Dvne - Voidkind

Chronique CD album (58:19)

chronique Dvne - Voidkind

Si l'on s'est tous pas mal touchés sur l'excellentissime Etemen Ænka en 2021, on en oublierait presque que les écossais de Dvne ont aussi donné naissance à Asheran, extraordinaire album de prog-metal. 
En l'espace de deux albums et quelques EP, Dvne  a endossé ce statut de groupe qui compte pour ceux qui le connaissent et l'écoutent : un groupe attendu, un groupe dont on ne se fout pas.

 

Pour en parler, le plus difficile est de savoir par quoi commencer. 
Sous son apparente facilité d'écoute, Dvne fait -à l'instar des précédents- un troisième album à la ré-écoutabilité quasi-infinie.

À rebours de cette mode de gavage consumériste de musique, Dvne exige que l'on revienne sans cesse sur ses compositions, car si l'on s'en imprègne plutôt rapidement, elles ne se délivrent qu'en surface.

À l'image de cette pochette qui trompe l'oeil et la logique à force de la regarder, Voidkind n'étale toute sa richesse et sa complexité qu'au prix d'écoutes attentives et répétées.
Cela n'empêche pas le groupe d'être toujours aussi accrocheur. Il hameçonne l'oreille toujours de la même manière : à grands coups de gros riffs. Ce savoir-faire, Dvne en fait état à la première seconde, ne s'encombrant pas d'une longue introduction d'ambiance : il se réserve pour plus tard, quelques temps calmes pour mieux rythmer l'album.

 

Les Ecossais ont bien identifié leurs forces : ce troisième album est donc celui de la continuité.


Porté par une production moderne, musclée, Voidkind continue à jouer avec les paradoxes instrumentaux...et vocaux. L'alternance entre le chant growlé et le mélodique fait toujours merveille, -même si, à titre personnel,- la part mélodique me semble forcer inutilement vers les aigus (ex : l'efficace et entraînant "Reaching for Telos").

Bien que chaque morceau soit un périple épique unique, certains titres tirent leur épingle du jeu comme "Eleonora" ou le saisissant "Abode of the perfect soul". Deux titres d'une grande intensité à la convergence des influences de Tool, Mastodon et The Ocean.


Jamais Dvne ne se perd dans des structures complexes et insaisissables laissant l'impression de coller des bouts de morceaux entre eux tout en espérant que cela fonctionne. Chaque titre est une imbrication parfaite, au sein d'un album aux ambiances complémentaires et cohérentes. Ainsi, on retrouve des guitares aux accents orientalistes, une basse ronde, des respirations et des percussions particulièrement efficaces.

Voidkind peut paraître un (petit) peu moins ambitieux artistiquement que son prédécesseur, mais, dégagé de quelques artifices et fioritures sensibles sur Etemen Ænka, il aborde un autre aspect du voyage musical de Dvne. La double conclusion, avec, dans un premier temps "Plèrõma" à la narration parolière et musicale concise puis l'épique "Cobalt Sun Necropolis" met en relief la capacité de Dvne à écrire des "nouvelles" sonores.

 

Voidkind n'est pas l'album d'un frisson...mais de plusieurs tressaillements. Il éveille le corps et fait travailler l'esprit. Il agite les pensées, excite le centre nerveux. Celui qui goûte à la personnalité du groupe peut l'affirmer sans trembler des genoux : cet album-là n'est pas celui d'un divertissement fugace mais d'un plaisir durable. 

photo de Tookie
le 24/04/2024

12 COMMENTAIRES

pidji

pidji le 24/04/2024 à 09:47:39

Excellent album de Dvne encore une fois !
Moins de surprises, mais la confirmation qu'ils maîtrisent totalement leur sujet.

AdicTo

AdicTo le 24/04/2024 à 10:04:48

Je ne l’ai pour l’instant écouté que 2 fois mais j’ai exactement le même sentiment que toi. Le plaisir est immédiat et les fioritures en moins, c’est un bon choix de la part du groupe. Au fil des écoutes le dernier trainait en longueur. Plus direct.

Dams

Dams le 24/04/2024 à 14:52:12

Excellente découverte pour moi, j'y entend effectivement du Tool, mais cette album me fait souvent penser au Vheissu de Thrice en faite.

Oliver

Oliver le 24/04/2024 à 21:28:36

Quelle horreur cette pochette

lelex7986

lelex7986 le 25/04/2024 à 06:05:11

Album de la confirmation après l'excellent Etemen que j'ai découvert grâce à la chronique coreandco, encore merci car j'ai vraiment écouté cet album à de nombreuses reprises. Groupe qui devrait exploser avec cette album. 

Moland

Moland le 25/04/2024 à 10:08:13

@lelex7986 tu fais plaisir. Toujours content de ce genre de retour de lecteurs. Arriver à faire découvrir et apprécier à autrui, c'est notre mission. 
Cet album est tout aussi solide que le précédent. Dans la continuité. Il gagne logiquement sa place dans le top2024. En espérant qu'il la conserve en fin d'année. 

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 26/04/2024 à 00:45:04

Je peux militer contre ?
En vrai, le chant du début du deuxième morceau m'a pourri l'écoute. Je milite pour le rétablissement de la guillotine pour le chant clair.

Tookie

Tookie le 26/04/2024 à 08:08:33

@AdicTo : Je ne trouvais pas de longueur sur le précédent perso, au contraire, j'aimais bien leurs interludes. Ici, je n'en parle pas, mais je les trouve moins pertinents sans être dérangeants ou inutiles. Le clavier est aussi très rare, très discret : un mal pour un bien et puis ça permet de faire quelque chose de plus direct, une autre ambiance. Bref, je ne vais pas torcher une 2nde chro.
@Dams : Ha oui ? J'avoue que même en cherchant je n'ai jamais eu ce ressenti. Comme quoi, on écoute tous la même chose mais on n'entend pas pareil.
@Oliver : J'avoue, je suis tiraillé entre le dégoût face à sa laideur et le côté hallucinant indéchiffrable sur lequel je peux passer des minutes.
@lelex : Cool, on est toujours contents d'être utiles !
@Crom : Même pour de nombreux fans du groupe, ce chant clair est un gros point faible, surtout que sur cet album j'ai la sensation qu'il y en a plus encore que sur les précédents. Et pourtant ça fait partie de leur personnalité.

Pingouins

Pingouins le 26/04/2024 à 12:57:22

Ben pareil, le chant clair va clairement être l'entrave à la reecoute pour moi. Dommage, parce que le reste est cool, j'y trouve même quelques intonations à la Neurosis dans le chant hurlé 

Moland

Moland le 26/04/2024 à 15:19:23

Pingouins je crois, de mémoire, que je parlais de Neurosis dans mes chroniques des précédents albums.

Niko

Niko le 19/05/2024 à 16:46:11

Je voulais juste dire que, pour ma part, j'adore le chant clair. Il a quelque chose de fragile et de tout à fait inimitable qui contribue d'après moi de manière fondamentale à l'identité du groupe.  

Tookie

Tookie le 01/06/2024 à 00:14:39

@Niko : Je viens de voir le groupe en live et je regrette sincèrement mes mots sur le chant clair. Le studio ne rend pas hommage au chanteur qui est bluffant de justesse et, surtout, là, ça sonnait bien plus "vrai" (oui, évidemment). Mais tu as raison. Pingouins, j't'invite à aller au-delà.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements