S'inscrire sur COREandCO
Webzine musical COREandCO : hardcore, metal, rock et leurs dérives

Les interviews Meatfeast - Interview du 08/12/2011

Meatfeast - Interview du 08/12/2011 | COREandCO

Membre(s) interviewé(s) :
Ben Neal, chanteur fou

Les interviews Meatfeast
Meatfeast

La folle planète des Polkadot Cadaver, Estradasphere, Vladimir Bozar et autres Torm se voit enrichie cette année de l'arrivée de grands bretons eux aussi passablement ravagés du bulbe, et répondant au doux nom de Meatfeast. Particularité ? Ces pensionnaires de Bedlam trempent leurs Pattonneries pure souche dans un doigt de metal extrême sombre et inquiétant, à la mode Carnival In Coal - oh-oui-c'est-bon-je-sens-que-ça-vient, je ne vous le fais pas dire. CoreAndCo se devait de sauter sur la perfide Albion pour vérifier les intentions de ces nouveaux chantres du nawak metal local. Exécution!

(English version available here)

 

 

 

Désolé mais on va commencer par la question foireuse-mais-inévitable d'usage: d'où vient le nom Meatfeast? Est-ce que ça vous est venu après une séance de brainstorming chez Pizza Hut (pour les francophones qui ne verraient pas le rapport: un click ici)? Ou peut-être êtes-vous une bande de végétariens pince-sans-rire comme les Circus Of Dead Squirrels?
Ce nom est censé agir comme un filtre. On aime pousser la réflexion au-delà du simple premier degré, et si vous êtes capables de vous figurer ce que peut être une “orgie de viande” sans en rester au stade de la bête pizza, alors vous êtes des nôtres. Ceux qui ne sont pas capables de penser au-delà de la garniture pour pizza n'aimeront probablement pas notre musique de toutes façons. Pour nous, ce nom symbolise l'excès – se gaver d'un trop plein de bonnes choses – et il reflète bien la façon dont on aborde le travail de composition, c'est-à-dire en blindant notre musique d'idées diverses et variées. En plus c'est un nom court, accrocheur et qui commence par un M – comme cela devrait être le cas pour tous les noms de vrais groupes de metal.


Pourquoi avoir laissé tomber votre ancien nom – Jazz Thrash Assassin – et avoir opté pour un nouveau? Tiens et puisqu'on en parle: est-il toujours possible de se procurer des exemplaires des anciennes productions de JTA sans avoir pour cela à exécuter les heureux possesseurs de celles-ci?
JTA était constitué d'un line-up différent, de personnalités différentes, avec un humour beaucoup plus direct. Et puis on en avait un peu marre de tout le temps être présenté comme un groupe mélangeant Jazz et Thrash Metal. La vérité c'est que ce nom est tiré d'un titre de Naked City qui s'appelle “Thrash Jazz Assassin”. 
On a changé de nom quand on a mis en place le nouveau line-up et qu'on s'est décidé à remplacer une bonne partie du côté fun par un humour plus surréaliste et sombre... Mais on joue toujours une poignée de vieux titres, comme "Noise" par exemple.
On peut vous envoyer une copie de l'EP 5 titres de JTA nommé Eclecticore si ça vous dit – et vous pouvez en entendre une partie en ligne ici

 

La façon dont vous diffusez votre musique est relativement inhabituelle  (2 Eps de seulement 2 titres sortis sur une période très courte). Qu'est-ce qui vous a amenés à adopter cette façon de faire? J'imagine que ce doit être un bon moyen d'entretenir le buzz sur une période plus longue?
Il se trouve que pour l'instant, on écrit les titres par paire, et donc ça reste relativement cohérent de les enregistrer en suivant le même rythme. Bien que les 2 EPs aient été mis en ligne au même moment, on a utilisé Skin Tucked-in, Meatside Out et le clip de "Self-inflicted Haircut" comme des outils promotionnels afin d'amener les gens vers le 2e EP, Hands Like Claws, qui nous semble bien plus fort, et détenteur des meilleurs morceaux que l'on ait écrit jusque là.

Vos deux artworks sont vraiment chouettes et relativement différents de ce que l'on peut habituellement voir au sein de la sphère metal. Qui est-ce qui s'est chargé de les réaliser? Et quelles idées / quels sentiments / quelle ambiance aviez-vous l'intention de provoquer à travers eux?
Au départ on avait fait appel à des contributeurs extérieurs, et on a d'ailleurs reçu des propositions qui étaient sympas, mais aucune qui réussisse vraiment à faire passer notre message comme on l'entendait. Peut-être parce que la plupart des gens ne savait pas vraiment ce que l'on souhaitait exprimer. 
Au final on a utilisé deux dessins que j'ai réalisés moi-même sur ordinateur, qui nous semblaient à la fois suggestifs, abstraits, et assez classe. Je suppose qu'on avait envie d'essayer de mettre en avant une certaine profondeur, et d'éviter les artworks metal typiques pour quelque-chose de plus artistique et avant-garde.


Autant le titre Skin Tucked In, Meatside out colle parfaitement avec le nom du groupe, autant le sens de Hands Like Claws est moins évident à saisir. Essayeriez-vous, à travers ces titres, de décrire / dévoiler progressivement la créature monstrueuse que Meatfeast se trouve être en réalité ?
Skin Tucked-in Meatside Out était au départ uniquement un nom de travail qui n'était pas destiné à devenir le titre de l'EP, mais finalement il est resté. En fait c'est un texte extrait d'un morceau de Regina Spektor appelé "Consequence of Sounds". A vrai dire on aime vraiment ça, extraire des petits bouts de trucs à gauche et à droite, et truffer notre univers de ces références délibérées à d'autres musiques et à la pop culture. Par exemple il y a ce passage ”Glen Benton est au bout du fil” (Glen Benton de Deicide) dans "Domestic Violence", et puis aussi un passage “Jeremy Kyle à cheval sur le tas” sur "Self-inflicted Haircut" (Jeremy Kyle est un animateur TV comparable à Jerry Springer).
Hands Like Claws est quant à lui l'un des nouveaux noms que l'on avait envisagés pour le groupe au départ, quand il a fallu en changer. C'est une référence à la main griffue typique de l'univers Black Metal, comme on en voit souvent dans les photos du genre, et on va dire que cela traduit notre admiration pour des groupes comme Emperor et Immortal

 

Vous avez réalisé un chouette video clip pour “Self-inflected Haircut”. Comment avez-vous eu l'opportunité et le budget pour le tourner ?
On a passé beaucoup de temps avec Kevin Chapman, le réalisateur, pour trouver une équipe adéquate dans les Midlands qui soient prête à bosser pour quasiment rien. On a dépensé un peu d'argent pour louer l'entrepôt où réaliser le tournage, puis nous l'avons décoré intégralement nous-mêmes, avec Kevin. Il n'y avait pas vraiment de budget dédié à proprement parler. C'est d'ailleurs moi-même qui me suis chargé d'éditer la vidéo par la suite. D'ailleurs on ne remerciera jamais assez l'équipe qui nous a permis de réaliser cela.

 

D'après ce que j'ai pu lire et ce que j'en comprends, vous ne cachez pas – d'ailleurs je dirais presque que vous revendiquez – une forte influence venant des groupes au sein desquels a joué Mike Patton. C'est pas un peu gonflant quand même d'être régulièrement décrits comme "ses disciples"? Mais peut-être que ça ne vous arrivait pas si souvent que ça avant cette stupide interview :) ? Selon moi, vous sonnez quand même plus sombre et extrême que la plupart des autres groupes de “Pattonic” metal. Cette tonalité est-elle le résultat d'une démarche consciente? Ou est-ce que cela vient de l'une des autres influences que vous citez sur la plupart des sites web où vous avez une page – et là c'est de TDEP dont je veux parler?
C'est un honneur que quiconque nous associe à des groupes aussi excellents que Mr. Bungle ou Dillinger Escape Plan, mais nos influences proviennent d'un spectre stylistique plus large encore. Nous sommes très influencés par des guitaristes tels que Bumblefoot, des groupes de metal comme Meshuggah, des groupes de Hardcore comme The Locust, le Black Metal, le Jazz, et même des courants de la dance comme le Breakcore. Je pense que la partie la plus heavy de notre musique provient de notre amour pour des groupes comme At The Gates et le hardcore moderne en provenance des US - Dillinger étant l'un de ces groupes. Et puis il faut dire que Jon (l'un de nos guitaristes), uITgs (la batteur) et moi-même nous sommes rencontrés pour la première fois au sein d'un groupe de Grindcore nommé Putrefaction... Donc parfois on ne peut pas s'empêcher de se faire plaisir!

 

Puisqu'on parle de ces autres groupes qui jouent plus ou moins dans la même catégorie que vous, en connaissez-vous – voire en aimez-vous – certains parmi les suivants: Polkadot Cadaver, Vladimir Bozar, Ilkhah, Estradasphere... Et en élargissant un peu le scope au-delà de cette niche relativement restreinte – tout en gardant dans le viseur des groupes qui ne se fixent pas beaucoup de limites –, que pensez-vous de Carnival in Coal, Stolen Babies, Pin-Up Went Down, Unexpect... Vous auriez peut-être d'autres ajouts à faire à cette liste non-exhaustive?

Ouais - on est au courant de ce que font certains de ces groupes. D'ailleurs il a été dit de nous que nous sonnions un peu comme Carnival in Coal auparavant... Et sinon on est fans d'Estradasphere.
 

C'est maintenant le moment de la question la plus stupide de cette interview: tu a un réel air de ressemblance avec Bzour, le leader et chanteur d'un autre super groupe de space-cartoon-metal qui s'appelle Ufych (je vous laisse en juger ici). Est-ce que ton père ou ta mère aurait voyagé dans le nord de la France il y a quelques dizaines d'années de cela? :)

En effet, nous avons tous deux été fabriqués dans une usine près de Calais.

 

 

Peut-être que je me trompe, mais j'ai cru entendre des bouts du “In The Hall Of The Mountain King” de Edvard Grieg sur “Sparrow Mask”, ainsi que des faux airs de “Il était une fois dans l'Ouest” au sein de “A Void Can Be Willed”? Suis-je sujet à des hallucinations auditives? Ou ces clins d'œil sont-ils les deux premières occurences d'un gimmick qui va être développé plus avant sur vos futurs morceaux?
Haha. Oui – on a délibérément fait des "couper & coller" de ces morceaux, puis on a recousu l'ensemble pour en faire de nouvelles compos. "Veiled" (NDLR: "clins d'œil" a ici été traduit en "veiled reference", "veiled" signifiant "voilé") est définitivement le terme adéquat – les motifs originaux ne disparaissent jamais complètement dans la trame des morceaux, et on est bien conscient de leur origine réelle.


Au vu de la qualité, de l'originalité et de la maturité de votre musique - auxquelles il faut ajouter les chouettes artworks et votre vidéo - on se dit que vous êtes fin prêts à sortir un premier album que la plupart des labels devraient être fiers de faire apparaître dans leur catalogue. Alors, y a-t-il des news de ce côté-ci, nouvel album comme label?
Eh bien, on serait intéressé si un label pouvait nous offrir quelque-chose de nouveau. Par exemple plus de promotion et une meilleure distribution, ça c'est clair, mais sinon ça ne nous effraie pas de nous débrouiller tous seuls. On était rentré en contact avec Justin Pearson (ex-The Locust) il y a longtemps de ça, quand on avait joué avec Retox, pour intégrer son label 31G... Mais pour le moment il ne signe pas de groupes ayant aussi peu d'apport initial.
En ce qui concerne l'éventualité d'un album – je dois dire que l'on a atteint un point où l'on dispose de suffisamment de matériel qui nous satisfasse pour en sortir un (même si cela signifierait qu'il serait relativement court) et on a trouvé un producteur avec qui on aime vraiment travailler - donc tout cela n'est plus qu'une question de temps et d'argent.


Bon, il semblerait bien que l'on arrive au bas de la page. Avez-vous quelque-chose – de sérieux, ou non – à ajouter en guise de conclusion?
Merci d'avoir pris le temps et la curiosité pour nous interviewer. Et tiens nous au courant quand l'interview sera en ligne! 

 


 

---------------------------------------------------------- English Version ----------------------------------------------------------

 

 

 

Sorry for this clumsy-but-inevitable first question: where does the name Meatfeast come from? Did it come to your minds when brainstorming at Pizza Hut ? Or maybe are you a bunch of veggies with a tong in cheek kind of humor, like for instance Circus Of Dead Squirrels ?
The name is a sort of filter. We like to think beyond the obvious, and if you can imagine what a “meatfeast” could be without getting stuck at pizza, then we like you. People who can’t see past a pizza topping, probably won’t like the music anyway. To us, the name is symbolic of excess – gorging ourselves on too much of a good thing, and that reflects how we approach song writing and try to overfill the music with ideas. It’s also short, catchy and begins with an M – as all true metal band names should do.

Why did you leave your last name – Jazz Thrash Assassin – behind and finally adopt a new one? By the way is it still possible to get some copies of old JTA's material without having to kill the lucky guys that own them?
JTA was a different line-up, with different personalities in the band, and a more upfront humour. We also got a little tired of being introduced as “Jazz meets Thrash Metal” all the time. The name is actually taken from a Naked City track called “Thrash Jazz Assassin”. 
We changed the name when we found a new line-up and decided to replace a lot of the funny stuff with more surreal and dark humour, but we still play a handful of the old material such as "Noise".
We can send you a copy of JTA’s 5 track EP Eclecticore if you like – or you can hear some of it online here

 


The way you make your music available to the public is quite unusual (2 Eps with only 2 songs released in a quite short period of time). What got you to try this original approach ? I guess that it must be a way to keep the buzz on as long as possible, right ?
We find that we seem to write tracks in pairs, and so it makes sense to record them that way. Although both EPs were released online together, we had been using Skin Tucked-in, Meatside Out and the music video for "Self-inflicted Haircut" as promotional tools to drive people towards the Hands Like Claws EP which we feel is far stronger and probably the best thing we’ve done to date.

Your two artworks are both really great and quite different from what we are used to see in the metal scene. Who has designed them, and what is the idea / the feelings / the ambiance that you want to convey / create through them ?
Originally we asked for artwork submissions, and had some sent to us that were good, but none that really conveyed our message well. Maybe because most people don’t really know what it is that we’re trying to say. 
In the end we used two digital drawings I drew myself which we felt were suggestive, but abstract, and looked a little classy. I suppose we wanted to try and say that we have some depth, and avoided typical metal artwork in favour of something a little more artistic and avant-garde.


While Skin Tucked In, Meatside out title perfectly fits the band's name, the meaning of Hands Like Claws is harder to get. Are you maybe trying to progressively describe / uncover the hideous beast that Meatfeast actually is ?
Skin Tucked-in Meatside Out was actually a working title that was never meant to be the name of the release, but it kind of stuck. It’s actually a lyric from a Regina Spektor song called "Consequence of Sounds". I suppose we like to sample all sorts of things, and deliberately reference other music and pop culture. There’s a line in "Domestic Violence" ”Glen Benton’s on the phone” (Glen Benton from Deicide) and “Jeremy Kyle astride the pile” is another from "Self-inflicted Haircut" (Jeremy Kyle is a TV host like Jerry Springer).
Hands Like Claws was actually one of the names we considered for the band when we changed the name. It’s a reference to the typical Black Metal claw hand that you see in lots of photos and sort of represents our love of Black Metal bands like Emperor and Immortal.


For “Self-inflected Haircut” you have made a great video clip. How did you get the opportunity and the budget to do it ?
We spent a long time with Director Kevin Chapman getting a crew together from the Midlands who all worked for pretty much nothing. We spent some money on hiring the warehouse to shoot it in, but we arranged the whole thing ourselves with Kevin. There was no budget really. I even edited the video myself. We can’t thank the crew enough for making it happen.

 

 

As far as I understand and read, you really don't deny – and I would even say that you claim – a strong influence from Mike Patton's bands. Is that not too damned irritaring to often be referred as his disciples ? But maybe you were not before this stupid interview ? To me you sound more dark and extreme than most of the other famous “Pattonic” metal bands. Is that the result of a conscious approach ? Or does it come from one of the other influences that you list on most of the websites where you own a page – I'm talking here about TDEP ?
It’s an honour to have anyone associate us with great bands like Mr. Bungle or Dillinger Escape Plan, but our influences are from a range of scenes really. We’re very influenced by guitarists like Bumblefoot, Metal bands like Meshuggah, Hardcore bands like The Locust; Black Metal; Jazz; even dance music like Breakcore. I suppose the heavy stuff comes from a love of bands like At The Gates and the new hardcore coming from the US - with Dillinger being one of them. Myself, Jon (guitarist) and uITgs (drummer) first met in a Grindcore band called Putrefaction, and sometimes we can’t help indulging ourselves.

 

Talking about these other bands that play in quite the same category than you, do you know – and like – some of the following: Polkadot CadaverVladimir BozarIlkhahEstradasphere... And getting a little bit further from that quite small niche – but still focusing on no-boudaries metal bands – what about Carnival in CoalStolen BabiesPin-Up Went DownUnexpect... Any other worth mentioning items to add to this name-dropping list?
 Yeah – we’re aware of some of those bands. We’ve been said to sound like Carnival in Coal before and we’re fans of Estradasphere.

Time for the silliest question of the interview now: you really look like Bzour, the leader and singer of another great space-cartoon-metal called Ufych (check him here). Did your father or mother travel to northern France some decades ago ? 
 Yeah that’s right. They make us in a factory near Calais.

 

 

Maybe I'm wrong about it, but I've heard bits of Edvard Grieg's “In The Hall Of The Mountain King” on “Sparrow Mask” as well as some “One Upon The Time In The West” in “A Void Can Be Willed” ? Am I subject to audio hallucinations? Or are those veiled references the 2 first occurrences of a gimmick to be further developed on your future tracks?
Haha. Yeah – we deliberately cut and paste stuff, and then stitch it together to make new compositions. Veiled is a good word to use – the motifs are rarely obscured too much and we are fully aware of there origins.


The quality, originality and maturity of your music, plus the nice artworks and the great video: everything here leads us to think that you are more than ready to deliver a first album that most labels should be proud to propose in their catalogue. Anything to say about it, both the new album and the label ?
Well, we would be interested if a label could offer us something new. We could do with more promotion and distribution that’s for sure, but we’re not afraid to go it alone. We approached Justin Pearson (ex-The Locust) when we played with Retox a while back about getting onboard his 31G label, but he’s not taking on bands without more funding right now.
As for an album – I think we have reached a point where we have enough material that we are happy with to make it (even if it was quite short) and we’ve found a producer we really like working with - so it’s really just a case of time and money.


Looks like we're now close to the very bottom of this page. Have you anything – serious or not – to add as a conclusion?
 Hey thanks for taking the time and interest to interview us. Let us know when the interview is published!

Ça y est Ben: l'interview est en ligne !!! :)))

photo de Cglaume
le 27/01/2012

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Pseudo : e-mail :

Commentaire :

NOTE : Vos commentaires sont soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'ils trouvent que votre message n'a pas à apparaitre ici, il sera supprimé.

Dernières news

Chronique au Hasard

ShallNotKill - ShallNotKill

Évènements

ALESTORM au Transbordeur à Villeurbanne le 18 octobre 2017IGORRR + PRYAPISME au CCO à Villeurbanne le 16 novembre 2017TEXTURES au CCO à Villeurbanne le 12 novembre 2017