S'inscrire sur COREandCO
Webzine musical COREandCO : hardcore, metal, rock et leurs dérives

Les Reports Tagada Jones + Les Ramoneurs De Menhirs + La Dent [...] / Normandy - SAINT-LÔ (50) / 09/02/2018 (Report)

Tagada Jones + Les Ramoneurs De Menhirs + La Dent Noire, le 09/02/2018, lieu : Normandy - SAINT-LÔ (50) - report du concert | COREandCO

Les Reports Tagada Jones
Tagada Jones

Les Reports Les Ramoneurs De Menhirs
Les Ramoneurs De Menhirs

Les Reports La Dent Noire
La Dent Noire

Tagada Jones + Les Ramoneurs De Menhirs + La Dent Noire

Un mois et demi de trêve hivernale et c'est reparti ! C'est que ça finit par démanger à la longue de ne plus se farcir de concert. Et afin de bien éliminer les restes d'excès des fêtes, rien ne vaut un bon coup de chaud dans une fosse garnie et chaleureuse. J'ai jeté mon dévolu, pour entamer le petit bal des concerts 2018, cette petite affiche toute simple mais sympathique, composée de Tagada Jones et Les Ramoneurs De Menhirs. Pas que le premier était d'une importance capitale dans le sens où ma dernière fois date du dernier Conquérant Metal Fest, c'était surtout pour profiter des voisins bretons que je n'avais pas pu voir au Hellfest, ayant préféré jeter mon dévolu sur les ancêtres de Deep Purple. Et que je me rende compte qu'au final, cela faisait une éternité – les années lycée quand même ! – que je n'avais pas remis les pieds dans une atmosphère purement keuponne. C'est ainsi : direction le Normandy de Saint-Lô qui affiche en ce 9 février, une fois n'est pas coutume, un joli sold-out.

 

C'est qu'avec la déconvenue de l'entrée tardive vécue avec Ultra Vomit et Headcharger dans cette même salle, on a préféré prévoir en conséquence. Ce qui en résulte sur une entrée en toute sérénité, avant le début des hostilités, avec même ce petit bonus de se commander une bière avant même que les Bretons de La Dent Noire n'investisse la scène. Pas encore beaucoup de monde dans la salle pour les accueillir, ni même aux abords proches de l'infrastructure, trahissant des apéros chez les uns et les autres pour braver le froid dans de bonnes conditions s'éternisant un peu trop pour être à l'heure. Il demeure toutefois une bonne poignée d'irréductibles, coiffure plaquée sans un pet de travers et costard impeccable, prêts à accueillir poliment les ouvreurs du soir. Qui semblent au démarrage un peu timide avant de se décoincer un chouïa, même s'il demeure finalement plutôt statique. Un répertoire sympathique, avec ses quelques pépites fédératrices, comme l'aide-apprentissage de l'alphabet avec « Des O Et Des A » et autres propagandes pro-libéralistes qui raviraient les professeurs d'éducation civique de leur mâcher le boulot. Entrée en matière sympathique, à défaut d'être exceptionnelle, qui échauffe un peu les oreilles et permet de rallier progressivement l'armada de cravates afin de justifier pleinement du sold-out de la salle.

 

Tandis que les nouvellement arrivés se recoiffent et donnent leur dernier coup de polish sur leur broche à l'effigie de Marine Le Pen, Les Ramoneurs De Menhirs font leur entrée en scène. Toute bombarde et biniou dehors. Chacun, en ligne, tous propres sur eux, c'est un peu l'instant spectacle de la classe de CP durant la kermesse de fin d'année de l'école des Pommiers de Plouédec Sur Rance. Loin de la grosse masse d'individus ayant foulés la Warzone à Clisson, le combo vient sous son plus simple apparat, avec une simple boîte à rythme qui fait office de section rythmique. Point de batteur et point de basse, ce qui se ressent malheureusement un peu dans le mauvais sens du terme. Ce qui n'empêche nullement papa et maman dans le public d'applaudir leurs petits bout d'choux-fleurs, les yeux brillants de fierté de voir leur progéniture au centre de l'attention. C'est qu'au final, rien à battre qu'il n'y ait pas de réelles percussions, c'est le genre de spectacle pro-patriotisme régional qui se doit de se savourer dans le calme et le respect. C'est que se bousculer devant les yeux de tout le village tels des sauvageons, ça la foutrait mal.

 

Après cette vague traditionnelle celtique faussement saturée des petites têtes blondes, il fallait passer au dessert. Et quoi d'une distribution de Fraises Tagada à toute l'assistance ? Les bonhommes Haribo déboulent et distribuent leurs petits paquets sans compter. Mais toujours dans le but de nous en faire acheter plus à l'issue du spectacle, bons capitalistes qu'ils sont. Les gens ramassent leur cadeau dans le calme et le respect, heureux de préparer leur future obésité morbide, entre deux recueillements sur de petites comptines fédératrices en remuant guillerettement la tête de droite à gauche et en tapant des mains à l'unisson. Le tout, sans dépasser le couvre-feu, dans le respect le plus total des riverains, avant que le collectif Familles De France garnissant la fosse n'ouvre tranquillement le chemin vers le parking afin d'aller tranquillement rejoindre le confort douillet de la chaumière familiale. Quoi de mieux pour que cette charmante soirée afin de se détendre avant le grand rush du lendemain des courses hebdomadaires au supermarché avec ses quatre rejetons sous le bras ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais noooooonnnnn, j'plaisaaaaaaaaaaaaaannnnnnte ! C'était la foire aux Iroquois sponsorisés par Schwarpzkopf, dansant et remuant comme des sauvages tout ce qu'ils peuvent sous fond de discours gauchos avant de créer une véritable émeute sur la scène dès l'arrivée des dernières notes ! Et ça a dérangé Tagada Jones ? Peuh, pas le moins du monde vu qu'ils devaient se coltiner ses potes des Ramoneurs envahir leur espace entre deux joints pour foutre le bordel joyeusement, bière à la main. Des Ramoneurs qui ont pleinement ramoné toute la suie du Menhir du Normandy, quelque soit son âge, dans la joie et la bonne humeur, quand c'était leur tour. Et La Dent Noire dans tout ça ? Dommage qu'on ne les ai pas trop revu avec leurs autres camarades de soirée, histoire d'autant bien mettre le souk. Mais bon, on imagine que le vocaliste devaient chercher son anti-sèche lui permettant d'asseoir son statut de tricheur lisant par moments de malheureux textes oubliés le moins discret du monde. Fait davantage amusant que réellement préjudiciable car, après tout, « A Quoi Ca Sert Un Cerveau ? ». Pour cette soirée du 9 février, on se le demande encore tant c'était du bon petit foutoir, tout en simplicité et en respect, quel que soit le côté de la scène. Bref, une bonne petite soirée keuponne quoi !

photo de Margoth
le 26/02/2018

Commentaires

cglaume

cglaume le 26/02/2018 à 11:39:27

Après les fake-news, le fake-live report :D

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 26/02/2018 à 12:00:49

Même pas un petit pugilat entre postkeynésiens et nécoclassiques ? Les soirées de l'ambassadeur sont donc en pleine décadence.

Margoth

Margoth le 06/03/2018 à 08:11:15

Non, même pas de stagiaires issus de la Jeunesse Hitlérienne... Les bonnes choses se perdent ma bonne dame !

Ajouter un commentaire

Pseudo : e-mail :

Commentaire :

NOTE : Vos commentaires sont soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'ils trouvent que votre message n'a pas à apparaitre ici, il sera supprimé.

Jeux-concours

TENDINITE : 1 vinyle à gagner !

Dernières news

Chronique au Hasard

Saor - Guardians

Évènements