UNEARTH + JOB FOR A COWBOY + DESPISED ICON + DAATH le 02/04/2007, Le Trabendo, Paris (75)

UNEARTH + JOB FOR A COWBOY + DESPISED ICON + DAATH (report)
Ca commence enfin à sentir le printemps comme dirait notre ami (et néanmoins scientifique) Sebastien Follin; le parc de la Villette se fait un peu animé (c'est pas, non plus, noir de monde comme une soirée d'août) et on n'est pas obligé de se trimballer avec son parapluie où que l'on aille: ça fait plaisir.
D'autant plus que le mercure risque de bien grimper dans le petit frère nain du Zénith, le Trabendo, vu l'affiche qui nous y est proposée; ecclectisme au rendez-vous avec du metalcore, du brutal, du barré, y en aura pour tous les goûts, approchez Messieurs, Dames approchez!!

Et ce sont les DAATH qui ouvrent le bal, malheureusement, j'arriverai durant la fin de leur set et je n'en entendrai que deux petites chansons. Bon, autant le dire tout de suite: « that's not my cup of tea » (pour les anglo-saxons qui nous lisent .... peut-être .... ou pas). Pour résumer, et en rapport avec le peu que j'en ai entendu: DAATH joue un metal/death sympho globalement pas trop mal foutu mais, dommage pour eux, desservi par un son mal équilibré; batterie à la grosse caisse triggée (cela va de soi) beaucoup trop mise en avant par rapport aux guitares que je discerne très mal (peut-être que je suis mal placé dans la salle). Je pense que j'en réécouterai un peu sur CD pour me re-faire un avis puisque là il a été un peu faussé.

On enchaîne sans transition avec DESPISED ICON et là, Ô surprise, j'entends un des chanteurs nous adresser la parole en français « quoi un groupe ricain qui connaît aussi bien le français? », ma surprise fût de courte durée, le temps que je décèle dans la voix de celui-ci une légère pointe d'accent de caribou, calisssssss. Les DESPISED ICON sont en effet originaires de cette magnifique ville qu'est Montréal et sont du genres bruyants, car, même problème que pour DAATH, le son est difficile à appréhender. Et pour le coup les compos de DESPISED ICON sont plutôt alambiquées et, donc, dures à suivre sans deux guitares distinctes, seules les moshs parts se démarquent facilement ( des bons passages Hardcore chez ces petits canadiens) et le jeu du batteur. Car c'est un monstre celui-là. Il n'aurait pas à rougir devant un Kevin Talley en grande forme: ça va vite, ça frappe fort et tout ça avec un jeu sur les cymbales tout à fait remarquable. Une claque (malgré, encore, une grosse caisse sur-sonorisée). Les autres membres du groupe ne sont pas en reste et ils mettent tout de même une bonne pêche dans le public, malgré le son de gratte timide j'ai tout de même bien accroché aussi, à réécouter sur galette également parce que c'est du bon... viva el pays del wily waller toutaouzendendsix !

A suivre c'est le monstre à cinq têtes tout droit venu de cet état désertique qu'est l'Arizona: JOB FOR A COWBOY. Les gaillards aux allures de bons vieux rednecks démarrent leur set par un extrait de leur album à paraître en mai « Genesis » et, bah ... ça poutre méchamment quoi. Cet album s'annonce dévastateur; plus de soli que sur l'EP « Doom » et peut-être un peu moins de moshs parts prévisibles, en tout cas le chanteur s'époumone toujours autant, que ce soit avec ses gruiks ou ses hurlements en tout genre. Le jeu des deux guitares est très efficace (comme pour DESPISED ICON, même si ces derniers privilégient la complexité) et la basse vous empale littérallement avant que la batterie ne vous écrase complètement sous le poids des roulements de double (encore mise très en avant, trop?) et des blasts; le batteur au visage poupin (mais quel âge il peut bien avoir sans déconner??) nous gratifie même de belles envolées capillaires pour accompagner les passages bien puissants. Outre le 1er morceau on aura encore le droit à deux autres titres qui figureront sur « Genesis » et, tirés de l'énorme « Doom » le groupe nous jouera 'Knee Deep' et bien sûr l'incontournable 'Entombment of a Machine' (morceau qui a fait connaître le groupe) joué à 200 à l'heure et qui enflammera complètement le pit qui deviendra hystérique pendant quelques minutes. Une bonne prestation du jeune groupe ricainde metal/death/hardcore, très attendu ce soir, et qui sera à suivre de très près dans les années qui viennent, assurément.

UNEARTH qui décevra - et c'est bien dommage après un set aussi bon - une partie du public de par la durée réduite de leur set, il est vrai que pour 22€ on est peut-être en droit d'espérer autre chose. Pour ce qui est du reste, je n'ai pas boudé mon plaisir et, hormis un son plutôt brouillon et très porté sur les grosses caisses, des groupes comme JOB FOR A COWBOY ou DESPISED ICON m'ont bien fait bouger la tête. On attend la prochaine.
photo de Mat(taw)
le 31/05/2007

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements