We Only Said - S/T

Chronique CD album (39)

chronique We Only Said - S/T

Drôle d’époque. Chaque sortie récente dans le genre pop-rock s’habille négligemment d’oripeaux gaziers lorsqu’il ne se drape pas fissa dans la new-wave la plus rebondie. Genres par le passé dénigrés, qui deviennent les apparats propre à la coutume de ce nouveau siècle. Histoire de générations certainement. WE ONLY SAID ose un travestissement vers la pop longiligne et froide venue de San-Francisco, du côté de chez Swell pour être précis. Et franchement, le choix est probant. On retrouve donc cette mélancolie posée, ces chœurs voilés « Your drab eyes », ce down tempo partout. Parfaite panoplie automnale.

 

Floriant Marzano est la tête pensante du projet, initialement mis en place sous le nom I ONLY SAID. Il s’entoure pour l’occasion de deux fugitifs du groupe Montgomery pour la section rythmique, du batteur de Fordamage, entre autres pour la scène. Les créations de Marzano sont trempées dans une nostalgie que l’on a pu retrouver chez les Smiths pour les passages plus envolés, et surtout chez Slint pour l’ensemble du disque.

 

L’album ne décolle que trop rarement « Killjoy » tant la retenue voulue finit par étouffer. « Eightie-sixed » accroche un pan supplémentaire en tutoyant la formule –Americana- d’un Midlake par exemple, subtilité boisée. Le poignant « I discover the murder » enfonce le clou.

Au final, l’album est plaisant, quelque peu figé dans un cadre rigide. Cependant, on sent bien que ce premier effort est voué à en appeler d’autres, plus lâchés certainement. Le groupe devrait trouver son équilibre.  

photo de Eric D-Toorop
le 10/03/2011

1 COMMENTAIRE

Geoffrey FTBSTRD

Geoffrey FTBSTRD le 10/03/2011 à 10:57:30

"oripeaux gaziers"! respect!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • EARTH au Petit Bain à Paris le 19 novembre 2019
  • BRUTUS, DAGOBA, LISTENER et d'autres au Poche à Béthune jusqu'au 10 novembre 2019
  • Tournée Sunnatra + Yatra 2019