargouilles-pandas. Car l’alliance fructueuse du moderne et de l’ancien, ce n’est pas l’apanage des films de « cougar porn » ni de la chambre nuptiale de l’Elysée (NDLR: euh, cglaume, t’es sûr là?).

 

Vous qui avez écouté In His Infernal Majesty’s Service l’année dernière (oui oui, les bougres semblent vouloir revenir à l’extrême productivité de leurs débuts), vous savez peut-être déjà de quoi il retourne sur I Am Legion. Mais pour moi qui avais abandonné le groupe depuis Symphony For The Devil, la surprise fut entière: finis les relents de NWOBHM et les cavalcades l’épée au poing. Witchery se contente désormais d’en-rocknrolliser tout ce qui se fait de plus croustillant dans le Metal extreme scandinave. Ce nouvel album nous propose donc un Blackened Thrash/Death’n’roll où l’on navigue entre les dernières œuvres issues du congélo Immortal (« True North », le début de « Dry Bones »), du The Crown bien énervé (et c’est ce qui marche le mieux, sur « Amun-Ra » et « The Alchemist »), un peu de Punk (« Of Blackened Wing ») culminant parfois sur des poussées Impaled Nazareniennes (« Seraphic Terror »), voire du Bloodbath (cf. le refrain de « Of Blackened Wing » qui s'inspire un peu trop nettement de celui de « Eaten »). Le tout en gardant généralement – donc – une touche bien Rock’n’Roll.

 

Alors forcément, c’est sympa. Et en plus c’est bien fait. Ce qui est  relativement normal quand des ex-The Haunted, Seance ou encore Arch Enemy vont enregistrer chez Daniel Bergstrand en compagnie de guests comme Hank Shermann de Mercyful Fate, Mike Wead de King Diamond et Nicholas Barker – qui a écumé 1001 groupes, dont Lock Up et Cradle of Filth.

 

Ça c’était pour les infos factuelles (… que c’est chiant à écrire ce genre de paragraphe!).

 

Maintenant, s’il passe nickel avec les ‘cahuètes et la cervoise, cet album est quand même très passe-partout, et aussi novateur qu’une disquette cinq pouces un quart à une grand-messe Apple. Ça rabâche, ça ressasse… Ce qui est cool quand le groupe met la gomme, mais ce qui s'avère franchement moins sexy quand il nous sert un gros mid-tempo Thrash bateau en guise d’intro (« Legion »), quand il reste près de 4 minutes en mode attente sans jamais réellement envoyer la purée (« Welcome, Night »), quand il tortillonne & bougonne (« A Faustian Deal »), ou quand il s’embourbe dans le poisseux lancinant (« An Unexpected Guest »). Bref tout ça sent quand même un peu trop le réchauffé et les vieilles snowboots élimées de trappeur fatigué. Maintenant ce n’est pas à un vieux lapin qui se goinfre de Swedeath de tradition de tenter de vous dégouter d’un album qui, s’il n’est guère excitant, est quand même particulièrement roboratif…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La chronique, version courte: sur I Am Legion, n’attendez plus la fusion ultime d’Emperor et de Judas Priest. A présent, Witchery préfère injecter de bons gros shoots de Rock’n’Roll dans un brouet Metal Scandinave qui hésite entre The Crown, Immortal, Impaled Nazarene, I et tous les ceusses qui aiment leur Thrash/Death accompagné de shrieks torse-poil dans la neige.   

photo de Cglaume
le 14/12/2017

1 COMMENTAIRE

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 14/12/2017 à 11:08:15

Tiens me rappelle qu'avant ça cruntchait autant sur la gratte et le chant...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019