Avatar de l’utilisateur
cglaume
Messages : 5403
Inscription : 22 juin 2008, 11:52

Re: Le topic de votre mauvaise humeur

25 nov. 2022, 09:21

Bon courage l’ami !
 
Avatar de l’utilisateur
el gep
Messages : 2192
Inscription : 07 sept. 2008, 18:56

Re: Le topic de votre mauvaise humeur

25 nov. 2022, 09:26

Vincent Bouvier a écrit :
Saleté de grippe. 4 jours que je suis alité...🤬
"Ah mais non mais hein fallait se vacciner hein sinon y faut pas s'plaindre, hein, 'tention! C'est trop facile sinon on veut la margarine et le dos de la crémoire, hein."
Force, Boubou.
 
Avatar de l’utilisateur
noideaforid
Messages : 72
Inscription : 14 oct. 2021, 18:14

Re: Le topic de votre mauvaise humeur

25 nov. 2022, 23:08

Le monde va mal c'est pas nouveau mais égoïstement j'ai mal pour les petites librairies de mon pays, des endroits où je me sent comme un poisson dans l'eau. A parler avec le/la libraire, échanger avec les gens sur le derniers romans à lire absolument ou aider quelqu'un dans son choix de livre quand tu l'entends parler et hésiter , ça peut paraitre anodin vu la situation mais penser que ce genre de plaisir va peut être disparaître ça me... je ne sais même pas... Blasé?

Source RTBF.be
Le prix du papier et de l’encre a augmenté et pourtant, dans les librairies, les prix sont sensiblement les mêmes : 5% d’augmentation générale pour les livres, et certains n’ont pas augmenté du tout. Bonne nouvelle pour les consommateurs mais du côté des libraires, difficile de s’y retrouver.

Prenons un exemple. Un roman qui paraît pour la première fois et qu’on achetait autour de 20 € il y a deux ou trois ans coûte toujours aujourd’hui 20 € ou 21 €. Il n’y a donc quasiment pas d’augmentation. Alors que, d’après Benoît Dubois, le directeur de l’Association des éditeurs de livres belges, ce roman devrait coûter 23 €, voire 24 € si les éditeurs appliquaient tout simplement l’inflation connue en Belgique. Pourquoi n’est-ce pas le cas ? Pour comprendre, il faut regarder vers la France.
Les prix fixés en France
"Dans une librairie, quand on y entre, pratiquement 90% des livres qui sont en vente sont des livres qui sont importés de France. Et par conséquent, la politique de prix est celle qui est pratiquée à Paris. Or, nous avons un différentiel d’inflation qui est gigantesque entre l’Hexagone et la Belgique, on parle de 6 à 12% d’inflation, 12% chez nous, 6% en France", explique Benoît Dubois. Difficile donc pour un éditeur de sortir un livre belge trois ou quatre euros plus cher qu’un livre français équivalent. La Belgique se fixe sur le prix du marché.
La difficulté est la même pour les distributeurs et les libraires. C’est l’éditeur, souvent français, qui fixe le prix de vente final et donc la marge des distributeurs ou des librairies. Impossible pour eux de changer le prix et donc de choisir leur marge. A cette difficulté vient s’ajouter une érosion des ventes. "Les distributeurs et les libraires ne peuvent pas répercuter au niveau de leur prix de vente, et c’est même encore plus grave puisqu’ils ont actuellement une érosion de leurs ventes. Tandis que les éditeurs (belges) vont subir la situation en n’osant pas augmenter leur prix à la valeur réelle de l’inflation, puisqu’ils sont soumis, d’un point de vue concurrence, à des éditeurs français qui augmentent à peine le prix de vente de leurs productions", regrette le directeur de l’Association des éditeurs de livres belges.
Des marges presque nulles
Résultat ? Toute la filière belge du livre s’appauvrit. Elle vend des livres 5% plus cher alors que les coûts ont augmenté de 10%. Pour Benoît Dubois, certaines librairies vont même avoir du mal à suivre. "J’ai fait une projection très rapide", poursuit-il. "Une librairie qui faisait 2% de marge en 2019 va se retrouver, mathématiquement, mécaniquement, à 0,5% en 2023. Donc, s’il n’y a pas de réserves qui ont été constituées et surtout si l’érosion des ventes se poursuit, il risque d’y avoir de très gros soucis au niveau des librairies." En effet, la hausse des ventes observée pendant les confinements est derrière nous. Depuis l’été 2021, on vend moins de livres et surtout moins de livres en librairie. Leurs ventes ont baissé de 10% par rapport au confinement.
 
Avatar de l’utilisateur
el gep
Messages : 2192
Inscription : 07 sept. 2008, 18:56

Re: Le topic de votre mauvaise humeur

26 nov. 2022, 09:56

Aaaarfff... et encore, y'a pas que les libraires!
Même si tu t'en fous, tiens, des fleurs, ben j'ai vu les prix des fleurs en précommande chez nos fournisseurs en prévision de Noël, ben... Si je fais des bouquets à 25 euros avec trois fleurs dedans, tu crois que ça va rouler côté clients?!

Enfin, et j'te passe le tarif du gaz augmenté euh multiplié par 4,18 (pour nos fournisseurs c'est dans le genre aussi, d'où les prix qui flambent, surtout que chauffer les serres en hiver, ben t'imagines...) et autres joyeusetés annexes comme les impôts qui nous rackettent avec des pénalités de retard carrément mafieuses (le Trésor Public et assimilés, c'est des purs gangsters tout puissants, mais cette histoire de pénalités de retard sera peut-être contée un autre jour).
 
Avatar de l’utilisateur
sepulturastaman
Sujet Auteur
Messages : 10126
Inscription : 12 juin 2008, 09:08

Re: Le topic de votre mauvaise humeur

26 nov. 2022, 11:11

el gep a écrit :
Aaaarfff... et encore, y'a pas que les libraires!
Même si tu t'en fous, tiens, des fleurs, ben j'ai vu les prix des fleurs en précommande chez nos fournisseurs en prévision de Noël, ben... Si je fais des bouquets à 25 euros avec trois fleurs dedans, tu crois que ça va rouler côté clients?!

Enfin, et j'te passe le tarif du gaz augmenté euh multiplié par 4,18 (pour nos fournisseurs c'est dans le genre aussi, d'où les prix qui flambent, surtout que chauffer les serres en hiver, ben t'imagines...) et autres joyeusetés annexes comme les impôts qui nous rackettent avec des pénalités de retard carrément mafieuses (le Trésor Public et assimilés, c'est des purs gangsters tout puissants, mais cette histoire de pénalités de retard sera peut-être contée un autre jour).
Préférer oublier de dire que le racket est redistribué (nous pouvons débattre de la distribution c'est pas un problème) et ne pas dire que les clients sont complètement stupides de vouloir le même bouquet qu'avant la crise, c'est au mieux fallacieux au pire une malhonnête.
Image
 
Avatar de l’utilisateur
el gep
Messages : 2192
Inscription : 07 sept. 2008, 18:56

Re: Le topic de votre mauvaise humeur

26 nov. 2022, 11:17

Je ne suis pas certain d'avoir bien compris ce que tu voulais dire, mais je peux préciser au cas-où que je n'ai rien contre la redistribution (mais disons qu'elle pourrait sans doute être améliorée, hum...) ou payer des impôts (en l’occurrence, là, la TVA). Des pénalités de pseudo retard de paiement fantaisistes, ça, par contre, n'a rien à voir. Et c'est juste dégueulasse, surtout quand ils ne veulent rien entendre en face, un vrai mur.
 
Avatar de l’utilisateur
sepulturastaman
Sujet Auteur
Messages : 10126
Inscription : 12 juin 2008, 09:08

Re: Le topic de votre mauvaise humeur

26 nov. 2022, 11:27

noideaforid a écrit :
Le monde va mal c'est pas nouveau mais égoïstement j'ai mal pour les petites librairies de mon pays, des endroits où je me sent comme un poisson dans l'eau. A parler avec le/la libraire, échanger avec les gens sur le derniers romans à lire absolument ou aider quelqu'un dans son choix de livre quand tu l'entends parler et hésiter , ça peut paraitre anodin vu la situation mais penser que ce genre de plaisir va peut être disparaître ça me... je ne sais même pas... Blasé?

Source RTBF.be
Le prix du papier et de l’encre a augmenté et pourtant, dans les librairies, les prix sont sensiblement les mêmes : 5% d’augmentation générale pour les livres, et certains n’ont pas augmenté du tout. Bonne nouvelle pour les consommateurs mais du côté des libraires, difficile de s’y retrouver.

Prenons un exemple. Un roman qui paraît pour la première fois et qu’on achetait autour de 20 € il y a deux ou trois ans coûte toujours aujourd’hui 20 € ou 21 €. Il n’y a donc quasiment pas d’augmentation. Alors que, d’après Benoît Dubois, le directeur de l’Association des éditeurs de livres belges, ce roman devrait coûter 23 €, voire 24 € si les éditeurs appliquaient tout simplement l’inflation connue en Belgique. Pourquoi n’est-ce pas le cas ? Pour comprendre, il faut regarder vers la France.
Les prix fixés en France
"Dans une librairie, quand on y entre, pratiquement 90% des livres qui sont en vente sont des livres qui sont importés de France. Et par conséquent, la politique de prix est celle qui est pratiquée à Paris. Or, nous avons un différentiel d’inflation qui est gigantesque entre l’Hexagone et la Belgique, on parle de 6 à 12% d’inflation, 12% chez nous, 6% en France", explique Benoît Dubois. Difficile donc pour un éditeur de sortir un livre belge trois ou quatre euros plus cher qu’un livre français équivalent. La Belgique se fixe sur le prix du marché.
La difficulté est la même pour les distributeurs et les libraires. C’est l’éditeur, souvent français, qui fixe le prix de vente final et donc la marge des distributeurs ou des librairies. Impossible pour eux de changer le prix et donc de choisir leur marge. A cette difficulté vient s’ajouter une érosion des ventes. "Les distributeurs et les libraires ne peuvent pas répercuter au niveau de leur prix de vente, et c’est même encore plus grave puisqu’ils ont actuellement une érosion de leurs ventes. Tandis que les éditeurs (belges) vont subir la situation en n’osant pas augmenter leur prix à la valeur réelle de l’inflation, puisqu’ils sont soumis, d’un point de vue concurrence, à des éditeurs français qui augmentent à peine le prix de vente de leurs productions", regrette le directeur de l’Association des éditeurs de livres belges.
Des marges presque nulles
Résultat ? Toute la filière belge du livre s’appauvrit. Elle vend des livres 5% plus cher alors que les coûts ont augmenté de 10%. Pour Benoît Dubois, certaines librairies vont même avoir du mal à suivre. "J’ai fait une projection très rapide", poursuit-il. "Une librairie qui faisait 2% de marge en 2019 va se retrouver, mathématiquement, mécaniquement, à 0,5% en 2023. Donc, s’il n’y a pas de réserves qui ont été constituées et surtout si l’érosion des ventes se poursuit, il risque d’y avoir de très gros soucis au niveau des librairies." En effet, la hausse des ventes observée pendant les confinements est derrière nous. Depuis l’été 2021, on vend moins de livres et surtout moins de livres en librairie. Leurs ventes ont baissé de 10% par rapport au confinement.
Dans la librairie que je fréquente j'ai cru apercevoir une affiche stipulant qu'avec la crise certains prix affichés sur les livres ne correspondent pas à ce qui sera réellement payé en caisse.

Moi quand je me pointe à la librairie j'y vais avec une feuille de bois sur laquelle j'ai noté le titre du livre, son auteur·trice, son éditeur (+ collection et/ou sous collection si le cas se présente) et les codes isbn et ean13. Et quand je suis de nuit j'envoie un mail avec ces mêmes références. Si l'article est non dispo et qu'elles (à non c'est vrai maintenant y a un vir, mais je l'aime pas lui... il n'a pas de rouflaquettes et il à pris la place de la craquante vendeuse  :verymad:) iel me le commande je vais le chercher en présentant sensiblement le même billet avec l'ajout de la phrase : "commande au nom de monsieur sepulturastaman", je paye et je me barre.
Image
 
Avatar de l’utilisateur
noideaforid
Messages : 72
Inscription : 14 oct. 2021, 18:14

Re: Le topic de votre mauvaise humeur

30 nov. 2022, 14:01

el gep a écrit :
Aaaarfff... et encore, y'a pas que les libraires!
Même si tu t'en fous, tiens, des fleurs, ben j'ai vu les prix des fleurs en précommande chez nos fournisseurs en prévision de Noël, ben... Si je fais des bouquets à 25 euros avec trois fleurs dedans, tu crois que ça va rouler côté clients?!

Enfin, et j'te passe le tarif du gaz augmenté euh multiplié par 4,18 (pour nos fournisseurs c'est dans le genre aussi, d'où les prix qui flambent, surtout que chauffer les serres en hiver, ben t'imagines...) et autres joyeusetés annexes comme les impôts qui nous rackettent avec des pénalités de retard carrément mafieuses (le Trésor Public et assimilés, c'est des purs gangsters tout puissants, mais cette histoire de pénalités de retard sera peut-être contée un autre jour).
Je ne m'en fou pas ;) rien que dans ma région trois fleuristes on mis la clé sous la porte avec les augmentations exagérés du gaz de l’électricité etc. dans l'horeca ou dans les commerces de proximité c'est l' hécatombe. j'ai pas votre bagout pour faire comprendre mon ressenti, mais devoir mettre des bougies le soir après 10h de boulot avec un salaire pas génial, ca commence à me brûler les poils du cul.
 
Avatar de l’utilisateur
noideaforid
Messages : 72
Inscription : 14 oct. 2021, 18:14

Re: Le topic de votre mauvaise humeur

02 déc. 2022, 11:31

Mon employeur reporte mes congés depuis plus de trois mois sous prétexte qu'ils n'ont pas tout l'ordinateur ne veut pas me mettre les congés! 1 an sans congés ! Je vais devenir dingue comme dans les 12 travaux d'Asterix LE laissé- passé A38. Je ne sais pas si c'est le même truc en France mais en Belgique si tu ne prends pas tes vacances tu les redonnes aux impôts.
 
Avatar de l’utilisateur
sepulturastaman
Sujet Auteur
Messages : 10126
Inscription : 12 juin 2008, 09:08

Re: Le topic de votre mauvaise humeur

02 déc. 2022, 18:29

En france les cp congés payés sont perdus, donc paf pour ta gueule, le patron sans fout puisqu'ils sont déjà cotisé et que pour lui c'est un coût irrécupérable. Ou je travail seul les repos compensateur sont reportable d'une année sur l'autre (on en choppe quand l'on bosse de nuit). Tu bosses dans une grosse boite pour que l'administratif soit si re-lou ?
Image

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités