Fred barjo Odonae disquaire cd/vinyle et libraire spécialisé manga à Lille Acheter CD et vinyles doom métal pas chers FRANK CARTER & The Rattlesnakes + GodDamn à La Maroquinerie à Paris le 6 octobre 2016
S'inscrire sur COREandCO
Webzine musical COREandCO : hardcore, metal, rock et leurs dérives

Minushuman - "Bloodthrone"

Minushuman - "Bloodthrone"
chronique Minushuman - Bloodthrone
8/10 0

écouter "The Architect"


Acheter Minushuman Bloodthrone sur Amazon

CD album CD album (49:16)

 

Style musical : 

thrash dark metal atmosphérique

 

Année : 

2011

 

Tracklist :

01. The Architect 5:07
02. The Size Of An Ocean 4:29
03. Evolve 3:36
04. The Day We Died 4:29
05. Forgotten Fields 7:03
06. Three Mile Island 4:24
07. Godspeed 4:47
08. Another All 4:18
09. Bloodthrone 5:09
10. Kill Me 5:53

 

Label : 

Season of Mist

 

Lieu d'enregistrement : 

Conkrete Studio
Dans le même style :
Samaël - Passage

Autant le dire tout de suite, je ne connaissais pas Minushuman ni leur précédent album Watch The World Die sorti en autoprod en 2008. Il aura juste fallu que le titre "The Architect" me tombe dans les mains et me donne grandement envie d'en savoir plus…

 

La musique de Minushuman aurait pu souffrir de sérieux défauts: mélange de dark metal, death metal et thrash, son typé metal des 90's (avec néanmoins une certaine modernité, j'y reviendrai), voix pas franchement super originale, jeu de batterie sobre et simpliste en apparence (en apparence dis-je), riffs vus et revus pour la plupart - à la première écoute du "single" "The Architect" ça semblait plutôt mal parti, ce genre de groupe ne fait pas long feu chez moi et aurait finit oublié avec les 10'000 autres ersatz du genre…

 

… Mais malgré tout, là où tous ces éléments auraient été sources d'handicap, ils se révèlent plutôt porteurs d'un autre élément majeur de la musique de Minushuman : une mélancolie sous-jacente perceptible sur la plupart des titres de ce Bloodthrone. C'est ça la grande force, à mon avis, du groupe, et c'est cet aspect qui fera que Minushuman, sous son faux-air de "groupe qui ressemble à tout le monde", conservera son identité propre. Et c'est vite vu, lorsqu'ils prennent des chemins un peu plus "classiques" comme l'intro sur-stéréotypée de "The Day We Died", certainement le pire moment du disque, la magie ne prend plus et le groupe sombre alors dans la normalité la plus banale. Heureusement, le titre se rattrape assez rapidement, à l'exception des "hey hey hey" en milieu de morceau, tout comme sur "Godspeed", où le groupe s'imagine jouer dans un stade et le public, très certainement conquis et enflammé, poussera des "hey hey hey" à l'unisson. C'est beau. Ils n'en sont pas encore là, mais qui sait, ça pourrait leur arriver plus vite que je ne pourrais le prétendre…

 

Alors oui, la musique de Minushuman n'est pas des plus complexe, ni des plus inventive (qui a dit Paradise Lost?), mais elle est diablement efficace, et dignement soutenue par une prod en béton. Car, comme je le mentionnais en début de chronique, même si ça sonne globalement très 90's la patate en plus, c'est surtout la basse qui est mixée de fort belle façon et qui apporte cette touche de modernité qui ancre véritablement le quintette de Bergerac dans son époque. La batterie quant à elle aurait pu bénéficier d'un peu plus de relief, les coups sonnent identiques tout au long de l'album, mais ça n'en demeure pas moins efficace. D'ailleurs, si globalement la dynamique revêt plutôt du mid-tempo, Minushuman nous offre de belles parties catchy ("Evolve", "The Day We Died", "Three Mile Island") et lorgne même parfois avec le cyber metal ("Forgotten Fields" ou encore "The Size Of An Ocean"). Je me suis même retrouvé quasi 20 années en arrière avec "Bloodthrone", m'évoquant avec nostalgie la période The Truth Hurts de Pro-Pain.
Et si on veut aller plus loin dans les références (qui, pour le coup je l'espère, est involontaire), écoutez attentivement la mélodie de la guitare de "Three Mile Island" à 2 min 25, comparez-là avec ceci à 1 min, vous m'en direz tant…

 

Malgré mes reproches on pourrait croire que je surnote cet album, mais c'est presque l'inverse, tant leur musique passe comme une lettre à la Poste (enfin… ça c'était avant de connaître la Poste en France…) d'un bout à l'autre, quasi sans fausse note, ou je peux aussi le résumer en trois mots: mélancolie, cohérence et efficacité. L'air de rien, chez moi, c'est synonyme de grand album.

photo de Sam
le 05/09/2011

Note des commentateurs : 8/10 (sur 2 votes)

Commentaires

Crom-Cruach

Sa note : 7/10

Crom-Cruach le 03/11/2011 à 21:58:57

IP : 90.42.90.152

Et si la scène metal française était dorénavant une des plus intéressantes qui soit ??
"Evolve" déchire tout.

Crom-Cruach

Sa note : 9/10

Crom-Cruach le 05/09/2014 à 19:03:26

Ressorti et mon 7 est vraiment pas à la hauteur.

Ajouter un commentaire

Pseudo : e-mail :

Commentaire :

NOTE : Vos commentaires sont soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'ils trouvent que votre message n'a pas à apparaitre ici, il sera supprimé.

Jeux-concours

HYPNO5E + RIGHT TO THE VOID au Paloma à Nimes le 1er octobre 2016 : 2 places à gagner !

PG.LOST : 2 exemplaires de

Dernières news

Chronique au Hasard

Le Coup du Parapluie - Philosophie, bien-être et crimes passionnels

Évènements

FRANK CARTER & The Rattlesnakes + GodDamn à La Maroquinerie à Paris le 6 octobre 2016THIS GIFT IS A CURSE en tournée française du 27 octobre au 5 novembreCOUGH + Elder + sunnata @ Le Ferrailleur - Café Concert à Nantes le vendredi 7 octobre 2016HYPNO5E + RIGHT TO THE VOID + BEYOND THE STYX @ Paloma à Nimes le 1er octobre 2016Dirty Shirt de retour en France et en Belgique OATHBREAKER + WIFE + THE RODEO IDIOT ENGINE au Ferrailleur à Nantes le 22 novembre 2016