nesseria
Sujet Auteur
Messages : 1
Inscription : 27 août 2008, 18:11

Chroniques split Venosa / Nesseria

27 août 2008, 18:13

Image

Image

http://www.myspace.com/venosa1

Image

http://www.myspace.com/nesseria

"Ce split est le fruit de la rencontre des orléanais de Nesseria et des rouennais de Venosa. Fans de screamo pour Nesseria et de Hardcore torturé pour Venosa, vous allez être servis : en 5 morceaux, 2 de Venosa et 3 de Nesseria, les deux groupes vous présentent leur nouveau-né, un magnifique bébé de 23 minutes.

Ce sont les enragés de Venosa qui ouvrent la marche. 2 morceaux de screamo au chant à fleur de peau, rappelant par moment celui de Gameness ou des premiers Daitro, "Alka Setzer Breakfast" et "This Apocalyptic Universe Will Be Our House", sont là pour permettre à Venosa de cracher sa souffrance et ses pleurs. On retrouve chez Venosa ces mélodies émouvantes, où les larmes font vibrer les cordes. Le son se veut (presque) parfait, la voix étant mise en avant pour transmettre sa souffrance sans pour autant supplanter les autres instruments. Ceux-ci se lâchent sur "Alka Setzer Breakfast", alternent passages doux et déchainés sur "This Apocalyptic Universe Will Be Our House", sans jamais placer une note de trop, rappelant ces moments assagis sur les dernières compositions de Daitro. Venosa joue donc ici sa carte maîtresse, donnant envie de se rouler en boule et de pleurer jusqu'à se noyer…

Nesseria, quant à eux, jouent un hardcore metallisé presque étouffant, envahissant, comme une sensation de malaise qui colle à la peau. "Les Solutions A Court Terme", "Des Vengeances De Fiction" ou encore "Mornes Plaines". Dès le début, le ton est donné : sombre. A l'image du cercueil sur l'artwork, la lumière a quitté le disque dès les premières notes de Nesseria. Pour donner une rapide idée, "Des Vengeances de Fiction" se rapproche du son sur le premier Norma Jean. Rien de moins. "Mornes Plaines" frôle les excellents Converge. Nesseria s'inspire de beaucoup de choses, mais ne les copie pas, cherchant plutôt à composer à partir de celles-ci. Au niveau des paroles, le vertige est de mise : "Je voudrais te croiser seul et savoir si tu gères les coups de batte aussi bien que tes plans sociaux" ou encore "Les gosses morts de dysentérie auront compris le pragmatisme des petites gens. Ecarter les cuisses, puis bomber le torse.". Malaise social, on pourrait presque sentir le vomi sur chaque mot, ce raz-le-bol de la société, sans jamais tomber dans la facilité ou la caricature. Julien (remplacé après ce disque par Mikro) crache ses paroles, les cordes sont tonitruantes, tandis que la batterie déborde d'énergie. Nesseria a été bercé au son du hardcore chaotique, cela s'entend sur chaque riff, mais les 3 morceaux sont tellement efficaces et séducteurs qu'on ne peut que reconnaitre leur excellente prestation sur ce split.

Disque sorti en toute discrétion, il n'en reste pas moins un excellent split. Venosa et Nesseria sont prometteurs et au vu de ce 5 titres, comptent bien participer au paysage musical actuel. Sans atteindre le statut de leurs ainés (Daitro pour les uns et Norma Jean pour les autres), la fibre artistique des musiciens ressort et offre un excellent moment, court mais terriblement intense."

Metalorgie 15,5/20 - ALBUM DU MOMENT

"Deux jeunes groupes de la scène metal s'unissent pour un split cd court mais intense: Venosa et Nesseria. Quand on s'informe déjà sur chacun des deux groupes, on comprend que ce cd n'annonce pas un concentré de fun Venosa pratiquant ainsi le screamo depressif et Nesseria le hardcore bourrin.

Ainsi pas trop de surprise lorsqu'on découvre le bel artwork de l'album (un cercueil sur les épaules des porteurs d'où s'échappent des oiseaux à peine visibles). J'apprécie déjà la sobriété de l'enveloppe et me lance dans les premières écoutes qui ne sont pas triop convaincantes, puis finalement, à force d'acharnement, je reconsidère le cd. En effet les deux groupes ont un énorme potentiel. le split est composé d'abord par deux chansons de Venosa puis par 3 chansons de Nesseria. J'ai eu effectivement un petit problème avec la voix du chanteur de Venosa (Kael) dans un premier temps, car forcement n'étant pas amatrice de screamo je me suis trop ciblée dessus, mais en passant outre le chant qui n'est qu'un avis personnel, les guitares de venosa sont tout simplement magnifiques, les instrus sont impressionantes de profondeur, de sensibilité... bref je suis touchée, particulièrement par le deuxième morceau que le groupe propose "This Apocalyptic universe Will Be Our House", chanson qui dure plus de 8 mn, entrecoupé par de doux solos de grattes, de chant presque a cappella, une vrai petite bombe, pour un groupe vieux de seulement trois ans, je ne vous explique pas le potentiel! Passons donc à leurs congénères de Nesseria (pas évident de passer après la piste 2) Déjà la difference principale avec Venosa est qu'ils chantent en français contrairement à leurs predecesseurs qui chantaient totalement en anglais. Second changement, celui du style, on passe d'un screamo hardcore à un metalcore beaucoup plus lourd, avec une voix grave, un style plus appuyé et des tempos beaucoup plus rapides. C'est tellement rapide que je reconnais à peine que le chant est en français. Alors musicalement c'est bon et au niveau des paroles je suis assez étonnée, c'est subtilement bien écrit, court mais puissant, ainsi j'ai aimé "Mornes Plaines" qui mêle une certaine poésie à un metalcore vraiment lourd. Et même si je pense que je resterai sur mon coup de coeur vis à vis de la prestation de Venosa. J'apprécie par contre déjà le principe du split où les ambiances sombres des deux groupes se rejoignent tandis que leurs styles divergent, en gros, un bon album à écouter plusieurs fois pour s'en faire une bonne opinion."

French Metal 18/20

"Bon là t'as à faire avec un petit split de 5 titres qui regroupe deux combos qui partagent un même goût pour la musique qui fait du bruit et qui ponce les cages à miel.
C'est VENOSA qui ouvre le bal ! Le groupe existe depuis 2005 et envoie le bousin d'entrée de jeu avec un hardcore chaotique, aux relents emo, ultra abrasif. Les morceaux sont tantôt hyper violents, hargneux, empreints de haine et de fureur, tantôt mélancoliques, empreints d'amour et de tristesse, c'est intense et sombre. VENOSA pratique un son qui s'épanouie pleinement dans le contraste et l'opposition (?) des sentiments, un truc profondément humain quoi !
Ca sent la sueur, les larmes et la rage. C'est maîtrisé et bien branlé, la prod est bonne, et les 2 titres présents sur cette galette donnent envie d'en entendre plus. Ca me fait penser à EDEN MAINE avec une voix super aiguë très particulière. A suivre.
Passés les 2 morceaux de VENOSA, c'est NESSERIA qui prend le relais, pour 3 morceaux, dans un registre un peu plus radical encore. Le son se fait plus lourd, encore un peu plus violent et sans concession. Le son du combo s'est durci au fil des années et s'est radicalisé. De leurs débuts " Convergiens ", ils sont passés à un son plus brutal encore, entre le hardcore chaotique ultra saignant d'un CONVERGE, DILLINGER ESCAPE PLAN ou DRAGBODY au grind death d'un NASUM ou THE RED CHORD. Ca latte quoi !
Les compos sont ultra denses, abouties et maîtrisées, rien à redire de particulier. Ambiance sombre et torturée, ça saigne et ça tambourine de bout en bout, pas de temps mort, pas de demi-mesure mon gars, tu prends le wagon ou tu reste sur le quai, mais y aura pas d'arrêt. Je conseille vivement donc, et pour avoir vu les gaziers plusieurs fois sur scène, je ne peux que te conseiller d'aller jeter un oeil s'ils passent près de chez toi, c'est rock'n'roll, y a de la tripe et de la sueur.
Un bon skeud quoi, un peu court ma foi, on aurait aimé avoir quelques morceaux de plus, mais c'est un bon échantillon et on prend plaisir à se le recaler dans la platine. Un bon moment à passer.
Artwork classe."

Nawak Posse

" Emergence Records nous propose aujourd'hui ce split au magnifique artwork signé Kaosworks, regroupant Venosa avec leur sreamo à fleur de peau et Nesseria avec leur hardcore torturé.

On commence en douceur avec deux morceaux de Venosa, groupe que l'on pourrait situer quelque part entre Envy et Daïtro, un rock mélodique imprégné de screamo et teinté de hardcore. Tout comme sur les anciens disques d'Envy, on comprend dès la première écoute que leur musique transpire la souffrance, la passion, une sorte de traduction du mal être et de la rage, où se mêlent comme écrit dans leur bio larmes, sang et sueur. Les paroles en anglais sont profondes et déstabilisantes ("And who knows, maybe will i impose a discussion between my wife and my Winchester" sur le morceau "Alka Seltzer Breakfast"), le développement des morceaux pose des plans inventifs et les passages progressifs instrumentaux ("This Apocalyptic Universe Will Be Our House") sont tout simplement splendides. La voix saigne et la musique pleure (ou le contraire je ne sais pas trop), c'est du tout bon.
Réveil brutal ensuite avec l'arrivée de Nesseria, trois morceaux à écouter très fort que je vais ranger dans ma discothèque au rayon "j'ai envie d'égorger mon voisin". Ces trois titres sont en fait ceux du précédent split avec les japonais de Mu-Neujohn que quasiment personne ne possède, les gaillards n'en ayant ramené qu'un centaine de leur périple au pays du Soleil Levant. Bon, les morceaux ne sont pas dans l'ordre indiqué sur la pochette, on commence cash avec "Des Vengeances de Fiction". Le son est lourd, les cris remplis de bestialité, les paroles en français sont sans détours, très peu imagées et la violence est omniprésente. L'ensemble est bien sûr malsain et torturé à fond, et Nesseria semble avancer telle une machine de guerre avec la même classe qu' AmenRa. Pour avoir une idée de l'effet produit par leur musique sur l'auditeur (surtout en live!) procurez-vous une machette, type feuille de boucher et taillez-vous un bon gros bloc de chair dans le bide, sortez-en les tripes et posez-les sur la table. L'assistance devrait ressentir quelque chose d'à peu près identique. Nesseria est un groupe sous estimé et les morceaux de ce split ne font que le confirmer. Mais quand le public comprendra t-il qu'on tient là notre Converge français?

Ces deux bons groupes préparent chacun un album qui feront sans aucun doute émerger Venosa et assoir Nesseria pour de bon (celui de Nesseria sera réalisé avec Mikro au chant, Julien le bassiste posant sa voix sur ces trois titres, certainement enregistré avant recrutement du nouveau hurleur). Bref, je pense avoir bien expliqué que ce disque me plaît, qu'il est à posséder car ce n'est pas tous les jours que des groupes français nous proposent une telle qualité. Achète! "

Musik Industry - CONFIRMATION

Et non, les bons vieux split CD ne sont pas morts, car le disque qui nous intéresse aujourd'hui comporte 2 titres de VENOSA et 3 de NESSERIA, qui sont deux groupes de Hardcore. Le premier groupe, VENOSA fut formé en 2005 et a à son actif une démo et un maxi 6 titres en plus de ce split. Musicalement, VENOSA est un groupe pêchu et dynamique, qui sait cependant calmer le jeu pour distiller des ambiances pesantes et calmes. "This Apocalyptic Universe Will be our House", le deuxième morceau long de plus de 8 minutes en est le parfait exemple avec de nombreux breaks et des changements de mélodies. Le seul reproche que je pourrais faire est le chant bien trop aigu et surtout manquant un peu de puissance. Ce n'est qu'un détail, qui ne gênera pas tout le monde (tous les goûts sont dans la nature), mais quand le CD enchaîne sur NESSERIA, le contraste est frappant. Un peu plus ancien (2004), cet autre groupe français est bien plus expérimenté avec notamment l'écumage de différentes scènes (Allemagne, Danemark...) ce qui lui a permis de parfaire sa maîtrise musicale. Plus violentes, plus directes, leurs compositions sont aussi beaucoup plus dissonantes et barrées : ça part dans tous les sens, sur un rythme très élevé, et honnêtement sans être fan de Hardcore, le résultat est très probant. Les guitaristes savent distiller les bons riffs quand il le faut, créant un mur sonore autour d'un chanteur très à l'aise dans son registre. La technique n'est donc pas un problème pour le groupe qui parvient à insuffler une énergie rare dans ses morceaux, ce qui doit grandement leur servir sur scène. Car le HC est un style taillé pour la scène et seuls les plus talentueux groupes, dont NESSERIA fait partie, parviennent à contenter les foules de plus en plus exigeantes de kids survoltés. Un bon split donc, avec deux groupes qui s'ils officient dans la même grande famille, ont deux styles bien distincts qui devraient permettre à chacun d'y trouver son compte.

Metalland

Après nous avoir fait forte impression il y a deux ans avec leur split en compagnie des suédois de The Grizzly Twister, Nesseria remet ça aujourd'hui avec un groupe bien de chez nous, en l'occurence Venosa.
Ces derniers sont assez peu connus, originaires de Rouen, ils distillent, tout comme The Grizzly Twister à l'époque, une musique assez éloignée de Nesseria. En effet, Venosa nous offre deux titres d'un screamo tendu et vindicatif. Tel un mix de Gameness, Envy et Daïtro, ces deux morceaux sont emplis d'émotions, le chant aigu de Kael exprimant souffrance et haine s'écartant de temps en temps pour laisser à ses comparses des moments d'accalmie... mais pour mieux exploser de plus belle! Venosa enregistre actuellement un premier album, ça tombe bien car ces deux morceaux sont intéressants et donnent clairement envie d'en entendre plus, donc il ne reste plus qu'à patienter.
Nesseria prend donc la suite et une nouvelle fois marque sa différence sonore (grâce à la prod signé Neb Xort, ex Anorexia Nervosa). La puissance sonore est en effet montée d'un cran, cette fois c'est la chaos! Dans un esprit proche des premiers Norma Jean, Converge ou encore The Red Chord, Nesseria déverse un magma dévastateur, la prod est imposante et les musiciens surprenants de maïtrise. Le son est incisif, lourd, pesant, illustrant à merveille les paroles acides et désespérées concernant la société actuelle. Celles-ci sont l'oeuvre du chanteur Julien, depuis remplacé au micro par Mikro (si si!). La violence du groupe est écrasante, on ressort de l'écoute de ces trois titres de Nesseria hagard mais quand même frustré d'en avoir pas eu un peu plus!
Bref, ces deux groupes livrent là une composition nette et sans bavure. On est malmené niveau émotions entre deux eaux, l'une pleine de fragilité, l'autre plus massive... La connexion entre les deux groupes se fait donc naturellement, notamment par le superbe artwork. On attend donc la suite, chacun de son côté, avec une certaine impatience...

Pogoslam 8/10
 
Avatar de l’utilisateur
pidji
Administrateur du site
Messages : 7066
Inscription : 11 juin 2008, 20:08

Re: Chroniques split Venosa / Nesseria

27 août 2008, 19:03

Ouais, merci de me rappeler qu'il faut que j'écrive la mienne lol !!!

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités