S'inscrire sur COREandCO
Webzine musical COREandCO : hardcore, metal, rock et leurs dérives

Unik Ubik - "Unik Ubik"

Unik Ubik - "Unik Ubik"
chronique Unik Ubik - Unik Ubik
8/10 0

Acheter Unik Ubik Unik Ubik sur Amazon

Vinyle 12" Vinyle 12" (31:59)

 

Style musical : 

Kraut/Afro-beat balkanisé

 

Année : 

2014

 

Tracklist :

1/ Topix
2/ Aldi
3/ Masive
4/ Papah
5/ Kravan
6/ Serrano
7/ Waitz
8/ Majax

 

Label : 

Rockerill Records/Love Mazout/Tandori Records

 

Lieu d'enregistrement : 

Tournai/Lille Be/Fr
Dans le même style :
Atentado - Paradox

En voilà un bel ouvrage bigarré, cuivré et chatoyant ! Tout à l'image de cette pochette, à la Funkadelic ou même Snap ! Fort heureusement, du rap-eurodance teuton, il n'y a rien à retenir ici ; quand à la chose du sieur Clinton, il faut enlever le suffixe Funk ! Vache.

 

Ce sont bien des couleurs vives qui nous marquent dès la première écoute de cet album éponyme. Un petite quinzaine de minutes, en tour d'horizon, montre déjà des traceurs inhabituels d'une musique assurément aussi cosmopolite qu'aventureuse. L'Afrique Centrale rencontre les Balkans... mince, ce disque ne sort même pas chez Crammed ! Il y aurait même un plan de gratte pécho chez The Cure dans « Majax »... oh oh.

Unik Ubik a vu le jour, quasi, en première partie de The Ex et pour le palmarès, leur cinquième concert les a propulsés en pôle position au Tremplin Dour Festival, dans une belle unanimité. Pensez, si on a affaire à de sérieux clients. Bien sûr ce groupe jeune est composé de vieux briscards.
On retrouve Troma à la basse et à l'inspiration toujours bouillonnante. Depuis presque 20 ans, ce gars créé un riff et un groupe mythique (trop souvent confidentiel) à chaque fois – inénarrable Fucking Canaries-  ; Seb Dlay à la gratte affiche le même profil, Tom, le compagnon de toujours (ex Adolina) martèle les fûts. Et le trio gaillard s'adjoint un renfort de choix, JB Rubin des recommandables Louis Minus XVI au saxophone.


Pour décrire l'ambiance du projet, les belges ont le sens de la formule - C'est comme une bonne baise avec son ex. Ça fait plaisir de se retrouver, on sait comme fonctionne l'autre et on sait comment se mettre pour plus de plaisir.

Pour l'histoire, Tom et Troma ont agité le landerneau hardcore du Far West de la Belgique Romane, au début des années 90 avec Always look on the bright side of life. Depuis le trio s'est retrouvé à maintes reprises sous de multiples combinaisons, pour des one-shot ou des projets plus importants (Kofeee, Motocross Jazz).
Ça ne vous dit peut-être rien comme ça, mais imaginez, des parties d'échangisme incessantes entre les Dwarves, Red House Painters, Half JapaneseButthole Surfers et Dead Kennedys. Quoi !? Ça s'appelle Alice Donut... ben oui, une des références sûres de Troma.
Le Tournaisis vibre depuis des années avec ces gars.

Dans cet album éponyme, majoritairement instrumental, le ton décontracté est de mise. Pourtant, ça joue sérieusement et de manière très appliquée. C'est vrai que sur papier, cette réunion de vieux potes auraient pu tourner en une superjam en roue libre et il n'en est rien. Ce disque est intéressant a plus d'un titre.
On découvre une couleur, un thème, un riff majeur à chaque écoute. Tout est juste dans cet album et la musique n'est pas si évidente que ça. « Topix » justement placé plongera l'auditeur dans le groove blanc présent partout par la suite. Un rôle d'éclaireur qui ne masque pas les riches propositions des autres compositions.

 

Au titre par titre : « Aldi » nous ramène dans leur jam originelle un peu autocentrée. « Masive », un titre à la The Ex où JB peut s'exprimer dans son apport mélodique. « Papah » l'un des titres des plus puissants et qui inscrit la signature du groupe. « Kravan » s'assoie dans la continuité en mode libéré. « Serrano » et « Waitz » peut-être les meilleurs titres de la plaque pour leur diversité de couleurs. En terminus, « Majax » soit le main-theme de la série.

 

Unik Ubik propose 8 titres homogènes où le psychédélisme rencontre les Balkans et l'Afro-beat. Parfois, ils se rapprochent de l'excellent World Music des suédois de Goat (sorti en 2012). Mais puisqu'ils sont belges, c'est une fois de plus vers dEUS, particulièrement dans ses multiples digressions que l'on se tourne. Notamment le label Heaven Hotel et les travaux de Rudy Trouvé. Certainement que l'on aime cet album avec ses multiples références, on l'apprécie aussi parce qu'il s'y dégage quelque chose d'unique.

 

photo de Eric D-Toorop
le 20/09/2014

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Pseudo : e-mail :

Commentaire :

NOTE : Vos commentaires sont soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'ils trouvent que votre message n'a pas à apparaitre ici, il sera supprimé.

Jeux-concours

PG.LOST : 2 exemplaires de

Dernières news

Chronique au Hasard

Waltari - So Fine!

Évènements

FRANK CARTER & The Rattlesnakes + GodDamn à La Maroquinerie à Paris le 6 octobre 2016THIS GIFT IS A CURSE en tournée française du 27 octobre au 5 novembreCOUGH + Elder + sunnata @ Le Ferrailleur - Café Concert à Nantes le vendredi 7 octobre 2016HYPNO5E + RIGHT TO THE VOID + BEYOND THE STYX @ Paloma à Nimes le 1er octobre 2016Dirty Shirt de retour en France et en Belgique OATHBREAKER + WIFE + THE RODEO IDIOT ENGINE au Ferrailleur à Nantes le 22 novembre 2016WHILE SHE SLEPS au Warmaudio à Lyon le 31 octobre 2016