Zubrowska - ...are dead

Chronique CD album (42 minutes)

chronique Zubrowska - ...are dead

Nous mettons du temps à réagir chez Coreandco. Il faut bien l'avouer. Zubrowska a sorti cet album fin 2010...

 

Nous réagissons avec quasiment une année de retard pour ceux qui n'ont pas encore eu la chance de découvrir les toulousains.

Mais cet album il faut le digérer, le décortiquer, et tenter de le chroniquer sans se faire happer par l'incroyable efficacité de ce "...are dead".

 

Prenons les choses depuis le début, un peu à l'image de cet album qui s'engage par une introduction judicieusement nommée "From beginning", dans laquelle des voix ambiantes planantes sur fond de guitare se font la rampe de lancement d'un "Wake me up when I'm dead" tonitruand. On retrouvera le principe introductif sur les 45 secondes de "The journey begins".

 

C'est là que débute le travail de chroniqueur qui va devoir faire un sérieux travail pour retrouver tous les noms des genres brassés, s'amuser à noter quelques références et les multiples parties de chacun des morceaux.

Zubrowska aime être brusque tout en faisant les choses avec finesse. Encore à l'image de son titre (que les anglophones les plus limités auront compris) un délicieux paradoxe s'incruste dans cette musique qui va allier durant 42 minutes des genres violents et lourds sans jamais nous lasser.

 

Avaler cet album d'une traite sera pourtant très facile pour les fans de musiques extrêmes.

On passera rapidement de grosses parties death (avec la voix grasse), à d'autres plus mélos pour enchaîner sur un blast à péter des poignets, le plus fort étant que le groupe réussit à installer une ambiance en breakant et en balançant des sonorités proches du post-hardcore.

5min15 de "Drop the shell and climb the mountain" pendant lesquelles peuvent souffler de nombreux auditeurs, mais pourtant la démonstration va continuer... Parfois sans chant comme sur "The memorial part II : First", ce qui n'empêchera pas qu'on se régale.

 

Une démonstration de brutalité, certes, mais si ce n'était que ça...

Prenons l'imposante batterie qui va blaster à de nombreuses reprises. Efficace, mais elle ne sera pas la seule.

Chaque plan calme est l'occasion d'apprécier le côté percutant de la partie précédente. Le crescendo (souvent présent dans ces moments là) de nous faire saliver.

L'agressivité n'est donc pas le maître-mot. On choisira plutôt celui de maîtrise.

C'est le sentiment qui ressort à chaque composition. Une recette parfaite qui n'écœure pas grâce à un son parfait et des créations complexes, riches qui font de ce "...are dead" un excellent investissement pour des premières écoutes enthousiastes et des suivantes passionnantes et profondes.

 

Il est vrai qu'on pouvait avoir de sérieux espoirs en ces toulousains, à juste titre d'ailleurs, étant donné la puissance de "Family vault" et "One on six"... Mais le niveau atteint cette fois-ci explose toutes les échelles.

On se sent tellement balloter avec "I believe in ghosts", le début de "6 billion white stairs" que l'ensemble est complétement... étourdissant.

 

Un must-have issu de la scène hexagonale.

photo de Tookie
le 09/09/2011

5 COMMENTAIRES

cglaume

cglaume le 09/09/2011 à 12:22:02

"Alors que le premier semestre 2011 touche à sa fin,"

... C'est clair qu'il se passe parfois du temps entre l'écriture d'une chro et sa mise en ligne :)))))

Pidji

Pidji le 09/09/2011 à 13:54:41

Arf', mea culpa sur celle-là. Faudrait changer quelque peu l'intro :D

Kurton

Kurton le 14/09/2011 à 20:27:48

Bref, claque. Point barre.

chaussure

chaussure le 15/09/2011 à 12:09:55

de la furie Noïsie avec des riffs de gratte hallucinants.
des ambiances black, des lourdeurs sludgiennes venant plombés des plans (post)core. le tout dans un esprit qui ne respire pas la joie de vivre.
tout ce que je kiff depuis 10 ans réunis sur un même album.
en effet, on peut dire qu'il claque.
j'lui mets le 10.
et paf!

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 31/01/2013 à 19:11:04

Vachement bien ça, meuh !!!!!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • EARTH au Petit Bain à Paris le 19 novembre 2019