S'inscrire sur COREandCO
Webzine musical COREandCO : hardcore, metal, rock et leurs dérives

Les interviews Les Acteurs De L'Ombre Productions - Interview du 02/12/2017

Les Acteurs De L'Ombre Productions - Interview du 02/12/2017 | COREandCO

Membre(s) interviewé(s) :
Gérald Milani

Ce n'est pas tous les jours qu'un label, français, spécialisé dans le Metal extrême, fête ses dix ans. S'il a parfois été décrié et critiqué, jamais il n'a perdu de vue sa philosophie originelle et n'a jamais succombé aux sirènes mercantiles. Core And Co a profiter de cet anniversaire pour aller en savoir plus auprès de l'homme à l'origine de tout cela, Gérald Milani.

Bonjour Gérald. Comment te sens-tu à l'aube de cet anniversaire ?

 

Je me sens tout excité. Non pas que ça va foncièrement changer quoi que ce soit, mais l'idée de se dire que nous sommes toujours là est une sorte de satisfaction/fierté. Le label grandit chaque année, et 2018 marquera une nouvelle étape pour nous avec beaucoup de sorties, une extension de la distribution de nos artistes, une grande fête pour célébrer nos 10 ans. Ce n'est jamais facile, quelque fois dans la douleur, mais toujours avec un plaisir immense.

 

 

Peux-tu nous raconter quel a été ton parcours avant de monter les Acteurs de l'Ombre Productions ?

 

Tout a commencé en 2001, lorsque j’ai créée l’association les Acteurs De l’Ombre avec deux amis. A la base nous étions un webzine dans lequel 50 rédacteurs sont passés, puis et en parallèle, j’ai organisé des concerts sur Paris, dont 3 festivals annuels : Black Metal, Pagan Metal et Doom Metal pendant une dizaine d’années. L’équipe s’est étoffée rapidement et nous totalisons une centaine de concerts pour plus de 500 groupes passés entre nos mains. J’organisais des concerts depuis 1996 pour les groupes de Black Metal dans lesquels je chantais. Aujourd’hui, seul le Cernunnos Pagan Fest existe toujours.

 

 

Dans quelles conditions, et avec qui, as-tu pris la décision de monter ton propre label ?

 

J’ai quitté la présidence de l’association en 2008, en prévision une mutation professionnelle, et c’est à ce moment-là que j’ai proposé de monter le label pour notre asso. C'était une idée qui me trottait dans la tête depuis quelques années déjà, mais pris dans la spirale infernale qu'étaient le webzine et l'orga de concert, je n'avais vraiment pas le temps d'y réfléchir. J’ai commencé seul et les coups de main de la part de potes se sont enchaînés. J’ai sorti le 1er album de Pensées Nocturnes en 2009, l’album a reçu un très bon accueil du public et des critiques, tout comme le second album. Puis en 2011, l’album de Cult Of Erinyes. Depuis 2012, nous sommes une équipe de bénévoles soudés.

 

 

Quelles étaient tes motivations pour vos premières sorties, les deux premiers albums de Pensées Nocturnes en 2009 et 2010?

 

C’est avec Pensées Nocturnes que le label a commencé. Vaerhon, le muti intrumentiste, était un membre de l’association et participait à l’organisation de nos concerts. J’aimais ce qu’il faisait et ça restait en famille. Une parfaite raison de commencer l’aventure avec Pensées Nocturnes. Depuis l'année dernière le groupe se produit sur scène. Jamais cela n'avait été question, et pouvoir vivre la musique en live du groupe à cause duquel le label existe a été une expérience extraordinaire, ajoutez à cela une interprétation parfaite et une ambiance qui respecte le concept, et vous comprendrez ma très grande fierté. Assister à deux de leurs concerts a été une grande émotion pour moi.

 

 

Comment se sont fait les choix de vos premières signatures, avec dès le début des groupes étrangers ?

 

Lorsque nous choisissons un groupe, c'est par ce que nous avons été touché par les émotions que véhicule sa musique. Nous tenons à produire des groupes qui nous bouleversent au plus profond de nous. Nous voyons la musique comme catharsique, elle est un prolongement de notre être, de notre âme. Nos groupes sont tous différents, mais se rejoignent dans cet aspect.

 

Aujourd’hui pour choisir un artiste, il va de soit que nous avons certaines doléances. Tout d’abord, il faut savoir que nous avons créé en 2016 une division du label. Émanations visent a faire découvrir des groupes totalement inconnus grâce à des éditions limités sur support cassette et CD ; le stade de la démo en somme. Pour une signature sur LADLO (Les Acteurs De L’Ombre) le groupe doit avant tout plaire à l’équipe. Nous avons des goûts variés et chacun à son mot à dire. Comme tu peux le voir sur notre roster, nos groupes bien qu’évoluant dans l’univers du Black Metal ont tous une identité propre et une approche différente du style. Le contact doit être facile avec le groupe et avoir la même vision que la notre. Nous voyons chaque collaboration comme un travail en équipe, une émulation collective et attendons une implication totale de la part du groupe. Le concept artistique du groupe doit être cohérent en terme d’artwork, de musique, de concept et l’ensemble ne doit souffrir d’aucune faiblesse (en tout cas, à nos yeux et nos oreilles). Nous soutenons nos groupes dans tous leurs choix artistiques. Nous produisons très peu de groupes alors nous essayons de choisir avec notre cœur plutôt que le porte monnaie. Et enfin, nous préférons les groupes qui ont une certaine activité live car le nom circule d’autant plus.

 

En ce qui concerne la partie de ta question sur l'origine des groupes, c'est vrai que rapidement, nous avons signé des groupes étrangers, mais aujourd'hui, nous préférons mettre en avant notre scène nationale. Toutefois, nous ne nous refusons pas quelques écartades, tout est une question de coup de cœur.

 

 

Personnellement, j'ai découvert LADLO lorsque j'ai commandé Al Azif de The Great Old Ones en 2012. Comment s'est faite la rencontre avec ce groupe ?

 

C'est le groupe qui m'a contacté. Je suis directement tombé sous le charme. Et clairement, c'est ce groupe qui a été le déclencheur vers une orientation du label plus Post et atmosphérique Black Metal. Nous sommes rapidement tombés d'accord sur un deal, et tout s'est enchaîne très vite. La sortie LP de Al Azif sur le label Américain Antithetic Records était déjà programmée, mais rapidement, nous savions que nous produirions tous les supports ainsi qu'une box limité du second album. Une sorte d'émulation a boosté notre collaboration, et c'est de cette aventure qu'est né la politique artistique du label.

 

 

Dès le départ, le label a apporté un soin tout particulier en ce qui concerne l'artwork et le packaging. Était-ce déjà une volonté de se démarquer ?

 

Oui et non. En fait nous choisissons nos groupes précautionneusement. Et si un groupe présente un concept et une musique de qualité, il est rare qu'il propose des visuels dénués d'intérêt. C'est un ensemble, une intelligence globale.

 

Romain notre graphiste maison travaille sur beaucoup de nos layouts box, digipacks, LP & tape. Il a permis au label d'avoir une image plus professionnelle, une sorte de charte graphique... Avant son arrivée en 2013, je demandais des coups de main à droite et à gauche, mais il n'y avait pas d'unité. Chaque groupe est libre de proposer et choisir son artwork et un artiste. Nous sommes là pour conseiller, mettre en relation et soutenir financièrement si besoin. Nous laissons le dernier mot au groupe mais nous donnons toujours notre avis et nous sommes rarement déçus.

 

 

Contrairement à beaucoup de concurrents, vous ne misez pas sur la quantité, mais plutôt sur la qualité. Est-ce un choix idéologique ou est-ce purement une question logistique ?

 

Je ne sais pas trop à qui tu fais référence en parlant de nos concurrents, mais je crois que tous les labels underground sont régis par les mêmes contraintes, à savoir financières et humaines. Nous désirons faire les choses du mieux possible alors nous essayons de ne pas trop nous disperser. Les choix des groupes avec lesquels nous travaillons sont parfois cornéliens car nous n'avons pas beaucoup de place. Nous sélectionnons nos artistes en fonction de nos critères et affinités, mais tout reste subjectif. Pour quelques uns, les groupes que nous refusons trouvent un autre label dans un second temps.

 

 

Les Acteurs de l'Ombre est l'un des rares labels qui me fait parvenir systématiquement des promo physiques. C'est une volonté de cajoler les chroniqueurs ?

 

Il y a un peu de ça. Comme tu le sais, je me suis occupé de gérer notre webzine pendant plusieurs années. Je sais ce que c'est pour un rédac chef d'essayer de motiver ses troupes. C'est toujours plus motivant pour un chroniqueur d'avoir le CD physique et je trouve normal que quelque part, il soit rétribué pour le travail qu'il fournit. C'est aussi pour nous une chance supplémentaire d'obtenir une chronique car nous espérons sortir du lot en attirant l'œil, c'est important pour un petit label comme le notre. Bien sur cela à un coût réel (fabrication + expédition), mais nous devons nous donner les moyens de nos ambitions et ceux de nos groupes. C'est une question de respect et d'engagement.

 

 

Depuis quelques années, tous les ans vous organisez un festival, les Feux de Beltane, dans un lieu secret. Peux-tu nous en dire plus ?

 

C'est un rassemblement LADLO absolument privé en Bretagne dans une ferme. Un cadeau que nous faisons à nos fidèles, nos amis (labels, medias, groupes…) en leur proposant un week-end de partage / rencontres, découverte du terroir et artisanats, et bien sûr concerts de nos groupes entre autres... Aucune promo n'est faite sur le net ou sur le terrain. Un vrai concert underground dans un lieu pittoresque!

 

 

A l'heure actuelle, le label continue de fonctionner de manière artisanale. Quelle est l'équipe qui t'entoure ? Et avez-vous commencé à en vivre, et si oui, depuis quand ?

 

Nos rôles sont assez bien définis : Je suis sur le manager, je vais impulser les actions et assurer un suivi des différentes étapes à mener pour une sortie. J'ai une vision globale sur le label en terme administratif, comptable et artistique. J'essaye de penser également à son développement et son organisation interne. Jean est en charge des commandes clients et gestion des stocks, Noemy & Blandine travaillent sur la promo / communication. Romain est notre directeur artistique / infographiste / webmaster. Il est aussi en lien avec les usines pour les pressages et divers fabrications. Il est épaulé par Pablo pour toutes l'infographie (artwork, pub, flyer, layout, merch...). Alexandre est notre traducteur anglais / français et bosse aussi sur la promotion. Virginie nous aider à animer nos réseaux sociaux. Lili a pris la place de community manager, Seb celui de webmaster et a réalisé notre nouveau site, Anne-Laure est dorénavant notre administratrice et photographe attitrée, et aide aussi pour la partie promotion, Anthony nous a rejoint en qualité de chargé projet video. Enfin, il y a Sarah pour la tenue et la préparation des stands lors de festival et qui est aussi notre trésorière. Sans oublier toutes les petites mains qui nous aident lors des week-ends label ou pour la tenue des stands estivaux.

 

Actuellement, nous sommes bénévoles, mais nous commençons à penser à d'autres éventualités.

 

 

A chaque nouvelle sortie, un concours est organisé. Je ne gagne jamais, peux-tu faire quelques chose pour moi ?

 

C'est vrai que nous essayons de proposer régulièrement des concours. Nous trouvons normal de proposer aux personnes qui nous soutiennent une manière de les remercier. Cela permet aussi de dynamiser notre page Facebook et créer une certaine proximité avec nos amis virtuels. Nous aimerions que les gens se sentent proches de notre démarche, et aient envie de suivre nos activités.

 

 

Ces derniers points font que les Acteurs de l'Ombre est un label à part. Est-ce un aspect que vous cultivez ?

 

On ne se pose pas vraiment de question, on aime faire les choses du mieux que nous pouvons, bien que ce ne soit pas toujours évident. Il reflète notre personnalité, il est ce que nous sommes, des personnes entières et dévouées à notre passion. Rien à voir avec ces labels qui se contentent de sortir un CD, envoyer ce qu’il doit au groupe et ne donne plus de nouvelle. Comme je te disais, nous bossons à fond chaque sortie, nous sommes donc en contact quasi quotidien avec les groupes qui ont de l’actualité (de 6 mois avant à 1 an après la sortie de l’album). Dès que nous en avons l‘opportunité, nous n’hésitons pas à mettre en avant ou filer un coup de main à n’importe quel groupe de notre roster. Nous faisons à la fois de la production, de la distribution, du management, et du booking.

 

Nous sommes si proche de nos groupes, que nous finissons pas les considérer pour certains comme des amis. Nous sommes vrais, nous sommes humains, nous sommes LADLO PROD et c'est sûrement cela qui fait notre particularité.. Cette proximité que nous entretenons avec les personnes qui nous suivent n'est pas calculée, tout n'est pas forcément parfait, mais les gens savent que nous le faisons avec le cœur.

 

 

Comment se passe une nouvelle signature chez vous ? Est-ce vous qui faites le premier pas ou alors ça se bouscule au portillon ?

 

Il n'y a pas vraiment de règle. Ca peut être un groupe avec lequel nous sommes amis de longue date, un groupe que nous découvrons en live, un groupe qu'on nous conseille, que nous découvrons au cours de nos périgrinations sur interent ou encore un groupe qui nous démarche par email. Mais il faut savoir que nous refusons 99% des groupes qui nous démarchent car nous sommes très sélectifs.

 

 

Merci de nous avoir accordé un peu de ton temps, les derniers mots sont pour toi.

 

Merci à toi pour ton soutien et de nous avoir permis de présenter un peu le label. J'espère que les lecteurs saisiront un peu plus l'essence du label et la passion qui nous anime. A bientôt au détour d'un concert ou d'un festival.

 

 

 

 

Dix tops pour les dix ans des Acteurs De L'Ombre

 

 

 

Les cinq meilleurs souvenirs avec LADLO.

 

  • Premier concert de Pensées Nocturnes auquel j'ai pu assister
  • Les 2 releases parties sold out que nous avons organisé à Nantes
  • Les 2 premières éditions de Beltane

 

 

Les cinq pires galères.

 

  • Décrocher notre premier contrat de distribution européen
  • Le LP de Au Dessus qui a pris 6 mois de retard à cause de l'usine
  • Essayer de faire jouer nos groupes en Norvège
  • Essayer d'intégrer le marché Japonais (promo + distribution)
  • Faire en sorte que notre planning soit respecté (réception des travaux graphiques et des enregistrements, lancement des pressages, réception de nos produits par les distributeurs, envois des CDs promos...) Comme nous sommes tous bénévoles, ce n'est pas évident
  • Les relances pour les chroniques malgré le fait que les medias se soient engagés

 

 

Tes cinq meilleurs souvenirs de concert.

 

 

 

Les cinq artistes que tu reverrai de signer

  • Urfaust
  • Mare Cognitum
  • Panopticon
  • Leviathan
  • Deathspell Omega

 

 

Les cinq albums que tu adorerais sortir

 

 

 

Les cinq albums que tu aurais adoré sortir

 

  • Oranssi Pazuzu - Muukalainen Puhuu
  • Glaciation - Sur les falaises de Marbre
  • Deathcode Society - Eschatonizer
  • Wiedood - De doden hebben het goed II
  • Negura BungetOM

 

 

Tes cinq rêves pour le futur de LADLO.

 

  • Que nos groupes tournent au Japon et États-Unis
  • Que nous soyons tous salariés par le label
  • Que nos groupes continuent à évoluer avec nous et restent chez nous
  • Que nos groupes jouent dans tous les plus grands festivals
  • Que nous gardions cet état d'esprit familial

 

 

Tes cinq plus grosses fiertés.

 

  • Avoir permis de faire découvrir tant de groupes, et les accompagner dans leur notoriété grandissante
  • Avoir rassemblé une équipe de bénévoles attachants, compétents et investis
  • Que chaque bénévole se soit approprié le label
  • Que le label soit reconnu pour son état d'esprit familial
  • Que le label soit reconnu pour la qualité de ses productions et packagings

 

 

Tes cinq pires regrets.

 

  • Avoir dû refuser de produire le premier album d'Oranssi Pazuzu pour cause de royalties trop élevés lors de la déclaration SDRM (trop peu de moyen à l'époque)
  • Que The Great Old Ones soit parti sur un autre label
  • Ne pas avoir eu le courage d'essayer de lancer le label professionnellement
  • Que Neoblivicaris se soit servi de nous pour obtenir un visa pour leur guitariste en nous faisant miroiter une signature pour leur premier album
  • Que les journées ne fassent pas 48 heures

 

 

Les cinq meilleurs arguments de groupes pour se faire signer chez LADLO.

 

  • On va rester chez vous
  • On veut faire plein de concerts
  • On sait ce que l'on veut d'un point de vue artistique et on a plein d'idées
  • On est disponible pour nous investir à 100% dans la promotion du groupe
  • On désire travailler en étroite collaboration avec vous par ce qu'on a envie des mêmes choses que vous

 

photo de Xuaterc
le 05/01/2018

Commentaires

cglaume

cglaume le 05/01/2018 à 09:03:32

Très chouette interview Xuxu !

Xuaterc

Xuaterc le 05/01/2018 à 10:30:32

Merci Cycy. C'est vraiment un label qui le mérite, avec une chouette équipe.

thurïm

thurïm le 06/01/2018 à 15:35:47

IP : 83.115.144.163

Sympa comme interview .

Pour les top à la fin c'est plutôt Wiegedood que Wiedood non ?

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 06/01/2018 à 16:48:10

Bien ça, de faire de l'interview de label.

Ajouter un commentaire

Pseudo : e-mail :

Commentaire :

NOTE : Vos commentaires sont soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'ils trouvent que votre message n'a pas à apparaitre ici, il sera supprimé.

Jeux-concours

TENDINITE : 1 vinyle à gagner !

Dernières news

Chronique au Hasard

Dr. Living Dead! - Cosmic Conqueror

Évènements