S'inscrire sur COREandCO
Webzine musical COREandCO : hardcore, metal, rock et leurs dérives

Les Reports MONARCH + TRYSKHELL / L'Underground - Nantes (44) / 21/01/2007 (Report)

MONARCH + TRYSKHELL, le 21/01/2007, lieu : L'Underground - Nantes (44) - report du concert | COREandCO

Les Reports Monarch
Monarch

C’est dans le froid nantais que ce dimanche j’avais rendez vous-non pas avec la lune-mais avec MONARCH pour un concert de doom particulièrement intense! Terminant ici une mini tournée de quatre dates, et accompagné pour la soirée de Tryskhell’ un groupe de « bigoudeath » nantais pas franchement a mon goût, que le quartette de Bayonne investit l’Underground.
Le concert s’annonce relativement imposant si on en juge tout d’abord par le matos utilisé, le batteur est presque caché par les amplis basses et guitares (dont une des têtes gratte -faute de place- sera posée par terre, attention ou on met les pieds !) Le son relativement fort (pas malin d’avoir oublié ses bouchons) est a la hauteur de la musique tellurique du groupe, puissant mais sans trop perdre en précision, seul le chant aura un peu de mal a ressortir a cause de larsens… Rien que les balances scotcheront toute l’assemblée ! Entre la frappe ultra massive de Guillaume derrière les fûts et le grain mamouthesque des cordes, nous ne sommes pas en reste. Timidement le publique s’entasse alors dans le bar soit pour braver le froid soit profiter au maximum de l’ambiance apocalyptique a venir. Profitant d’une entrevue avec Shiran et le groupe à la fin du set, certains aspects de la musique lente du combo pourrons être mieux compris pour ceux qui d’ordinaire ne sont pas très réceptifs à cette musique.

Première interrogation, combien de titres seront joués ce soir ? D’ordinaire un seul (et une reprise de Black Sabbath les jours de fêtes) sont interprétés; mais ce soir ce sont deux titres et une reprise auxquels nous auront le droit (!) Lorsque que le groupe commence a jouer, tous les regards se posent sur Émilie qui impressionne par son charisme (et fera tourner la tête de tout les mecs de la salle) et déchire l’espace sonore de ses cris. Une scène de ménage à la maison avec elle ne doit pas être de tout repos !!
Shiran est totalement dedans et regarde attentivement tout les mouvements de Guillaume: « le plus dur étant de compter et de pas perdre le groove , nous regardons constamment la batterie pour être calé au maximum » on comprend en effet qu’en jouant une musique aussi lente il faut avoir un métronome dans la tête pour ne pas se retrouver dans un brouhaha d’une lenteur insoutenable. « La juste mesure pour le tempo se situe en fait au niveau du son: c’est un équilibre qui fait tenir l’ensemble, si le son colle parfaitement au tempo et a l’ambiance de la compo, ça passera tout seul, mais si cette limite est franchie, ça deviendra chiant et c’est là qu’on nous lancera des canettes sur la gueule comme a nos début *rires* » Formé depuis 3ans et demie le groupe n’a pourtant sortit sur album que 6 morceaux au total sur albums. Mais faute de quantité, le groupe préfère la qualité et l‘intensité: « Les deux chansons que l’on a joué ce soir par exemple sont complètements différents pour moi, la première avec ses gammes asiatiques complète la seconde qui est plus dans des gammes traditionnelles pour du doom. » Pourtant pour la plupart des auditeurs de ce soir, la nuance sera inexistante, car une fois prit dans ce flot de distorsion tonitruant faisant couler le temps d’une manière particulièrement lente, la perception n’est plus la même. « Des gens viennent parfois nous voir en pleurant a la fin du set ou sont complètement bouleversés par notre musique. C’est assez dingue de voir la réaction de certains alors que pour nous ce n’est même pas une musique triste ou cathartique, nous jouons tout simplement lentement et laissons les émotions filtrer a travers le son. Évidemment le chant d’Émilie donne une dimension émotionnelle forte au reste de la compo, mais quand les riffs commencent « a partir » pour moi c’est comme lâcher un riff de AC/DC même si le tempo est moitié moins rapide ! » On se sent en effet irrémédiablement entraîner dans le groove de cette musique une fois que la machine se met en marche, lourdement appuyée par une basse au son tonitruant (avec deux têtes SunnO))) pas étonnant me direz vous) et par une chanteuse braillant de toute ses tripes les deux premiers morceaux font mouche auprès du publique. La suite du concert est beaucoup plus improbable car en guise de reprise, c’est DISCHARGE -et oui du bon vieux punk des forets- que le quartette reprendra !

Finalement un concert de doom (enfin « de musique lente, on ne s’amuse pas a se prétendre doom ou post machin comme tout ces groupes actuels » comme le soulignera MicHell) ce n’est pas que du gros son joué a deux a l’heure (le temps d’aller chercher une biere et de la boire entre deux coups de cymbales *véridique): ce sont aussi des sourires et une bonne ambiance ! (Émilie se fera par ailleurs vannée de « Jean Michel Jarre » a cause de ses pédales d’effets -Guillaume en sera d’ailleurs bien bidonné avant le début du set)
Préparant un Split cd avec MOSS qui sortira en EP chez Rise Above (en remplaçant au pied levé Thee Plague Of Gentlemen -rien que ça !) le groupe ne manque pas de propositions « on nous a même proposé le printemps de Bourges *rires* » mais préfère jouer dans des petites salles et vendre ses cd’s le moins cher possible: «on s’est habitué a jouer devant peu de gens qui de surcroît n’en avait rien a foutre, donc joué sur des gros festoches à plus de 60euros l’entrée ça ne nous intéresse vraiment pas… » (pourtant leurs potes de MOHO sont programmés au Hellfest 2007) « On vient du milieu grind à la base donc qui dit musique extrême dit public moins nombreux, et finalement on préfère largement remplir les bars de personnes aimant ce qu’on fait que de jouer au Roadburn où les gens viennent voir Clutch et Neurosis»
Vous l’aurez compris, vous ne verrez jamais le groupe a l’affiche d’une grosse scène, en revanche a tout ceux qui sont réticents au doom sur album, venez vivre cette expérience musicale en live car c’est évidemment là que la puissance dégagée par cette musique de léthargique prend toute sa dimension. MONARCH ÜBER ALLES !!
photo de Viking Jazz
le 31/05/2007

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Pseudo : e-mail :

Commentaire :

NOTE : Vos commentaires sont soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'ils trouvent que votre message n'a pas à apparaitre ici, il sera supprimé.

Jeux-concours

TENDINITE : 1 vinyle à gagner !

Dernières news

Chronique au Hasard

Saïlence - Another Chance

Évènements

NO ONE IS INNOCENT + LES SALES MAJESTES + TAGADA JONES au Stereolux à Nantes le 25 octobre 2018Stomping #8 @Secret Place à Montpellier (34) les 9 et 10 novembre 2018Tournée française SEEDS OF MARY du 15 septembre au 8 décembre 2018